11/04/2019 09:25
Il y avait comme un gouffre: dominateur sans être à son meilleur, le FC Barcelone a mis un pied dans le dernier carré européen après sa courte victoire sur la pelouse de Manchester United (1-0), mercredi 10 avril en quart de finale aller de la Ligue des champions.
>>Ligue des champions: Manchester United contre Barcelone, classique cossu
>>Arsenal écarte Newcastle et entrevoit la Ligue des champions

L'attaquant et capitaine du FC Barcelone, Lionel Messi, aux prises avec le défenseur de Manchester United, Luke Shaw (droite), le 10 avril à Manchester.
Photo: AFP/VNA/CVN

Le but crucial à l'extérieur permet aux "Blaugrana" d'espérer faire un retour en demi-finale pour la première fois depuis 2015, après quatre échecs consécutifs en quarts.

Faute de précision et d'inspiration dans le dernier geste, il faudra toutefois se méfier d'un "come back" au Camp Nou. Contre le PSG au tour précédent, les Mancuniens ont montré qu'ils pouvaient le faire: n'ont-ils pas réussi à remonter leurs deux buts de retard au Parc des Princes?

Mais les "remontadas", le Barça connaît ça. Et vu l'impression de domination ressentie mercredi 10 avril, les chances de Paul Pogba et consorts semblent bien minces.

"C'est un résultat positif", assure d'ailleurs le milieu catalan Sergio Busquets. "On savait que ce serait difficile. Il y a des moments où on a souffert, surtout après l'ouverture du score (...) Au final, on est contents".

À Old Trafford, il n'y a en effet pas eu photo. Les "Red Devils" n'avaient plus atteint ce niveau de la compétition depuis 2014, et ça s'est vu.

Les Français de Manchester United, Paul Pogba (gauche) et Anthony Martial, après la défaite contre Barcelone le 10 avril à Manchester.
Photo: AFP/VNA/CVN

Sauf que, sans grande imagination et un brin maladroits, les hommes d'Ernesto Valverde n'ont trouvé la faille qu'à une seule reprise.

Une nouvelle fois, les probables futurs champions d'Espagne ont pu compter sur Lionel Messi pour débloquer la situation. Le capitaine a offert le seul but de la rencontre, tout en donnant de lui-même, au point de finir le match avec le nez bien amoché.

Et il n'a pas fallu attendre très longtemps. Rakitic a parfaitement suivi l'appel de l'Argentin, pour lober sa passe par-dessus la défense. Le quintuple Ballon d'or s'est excentré pour placer un petit centre sur la tête de Suarez. Ce dernier n'a pas manqué sa chance (13)... croyant l'espace d'un instant pouvoir conjurer le sort.

Pas de chance pour Suarez

Mais l'Uruguayen a la guigne: le ballon avait touché l'épaule de Shaw. Une déviation qui le prive d'un but, pour l'imputer contre son camp au latéral anglais, prolongeant la malédiction du mordant attaquant!

Son dernier but en C1 remonte en effet au quart aller face à la Roma le 4 avril 2018. Et son dernier but européen loin du Camp Nou date de septembre 2015.

Las pour le Sud-Américain et ses coéquipiers, ce fut le seul but de la rencontre. Coutinho est ensuite passé tout prêt d'enterrer les espoirs mancuniens mais sa demi-volée puissante depuis l'entrée de la surface, a trouvé l'excellent De Gea (36), tout comme Suarez peu après l'heure de jeu (66).

Pour le reste, il n'y a pas eu photo. Malgré toute sa bonne volonté, Manchester United n'a eu que son pressing et son engagement physique à opposer à la classe barcelonaise (67% de possession), à l'image de cette interception vigoureuse de Smalling sur la "Pulga" (30).

Envoyé au tapis, le capitaine s'est relevé, le nez coupé et ensanglanté, pour se faire soigner. Le tout avec une impassibilité impressionnante, comme pour montrer sa détermination dans la reconquête de cette "coupe si désirée".

Rashford a bien tenté de bousculer le Barça mais le jeune attaquant anglais n'a jamais accroché le cadre, se limitant à des tentatives de loin (5, 21). Il a bien trouvé Dalot d'un superbe centre avant la pause mais le jeune Portugais n'a pas cadré sa tête, gâchant l'occasion la plus dangereuse des Red Devils.

Plus entreprenants en seconde période, les Mancuniens ont tenté, sans vraiment se montrer dangereux (aucun tir cadré sur dix tentatives au total).

Et ce ne sont pas les entrées de Martial, Andreas Pereira, ou Lingard, derniers coups de poker d'Ole Gunnar Solskjaer, qui ont changé la donne. Il en fallait bien plus pour troubler ce Barça-là.
AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le tourisme expérientiel, cette autre façon de voyager

Heureux ceux qui ont la main verte Niché dans un quartier résidentiel attenant à la rue Lê Thanh Tông, à Hanoï, Green Oasis est un véritable petit havre de verdure comme on les aime. Les clients raffolent de toutes ces petites vitrines remplies de plantes qui ornent les lieux…