15/08/2020 15:30
"On a annulé nos vacances et on rentre à la maison !" : au port de Calais, les files de véhicules continuaient de gonfler vendredi soir 14 août, mais sans créer de perturbation majeure, après la décision de Londres d'imposer une quarantaine, liée à l'épidémie de COVID-19, à toute personne venant de France.
>>La France, Malte et les Pays-Bas placés sur la liste de quarantaine du Royaume-Uni
>>L'épidémie monte en puissance, l'alerte rouge à la canicule levée

Les véhicules débarquent d'un ferry de Calais au port de Douvres dans le Sud-Est de l'Angleterre, le 14 août. Photo : AFP/VNA/CVN

Vers 22h00, les files d'attente pour embarquer sur les ferrys étaient pleines, débordant légèrement sur la rocade menant au premier port français pour le trafic passagers, mais sans provoquer de bouchons sur les autoroutes alentours.

Environ 300 véhicules, dont beaucoup de caravanes, de camping-cars ou de voitures avec galeries ou porte-vélos attendaient de passer les portiques d'enregistrement avant d'embarquer.

"D'habitude, en temps de COVID, nous assurons 1.700 passagers jour, soit le tiers du trafic hors COVID. Depuis ce matin et l'annonce de la décision, nous avons pratiquement doublé ce chiffre", a déclaré la direction du port. Il est impossible de se présenter à l'embarquement sans réservation.

"C'est un peu comme si on recommençait l'opération dynamo de mai 1940 avec notre retour précipité at home....", sourit avec flegme Ken, voyageur londonien qui se présente au volant de sa voiture avec sa femme et ses trois enfants, billet en main pour embarquer à bord d'un ferry de la compagnie DFDS. "On avait prévu de rentrer avant le rush du 15 août... On ne le regrette pas", ironise-t-il, conscient d'être passé entre les gouttes.

Paul Trower, retraité britannique, a pu trouver son sésame : "quand je me suis levé ce matin vers 06h00, j’ai regardé mon téléphone et tout le monde m’écrivait que nous allions être en quarantaine, donc on a regardé et réservé un ferry, annulé nos vacances et on rentre à la maison pour éviter cela, parce que ma femme travaille et que je dois m’occuper de ma petite fille".

Plus de passagers par ferry

Fermées en raison de l'épidémie, les salles d'embarquement des compagnies ont rouvert exceptionnellement. Pas pour la vente aux guichets - seules marchent les réservations par internet - mais pour informer les passagers et gérer les flux, une tâche assurée par le personnel du port, chasuble orange sur le dos. Les compagnies ont augmenté les capacités des ferrys, passant de 500 à 750 passagers chez DFDS et de 900 à 1.200 chez P&O.

La nouvelle de cette quarantaine imposée par Londres suscite aussi la surprise : "je crois que c’est très soudain, je pense que cela aurait pu être un peu plus graduel, en étant prévenu plus à l’avance", relève Tony Samson, un ingénieur britannique.

"On sait que le nombre de nouveaux cas augmente en France, mais il augmente partout ! J'ai dû tout annuler pour venir ici", abonde Igor Ivanickig, un Britannique, devant un magasin de vins et spiritueux à proximité du terminal ferry.

Près de la gare TGV de Calais-Fréthun, le gérant d'un autre magasin du même type, Olivier Versmisse, se désole lui aussi : "c'est une très mauvaise nouvelle. Les Anglais ne sont de retour que depuis quelques mois. On sentait qu’ils avaient besoin et envie de revenir sur le continent pour les vacances, pour faire plein de choses qu’ils avaient l’habitude de faire. Là, malheureusement, les gens ne vont plus venir. On a déjà des annulations de commandes..."

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La VNA fête ses 75 ans, un flux incessant d’informations officielles

Le tourisme vietnamien pâtit du coronavirus Au troisième trimestre de cette année, environ 44.000 arrivées de visiteurs étrangers ont été recensées au Vietnam, soit 1% du bilan de la même période de l’an dernier, selon l’Office général des statistiques.