23/11/2020 10:23
Le secteur immobilier connaît un nouvel âge d'or aux États-Unis en pleine pandémie, mais l'appétit pour les maisons neuves et anciennes fait aussi grimper les prix au point que de plus en plus de foyers modestes voient leur espoir d'accéder à la propriété s'envoler.
>>Les États-Unis espèrent commencer à vacciner à la mi-décembre
>>Le Nord-Est des États-Unis craint à son tour une 2e vague
>>La pandémie continue à s'aggraver, notamment aux États-Unis

À Washington, le 19 novembre. Le marché immobilier aux États-Unis est en plein boom malgré la pandémie. Photo : AFP/VNA/CVN 

"C'est vraiment une histoire de nantis et de démunis", résume Dana Scanlon, agent immobilier dans la région de Washington D.C., la capitale fédérale.

Pour faire face à la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19, la Banque centrale américaine a abaissé en mars ses taux d'intérêt quasiment à 0.

"Ceci a donné un gros coup de pouce aux achats immobiliers pour les gens qui ont gardé leur emploi, qui peuvent travailler de la maison, qui n'ont plus besoin de se rendre au bureau", constate Dana Scanlon. De plus, les ménages aisés ont pu "ironiquement" épargner depuis le début de la pandémie, ajoute-t-elle.

Avec moins de dépenses consacrées aux voyages, aux sorties culturelles ou aux restaurants, ils ont finalement pu viser des biens plus grands et plus chers. La poursuite du télétravail des cols blancs et la fermeture de nombreuses écoles du pays sept mois après le début de la pandémie continuent de doper la demande.

L'envolée des ventes, alors que la pandémie n'en finit plus, a pris par surprise les professionnels du secteur qui n'ont pas oublié l'effondrement du marché pendant la crise financière de 2008-2009.

"Pyramide" 

Une maison à vendre à Washington, le 19 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN 

"Il y a une espèce de pyramide d'acheteurs", explique Dana Scanlon. Ceux qui avaient un studio recherchent un deux-pièces, ceux qui disposaient d'un deux-pièces veulent une maison avec un petit jardin et ainsi de suite.

En octobre, les ventes de logements anciens ont ainsi atteint leur plus haut niveau depuis début 2006, selon la fédération nationale des agents immobiliers, la NAR. Mais l'amenuisement du stock de biens disponibles à la vente a aussi provoqué une hausse vertigineuse des prix.

Selon les données compilées par la NAR, le prix médian des maisons individuelles a en effet grimpé de 12% au troisième trimestre comparé à la même période de 2019, pour s'établir à 313.500 USD. Les quatre grandes régions des États-Unis ont enregistré des hausses de prix à deux chiffres, à commencer par l'Ouest (13,7%) suivi de près par le Nord-Est (13%), le Sud (11,4%) et le centre (11,1%).

À ce rythme-là, note la fédération, le prix des maisons a augmenté quatre fois plus vite que le revenu familial médian (+2,9%). En conséquence, de plus en plus de personnes qui souhaitaient acheter pour la première fois un bien immobilier doivent désormais y renoncer.

Et la part des "primo-accédants" diminue : 31% en 2020 contre 33% il y a un an, confirme Lawrence Yun, chef économiste pour la NAR.

"En raison de la forte augmentation des prix, il devient de plus en plus difficile pour les locataires d'épargner pour l'acompte" nécessaire au premier achat, explique-t-il.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

Le festival Têt Viêt 2021 s’est ouvert à Hô Chi Minh-Ville Le festival du Têt Viêt 2021 (2e édition) a été inauguré en soirée du 21 janvier au parc Lê Van Tam, à Hô Chi Minh-Ville, dans une ambiance bon enfant, avec au menu de nombreuses activités spectaculaires et commerciales d’accueil du Nouvel An lunaire, qui approche à grand pas.