07/10/2018 08:59
L’une des rares maisons de retraite à Hanoï, le Centre de soins pour personnes âgées de Bach Niên Thiên Duc permet aux pensionnaires de socialiser, de participer à des activités de loisirs et de profiter de soins professionnels.
>>Vietnam et Japon renforcent leur coopération dans la santé
>>Manque de maisons de retraite dans un Vietnam vieillissant

Un repas au Centre de soins pour personnes âgées de Bach Niên Thiên Duc à Hanoï.
Photo: Duong Ngoc/VNA/CVN
  
Vivre dans des résidences collectives pour seniors est une toute nouvelle tendance au Vietnam. "Est-ce qu’on arrive à s’adapter à la vie dans ce type de lieu?”, telle est la question que beaucoup de personnes se posent. En outre, "les enfants qui laissent leurs parents y vivre sont des ingrats" reste une idée largement partagée par beaucoup de Vietnamiens. Et pourtant, les maisons de repos comptent de plus en plus de résidents contents d’y demeurer.

À l’épreuve des préjugés

Au Centre de soins pour personnes âgées de Bach Niên Thiên Duc, dans le quartier de Dông Ngac, à l’heure de l’entraînement pour la rééducation, des infirmiers aident des personnes âgées à faire de l’exercice. S’entraînant à marcher, une dame octogénaire fait part de l’accident vasculaire cérébral qu’elle a subi et de son bon rétablissement dans le centre. "Avant, je ne pouvais pas me lever, maintenant je peux rester debout et marcher doucement", se réjouit-elle.

Nguyên Thi Tâm (79 ans) a trois enfants mais a choisi de vivre dans ce centre en payant chaque mois 11 millions de dôngs. "Je vis dans une chambre pour deux personnes. Elle est bien aménagée et confortable. En outre, nous sommes soignées tous les jours, alors, je me sens à l’aise ici", confie-t-elle.

Nguyên Quynh Ngoc (82 ans, ancienne professeure de l’Académie nationale de musique) a une fille résidant à l’étranger. Elle préfère habiter dans cette résidence qu’à l’étranger. "Les employés et infirmiers sont très dévoués, cela me fait du bien", souligne-t-elle.

Pham Thi Tuyêt Hang et son mari ont une histoire différente. Le couple a deux fils habitant tous deux au Japon. Ils y ont déménagé dans un premier temps mais les enfants et petits-enfants devaient travailler et aller à l’école la plupart du temps, ainsi, ils n’étaient pas ensemble très souvent. Du fait que son mari est atteint de la maladie d’Alzheimer, la femme a décidé de revenir avec lui au Vietnam et de trouver refuge au centre. "Ce service nous convient. Nous profitons souvent des soins. Quand il y a un problème, on sonne et les infirmiers arrivent immédiatement”, fait savoir Pham Thi Tuyêt Hang.

Divers services proposés

Outre les soins professionnels, les pensionnaires de Bach Niên Thiên Duc bénéficient d’activités de loisirs collectives et d’entraînements adaptés à leur état de santé.
Photo: Duong Ngoc/VNA/CVN

"Pour chaque patient, les services et soins proposés sont différents, en fonction de leur état de santé. Les personnes âgées sont exigeantes, aussi faut-il un grand amour du travail et de la sympathie pour bien assumer notre rôle", remarque Nguyên Thi Linh, une infirmière.

Au Centre de soins pour personnes âgées de Bach Niên Thiên Duc, outre les soins et les activités physiques, les pensionnaires bénéficient d’animations collectives et culturelles, notamment des clubs de poésie ou de danses, entre autres.  

Mis en service en 2001, le centre est la première résidence privée pour personnes âgées à Hanoï, a informé son directeur Nguyên Tuân Ngoc. Les frais d’hébergement oscillent entre 7 et 20 millions de dôngs chaque mois. Il y a deux autres établissements rattachés à ce centre, situés dans l’arrondissement de Bac Tu Liêm et le district de Soc Son. Ce dernier est équipé d’une piscine, d’un stade de tennis, d’étangs destinés à la pêche, d’appareils modernes pour la rééducation. Le directeur du centre a exprimé le souhait de voir l’État décréter des politiques favorables à la multiplication de ce type d’hébergement, en termes de terrain et de capital notamment.

Selon Nguyên Van Tân, ancien chef adjoint du Département général de la démographie et du planning familial du ministère de la Santé, la multiplication de ce type d’établissement est nécessaire mais du fait d’un prix trop élevé, beaucoup de personnes âgées dans le besoin ne peuvent pas en profiter. Aussi faudra-t-il diversifier les services de soins proposés afin de satisfaire un plus large éventail de clients.
Mai-Canh-Quynh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Le tourisme prend son essor à Binh Liêu Ces dernières années, Binh Liêu a connu des changements remarquables dans son développement du tourisme. Autrefois terre inconnue, ce district est devenu l’une des destinations les plus appréciées à Quang Ninh.