01/09/2016 16:57
Barack Obama a quitté le 31 août Washington pour sa onzième et dernière tournée asiatique qui le mènera en Chine, pour le sommet du G20, puis au Laos, une grande première pour un président américain.
>>Barack Obama quitte les États-Unis pour une tournée au Vietnam et au Japon

Le président américain Barack Obama salue avant d'embarquer à bord d'Air Force One, le 31 août à Reno, au Nevada. Photo : AFP/VNA/CVN

L'avion présidentiel Air Force One a quitté la base militaire d'Andrews, dans le Maryland, peu avant 11h00 (15h00 GMT).

"Trois dossiers centraux de la présidence seront au coeur de ce voyage : le changement climatique, l'économie mondiale et la région Asie-Pacifique", a résumé Ben Rhodes, son conseiller.

Après une brève étape dans le Nevada, le président américain s'arrêtera à Hawaï, où il est né et où il s'exprimera en particulier lors du Congrès mondial de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il se rendra ensuite sur le petit atoll de Midway, au milieu de l'océan, au coeur d'une immense réserve naturelle marine dont il vient d'annoncer le quadruplement. Connue sous le nom de Papahanaumokuakea, cette aire protégée désormais interdite de pêche commerciale abrite quelque 7.000 espèces marines. Barack Obama rejoindra ensuite Hangzhou, dans l'Est de la Chine, pour participer au Sommet du G20.

Un tête à tête avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan est en particulier prévu à cette occasion pour évoquer la situation en Syrie, où le conflit a encore gagné en complexité avec l'intervention turque.

Le 5 septembre, il se rendra au Laos, devenant le premier président américain à poser le pied sur le sol de ce petit pays communiste qui assure cette année la présidence de l'Asean (Association des Nations d'Asie du Sud-Est). Il prononcera un discours au cours duquel il devrait une nouvelle fois vanter les mérites du traité de libre-échange transpacifique (TPP), attaqué de toutes parts aux États-Unis et qui doit encore franchir l'obstacle du Congrès.

M. Obama a prévu un face-à-face avec le bouillonnant président philippin Rodrigo Duterte, qui a multiplié les déclarations à l'emporte-pièce lors de sa campagne résolument populiste et menacé à plusieurs reprises de rompre les relations avec Washington. Il se rendra ensuite dans la petite ville de Luang Prabang (Nord), ancienne capitale royale du Laos dans laquelle il participera à une séance de questions/réponses avec de jeunes lao.

Le Laos est le pays du monde qui a reçu le plus grand nombre de bombes par habitant, lorsque la guerre du Vietnam a débordé sur son sol de 1964 à 1973. Washington et Vientiane, qui ont longtemps eu des relations très tendues, ont évoqué ces derniers mois un renforcement du programme américain de déminage et de désarmement de ces engins explosifs.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante