01/10/2017 09:34
Vingroup a lancé le 2 septembre les travaux de son usine de voitures et motos dans la ville de Hai Phong (Nord). Interview de Nguyên Viêt Quang, vice-président du groupe, sur ce projet ambitieux.
>>Hai Phong : mise en chantier du premier complexe de construction automobile du Vietnam
>>Pham Nhât Vuong en tête des plus grandes fortunes en bourse du Vietnam

Pourquoi Vingroup a décidé de s’engager dans la fabrication de voitures, un secteur tout nouveau pour vous ?

La raison principale réside dans notre souhait de créer une marque de voitures vietnamienne de prestige au niveau international comme le sont Mercedes, BMW ou Toyota, pour ne citer qu’elles. Ce projet, baptisé Vinfast, est doté d’un soutien fort et garanti en capital, technologies, main-d’œuvre, et peut s’appuyer sur le réseau de distribution de Vingroup. Comme bien d’autres secteurs dans lesquels Vingroup s’est lancé et réussit maintenant, nous partons d’une feuille blanche. Mais comme vous pouvez le constater, les marques de Vingroup se sont rapidement fait un nom auprès des consommateurs.

Pensez-vous que Vingroup se lance dans une aventure risquée, au regard de la conjoncture défavorable au Vietnam dans la mesure où la taxe d’importation automobile des pays de l’ASEAN sera ramenée à 0% en 2018 ?

L’an prochain, les entreprises automobiles vietnamiennes pourraient arrêter l’importation d’accessoires pour l’assemblage et importer des pièces entières, ce qui entraînerait cependant des centaines de milliers de suppressions d’emplois dans ce secteur. Mais, de notre point de vue, le Vietnam reste l’un des marchés les plus prometteurs du monde en matière de consommation automobile. Aujourd’hui, le taux de Vietnamiens propriétaires d’un véhicule à quatre roues reste très bas, avec 23 unités pour 1.000 habitants, soit 2,3%. À titre de comparaison, ce taux est de 20,4% en Thaïlande et de 40% minimum dans les pays développés. Au Vietnam, la demande est croissante. Voilà pourquoi nous croyons que le marché automobile va exploser et que c’est le moment favorable pour investir dans la construction de voitures «made in Vietnam», pour donner aux Vietnamiens l’opportunité d’acquérir un véhicule à prix raisonnable et respectueux de l’environnement.

Lancement des travaux de Vinfast dans la zone industrielle de Dinh Vu - Cat Hai (ville de Hai Phong), en présence du Premier ministre Nguyên Xuân Phuc (centre). Photo : Thông Nhât/VNA/CVN

Quelles sont les exigences du groupe en termes de ressources financières et humaines pour réussir ce projet ambitieux ?

Nous avons réuni des experts chevronnés dans l’industrie automobile. Nous coopérerons avec des groupes automobiles mondiaux dans la question du transfert de technologies comme Boston Consulting Group, Magna Steyr, AVL, Durr, Henn, etc. En termes de capitaux, nous avons signé un accord de crédit avec le groupe banco-financier Credit Suisse, qui s’est engagé à nous accorder un prêt initial de 800 millions de dollars. L’octroi de prêts supplémentaires se fera en fonction de la demande de développement de Vinfast. 

Minh Tuân - Linh Thao/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand l’héritage architectural français au Vietnam se dévoile

Dà Nang vise neuf millions de touristes d'ici 2020 La ville de Dà Nang est devenue une destination populaire pour les touristes nationaux et étrangers ces dernières années. La ville a été honorée l'année dernière comme "la principale destination en Asie en termes de festivals et d'événement festifs", lors du gala du Prix mondial de Voyage - Asie & Australie.