01/02/2019 09:16
Pour la 4e semaine d'affilée, plus de 30.000 jeunes ont séché les cours jeudi matin 31 janvier en Belgique et sont décendus dans la rue pour réclamer aux autorités des mesures fortes contre les changements climatiques.
>>ONU: changement climatique, ODD et nouvelles technologies, priorités de l'année 2019
>>Tempête Gabriel: 41 départements en vigilance orange

Les habitants du Nord des États-Unis doivent faire face à une vague de froid historique, jusqu'à -50 degrés C. Photo: AFP/VNA/CVN

Se réunissant en réponse à l'appel du mouvement "Youth For Climate", un cortège de plus 12.500 jeunes a quitté la gare du Nord de Bruxelles en matinée et est arrivé à la gare du Midi vers 13h00 heure locale, tout en scandant son célèbre slogan: "Plus chauds, plus chauds, on est plus chauds que le climat!".

À Liège, plus de 15.000 étudiants ont défilé dans les rues de la ville, a estimé la police locale.

Au centre de leurs préoccupations, les jeunes citent le plastique, l'accumulation des déchets, la pollution de l'air, le coût élevé des transports publics, le régime fiscal favorable aux voitures de société ou encore l'absence de taxation du kérosène, rapporte le journal belge Lalibre.

Les jeunes manifestants ont également pu compter ce jeudi (31 janvier) sur le renfort d'un certain nombre d'étudiants de l'enseignement supérieur, ainsi que des pensionnés et des grands-parents.

La Suédoise Greta Thunberg a été la première à manifester à Stockholm, toute seule, devant le Parlement de son pays durant les éléctions en Septembre 2018, et la mobilisation des écoliers a depuis essaimé en France, en Belgique, en Australie, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suisse. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Phu Quôc rouvrira bientôt ses portes aux touristes étrangers Le Premier ministre Pham Minh Chinh a ratifié la proposition du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme sur la réouverture de Phu Quôc à destination des touristes étrangers à partir d’octobre. Cette décision donnera le coup d’envoi du redressement touristique vietnamien après plusieurs mois de fermeture en raison de la crise sanitaire.