16/02/2018 10:25
Une année chasse l’autre. En l’occurrence, l’expression est judicieuse quand il s’agit de l’Année du Chien, fût-il de Terre.
>>Plus de 300 stands à la foire du Têt 2018
>>Têt 2018 : des circuits d’exception disponibles à petit prix
>>Nouveaux timbres pour l’Année du Chien

Cette année est la vôtre, celle du Chien de Terre, autrement appelé "Chien dans la  montagne"
Photo : CTV/CVN

Comme d’habitude, au Têt tây (Jour de l’An occidental) succède le Têt Nguyên Dan, appelé aussi Têt ta (Jour de l’An lunaire du Vietnam). Le seul changement, c’est la durée entre les deux fêtes. Il existe de rudes années pour nos appareils digestifs, ce sont celles où le Têt ta qui s’aligne sur le jour de la première nouvelle lune, au milieu de la période séparant le solstice d’hiver de l’équinoxe de printemps. Cette année, le Têt ta a lieu du 16 au 18 février.

Chien trouvé !

Le 16 février 2018 : le chien arrive et chasse le coq qui devra attendre 12 ans après pour revenir coqueriquer. L’ordre des choses est respecté. En effet, imaginez le contraire, que ce soit le chien qui doive fuir devant le coq, la queue entre les jambes ! Ça ferait sacrément rigoler les animaux du zodiaque. Mais laissons le coq retourner à ses chères études, et intéressons nous au chien, puisque c’est lui qui va régner en maître cette année. Avant que le cochon ne lui joue un tour à sa façon, l’année prochaine !

Selon la légende, tout du moins, une des nombreuses légendes qui racontent l’origine des 12 animaux du zodiaque lunaire, chien et cochon ne devraient d’ailleurs pas être présents dans cette affaire. D’après une légende chinoise, à l’origine, l’Empereur de Jade voulait dix animaux pour présider aux années humaines, mais il semblerait qu’il y ait eu des confusions au niveau du langage. En effet, quand les dix premiers animaux à se présenter devant l’Empereur furent sélectionnés, celui-ci dit à son secrétaire particulier : "Ça suffit !" sauf que gou (assez) et gou (chien) se prononçait de la même façon. Et le secrétaire inscrivit ainsi le chien, qui se retrouvait de facto parmi les animaux symboles. Chien qui dû être bien étonné, car tel que je l’imagine, il devait se trouver dans le coin, truffe à terre pour remonter la trace d’une quelconque nourriture à se mettre dans le ventre, mais sans aucune prétention à briguer le poste qu’on lui avait octroyé !

Le 16 février 2018 : le chien arrive et chasse le coq.
Photo : CTV/CVN

L’année prochaine, je vous expliquerai pourquoi le cochon a eu droit au même régime. Pour l’heure, c’est une année canine qui s’ouvre à nous, et comme pour toute nouvelle année, il est d’usage de se préoccuper de savoir s’il va y avoir un os dans les mois qui vont venir. Pour cela, deux options : les vœux et l’horoscope.

Va chercher !

Les vœux, c’est l’option pessimiste : on fait le pari que tout peut arriver, alors on formule des incantations pour que cela n’arrive pas. Bonheur, santé, argent, travail, amour, on supplie les génies de nous en donner grande part et tant qu’à faire à être généreux, on demande à ce que nos amis, nos connaissances, tout ceux que l’on aime, en profite aussi. Ça ne coûte rien me direz-vous ! Faux, car Année du Chien ou pas, la petite enveloppe rouge ou dorée, appelée aussi l’étrenne, est de rigueur. Et pour ce rituel, les préparatifs commencent quelques semaines avant le Têt. Au début, j’étais étonné de voir mon épouse collectionner les billets neufs, repasser ceux qu’elle avait froissés par mégarde (sans que ceux-ci ne s’en froissent d’ailleurs), les empiler soigneusement en posant dessus quelque objet lourd faisant office de presse.

Avec le temps, j’en ai pris l’habitude, et je prête mon concours à l’opération annuelle. Cependant, n’ayant pas reçu la patience orientale en héritage, j’ai trouvé un filon qui me permet de gagner de nombreuses heures de repassage fiduciaire : je me fournis chez un changeur qui me procure des piles de petites coupures, flambant neuves. Il ne reste plus qu’à réunir la famille autour de la table pour procéder à la phase d’insertion de billets dans l’enveloppe.

À chaque valeur, son enveloppe. En effet, vous m’accorderez que cela ferait du plus mauvais effet, de devoir ouvrir l’enveloppe au moment de l’offrir à celui à qui l’on souhaite une bonne année, pour vérifier si le montant du billet qu’elle contient est un bien à la hauteur de la manifestation de sympathie ou de l’estime sociale dans laquelle on tient son interlocuteur. Et de s’excuser, en disant que ce n’est pas la bonne enveloppe, puis fouiller dans ses poches pour trouver celle qui convient.

Pour éviter un tel manque de savoir-vivre, deux méthodes : mettre un signe distinctif sur chaque enveloppe, et mettre les enveloppes, en fonction des valeurs différentes dans des poches différentes. Sachant que les montants des vœux varient de 5.000 à 500.000 dôngs (ou plus), selon la hiérarchie relationnelle et l’intérêt réciproque, cela nécessite de porter des vêtements avec de nombreuses poches, intérieures et extérieures… et d’avoir une bonne mémoire.

Année du Chien ou pas, la petite enveloppe rouge ou dorée, appelée aussi l’étrenne, est de rigueur.
Photo : CTV/CVN

Bon chien !

L’horoscope, c’est la façon optimiste de prévoir ce qui va se passer. En effet, je ne sais pas vous, mais en ce qui me concerne, quelle que soit le mode opératoire, mon avenir est toujours lumineux. Et pour me rendre encore plus crédule sur la fiabilité des résultats, on saupoudre mon destin de quelques embûches possibles (donc pas certaines). En d’autres termes, ce qui devra bien se passer, se passera bien, et ce qui devrait mal se passer, n’arrivera peut-être pas. Ainsi, en ce qui me concerne, les astres me prédisent une énergie sans faille et un mental d’acier : deux atouts qui permettront d’obtenir d’importants succès.

Sur le plan professionnel, j’atteindrai mes objectifs. Côté cœur, je bénéficierai du charme irrésistible des vainqueurs. Où comment voir le chien en rose. À condition de ne pas lire le codicille qui figure en toutes petites lettres, à la fin du contrat : 2018 ne sera pas l’une de vos meilleures années. Soyez prêts mentalement pour une année complète d’instabilité…De quoi garder un chien de sa chienne au Chien de Terre, si cette nouvelle année se passe mal ! Mais puisque le chien est associé à la loyauté, la générosité et la confiance… restons optimiste.

L’Année du Chien de Terre sera radieuse… C’est le moins que je vous souhaite !

Gérard Bonnafont/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Les autres articles
Code à décoder [04/08/2018 08:15]
D'aventures en aventures [28/07/2018 08:22]
Coup de chaud sur la route [22/07/2018 08:02]
Incognito impossible! [15/07/2018 07:47]
Ambiance de foot en fête! [10/07/2018 11:59]
Privilèges nautiques [30/06/2018 07:00]
Chaud devant! [24/06/2018 03:40]
Bonjour voisine! [16/06/2018 10:00]
Marcher un coup [09/06/2018 09:08]
Une coupe de taille [02/06/2018 09:00]
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Développement du tourisme communautaire au Vietnam Au cours de ces dernières années, le tourisme communautaire s’est bien développé dans plusieurs localités, dont les provinces de Hoà Binh, Lào Cai (Nord), et Quang Nam (Centre).