04/09/2020 20:47
Sur l'île de Tuti, reliée à Khartoum par un unique pont, les habitants remplissent des sacs de sable et de cailloux, frêles barrages face à l'impétueux Nil dont le niveau n'a jamais été aussi haut.
>>Au Soudan, les chercheurs d'or martyrisent les sites antiques
>>Soudan : les inondations ont fait 77 morts

Des Soudanais regardent les inondations sur l'île de Tuti, le 3 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le fleuve nourricier peut devenir source de malheurs au Soudan lorsque les pluies torrentielles qui s'abattent durant l'été l'ont tant gonflé qu'il sort de son lit, inondant les terres et ravageant les habitations.

"Il y a trois jours, l'eau a envahi ma maison vers minuit. Nous en avions jusqu'aux genoux. Mon mari et moi, avec nos cinq enfants, nous sommes enfuis vers le centre où nous nous trouvons actuellement, en emportant à la main quelques affaires", explique Swakin Ahmad, vêtue d'un voile rouge.

Cette île n'en est pas à sa première inondation mais cette fois, c'est pire. "Ces dernières années, il m'est arrivé de quitter ma maison durant deux mois pour habiter chez des amis. Cette année, impossible, l'eau s'était infiltrée chez eux aussi", ajoute cette mère de famille.

Selon le dernier bilan de la défense civile, sur l'ensemble du pays, les crues ont causé la mort de 94 personnes, en ont blessé 46, et plus de 60.000 maisons ont été détruites ou endommagées.

Le niveau du Nil a atteint 17,57 m, selon le ministère de l'Eau de l'irrigation, un record absolu depuis plus de cent ans, date du début des relevés sur le fleuve. 

Les autorités de l'État de Khartoum ont déclaré l'état d'urgence. Mais le pire est à venir dans les prochaines semaines car des fortes pluies sont attendues jusqu'à fin septembre en Éthiopie et au Soudan, selon le ministère.

AFP/VNA/CVN


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le Vietnam sera le premier candidat à la Lorsque les pays lèveront la fermeture de leurs frontières, le Vietnam sera le premier candidat à la "bulle touristique" internationale grâce à son succès dans le contrôle de l’épidémie.