09/10/2015 00:00
Des centaines d’enfants dans les couloirs de l’Hôpital pédiatrique Nhi Dông 1 ces derniers jours. Ce phénomène de surcharge est dû à une épidémie de dengue et d’infections ORL. De plus, des maladies respiratoires et autres maladies enfantines pointent leur nez !
>>Augmentation du nombre de cas de maladie pieds-mains-bouche à Hô Chi Minh-Ville

Enfants dans les couloirs de l’Hôpital pédiatrique 1, à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : Quang Châu/CVN

"Le nombre d’enfants hospitalisés a augmenté fortement ces derniers temps. Si au début du mois de septembre, l’hôpital accueillait 5.200 cas/jour, à  la fin du mois, ce nombre était passé à 6.200", indique Ngô Ngoc Quang Minh, directeur de gestion générale de l’Hôpital pédiatrique Nhi Dông 1.

Plus important encore, l’hôpital n’avait jamais connu plus de 2.000 cas/jour. Or, en août et septembre 2015,  des journées à 2.100 cas ont été notées.

L’Hôpital pédiatrique Nhi Dông 2 connaît le même phénomène. En août, il a accueilli en moyenne 5.000 enfants/jour. Et fin septembre, près de 7.000. Le nombre d’enfants hospitalisés a atteint le chiffre de 2.000 cas journaliers. Du jamais vu.

Les cas d’hospitalisation concernent principalement les patients atteints de dengue et de maladies ORL. Parallèlement à cela, les maladies respiratoires et maladies enfantines augmentent. Le Service de santé de la ville estime que le nombre de cas de dengue est semblable au pic de l’épidémie de 2011.

Le nombre d’enfants hospitalisés en fin
septembre dernier a atteint des records


Lê Thi Bich Liên, sous-directrice de l’Hôpital pédiatrique Nhi Dông 1 : "Habituellement, le nombre d’enfants malades est plus élevé les derniers mois de l’année. C’est pourquoi l’hôpital se prépare chaque année à faire face à cette augmentation. Néanmoins, le nombre d’enfants hospitalisés ces deux dernières semaines de septembre 2015 a atteint des records".

Afin d’affronter cette situation, les hôpitaux pédiatriques de Hô Chi Minh-Ville accroissent le nombre d’outils de diagnostic, de lits au sein des services d’urgence. Ils mobilisent également plus de médecins et augmentent les heures de travail le midi pour limiter stress des jeunes patients et de leur famille. À côté de cela, les directeurs d’hôpitaux encouragent les équipes médicales débordées à maintenir une bonne efficacité au travail et à conserver de bons rapports avec les patients.

Selon les données des hôpitaux, actuellement 60-65% des cas d’hospitalisation de la ville sont transférés depuis les provinces et régions du sud. Pour les maladies bénignes, les médecins conseillent désormais aux familles de consulter les centres de santé locaux, ceci afin d’éviter les contaminations au sein des villes. Par ailleurs, il est important durant ces périodes d’épidémie de garder un environnement propre et de faire attention à son alimentation.

Cao Vy-Quang Châu/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée pour découvrir l’ambassade de France au Vietnam

Balade vivifiante à la cascade de Pac Sui En se rendant pour la première fois dans le district de Tiên Yên, province de Quang Ninh, difficile de ne pas s’émerveiller devant le spectacle de la chute d’eau de Pac Sui.