26/02/2018 09:40
Montrés du doigt après le carnage au fusil d'assaut qui a fait 17 morts dans un lycée de Floride, les fabricants d'armes américains, déjà en situation financière difficile, subissent désormais la défiance de grandes entreprises qui ont commencé à s'en distancer.
>>Trump dit qu'il veut relever l'âge minimum pour pouvoir acheter des fusils
>>Trump vante l'effet dissuasif d'enseignants armés dans les écoles
>>Trump bouge sur les armes à feu

Après la fusillade de Floride, les fabricants d'armes américains en situation financière difficile. Photo : AFP/VNA/CVN

Sous la pression populaire exprimée sur les réseaux sociaux, les loueurs de voitures Hertz et Enterprise (Alamo, National), les assureurs Metlife et Chubb, et la société de sécurité informatique Symantec ne veulent plus être associés à la NRA, le puissant lobby des armes.

Ces sociétés ont, l'une après l'autre, officiellement mis fin vendredi 23 février à leurs partenariats respectifs. Dans la plupart des cas, ces partenariats reposaient sur de multiples avantages accordés à des membres de la NRA souhaitant par exemple louer une voiture, prendre l'avion ou obtenir une assurance spécifique.

"Les réactions des clients nous ont poussés à revoir nos relations avec la NRA", a tweeté First National Bank of Omaha, un des plus gros émetteurs de cartes de crédit aux États-Unis.

Samedi 24 février, ce sont les compagnies aériennes Delta Air Lines et United Airlines qui ont annoncé sur Twitter supprimer les réductions accordées jusque-là aux membres de la NRA. Elles ont demandé dans des communiqués distincts au lobby des armes de supprimer de son site les informations sur leurs tarifs préférentiels.

Et l'une des plus grosses banques américaines, Bank of America, a annoncé qu'elle réexaminait ses relations avec les fabricants d'armes.

"Nous nous joignons à d'autres groupes de notre secteur pour voir ce que nous pouvons faire pour arrêter la tragédie des fusillades meurtrières", a indiqué la banque à l'AFP. Elle va donc "contacter le nombre limité de ses clients qui fabriquent des fusils d'assaut à usage non-militaire pour voir comment ils peuvent contribuer à cette responsabilité partagée".

"Il y a (actuellement) beaucoup de réactions hostiles" envers l'industrie des armes, explique à l'AFP Jeff Pistole, un vendeur d'armes de l'Arkansas (Sud). 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Huê lancera des bus à toit ouvert Les touristes à Huê auront l’occasion de découvrir l’ancienne capitale impériale par des visites en bus à toit ouvert, selon les informations du Service du tourisme de la province centrale de Thua Thiên-Huê.