27/02/2019 11:35
Ce n’est pas parce que c’est le Têt (Nouvel An lunaire) que le nombre de patients dans les hôpitaux diminue. C'est même souvent le contraire. Le Têt du Cochon, n’a pas failli à la règle. Au lieu de le fêter en famille, des docteurs et infirmiers l’ont consacré aux patients.
>>Confiance aux cliniques satellites
>>L’hôpital Nhân Dân 115 effectue sa première opération du cerveau à l'aide d'un robot
>>De nouvelles technologies au service de l’endoscopie médicale

Aux Urgences de l’hôpital Bach Mai à Hanoï.

D’après Dô Tât Thành, des Urgences de l’hôpital d’amitié Viêt-Duc à Hanoï, en plus des cas graves qui devaient rester hospitalisés lors du Têt, "nous avons accueilli de nombreux patients, surtout des jeunes victimes d'accidents de la route". Normalement, la chambre réservée aux soins intensifs et aux urgences accueille six personnes, mais pendant les derniers jours fériés, cette chambre a dû en recevoir jusqu'à 12. Ainsi, presque tous les médecins et infirmiers de ce service, ont dû être de permanence 24 heures sur 24.

Fêter le Têt à l’hôpital devient habituel pour plusieurs médecins. Lê Nguyên Vu, des Urgences de l’hôpital Viêt-Duc, explique qu’à cause du grand nombre de patients, pendant les vacances du Têt, les chirurgiens devaient intervenir souvent toute la nuit. "Outre le nombre de victimes d’accidents de la route, le nombre d’accidents causés par des pétards au Nouvel An lunaire a connu une hausse. Le traitement n’est pas facile, car les dégâts causés par les pétards sont principalement à la tête, au visage, au cou, aux mains... Les médecins ne soignaient pas seulement les patients, mais encore ils devaient opérer habilement les visages ou des bras déformés ... pour les remettre dans un état normal", confie le docteur Lê Nguyên Vu.

Chiffres parlants

Selon un rapport du Service de la santé de Hanoï, pendant le Têt, les hôpitaux ont mobilisé 1.700 agents par jour, dont 280 médecins/jour dans les Départements de secours. Rien que dans les établissements de grande taille de la capitale tels que l’hôpital d’amitié Viêt-Duc ou celui Bach Mai…, chacun comptait environ 400 agents par jour.
 
Après des dizaines d’années d’expérience, le Professeur-Docteur Lê Ngoc Thành, directeur de l’hôpital E (Hanoï), est souvent présent pendant la nuit du Réveillon pour aider les médecins de permanence. Au Service d'urgences lors de la nuit du Réveillon, il y a eu une vingtaine de patients en hypertension grave et de nombreuses victimes d’accidents de la circulation…

Tout le monde sur le pont

Bon nombre de médecins et infirmiers doivent travailler lors du Nouvel An lunaire. 

À l’Hôpital d’obstétrique de Hanoï, bien que ce soit la nuit du Réveillon, l’ambiance de travail était la même que celle des jours ordinaires. Médecins et infirmiers s'affairaient à pas pressés, car de nombreuses femmes enceintes attendaient la naissance de leurs "anges". Et, le premier citoyen de la capitale né au Nouvel An lunaire du Cochon 2019 était  Nguyên Dac Nhât Minh, fils de Dang Thi Ngoc Lan, domiciliée dans l’arrondissement de Nam Tu Liêm.

Nguyên Duy Anh, directeur de l’hôpital  était présent pour féliciter Dang Thi Ngoc Lan et son fils. Bien qu’il soit familier du travail pendant le Têt, il sait que les agents de santé étaient un peu tristes parce qu’ils ne fêtaient pas le Nouvel An lunaire avec leur famille.

Pour sa part, Nguyên Huu Câp, chef des Urgences de l’Hôpital des maladies tropicales, n’avait qu’un seul souhait : être libre pour amener ses enfants voir les feux d'artifices au lac Hoàn Kiêm, lors de la nuit du Réveillon.

"Notre métier est de sauver la vie des malades sans distinction de jours fériés ou normaux", conclut le docteur Nguyên Huu Câp.

Texte et photos: Hoàng Phuong - Ngoc Hai/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

À la recherche d'une stratégie pour optimiser les potentiels touristiques Une stratégie visant à développer un tourisme adapté au changement climatique dans le delta du Mékong est en cours d'élaboration, dans le but d'exploiter pleinement le potentiel local.