22/06/2022 21:47
Au moins 920 personnes ont été tuées et 600 blessées dans un puissant séisme qui a frappé une zone frontalière isolée du Sud-Est de l'Afghanistan, dans la nuit de mardi 21 à mercredi 22 juin, selon les autorités, qui craignent que le bilan ne s'élève encore.
>>Au moins 255 morts dans un puissant séisme en Afghanistan

Des soldats et des responsables du Croissant-Rouge près d'un hélicoptère dans la zone touchée par un tremblement de terre dans le district afghan de Gayan, province de Paktika, le 22 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Jusqu'ici, selon les informations dont nous disposons, au moins 920 personnes ont été tuées et 600 blessées", a déclaré en conférence de presse le ministre adjoint des Catastrophes naturelles, Sharafuddin Muslim.

Le bilan pourrait encore s'aggraver car de nombreuses personnes restent piégées sous les décombres de leurs maisons démolies.

"Nous appelons les agences d'aide à apporter une aide immédiate aux victimes du tremblement de terre afin d'éviter une catastrophe humanitaire", a twitté le porte-parole adjoint du gouvernement Bilal Karimi.

Le séisme, d'une magnitude 5,9, est survenu à une profondeur 10 km vers 01h30 mercredi 22 juin, tout près de la frontière avec le Pakistan, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Un deuxième secousse de magnitude 4,5 a frappé quasiment au même endroit à la même heure, selon l'USGS.

Selon Yaqub Manzor, un chef tribal de Paktika, de nombreux blessés provenaient du district de Giyan, dans la province, et ont été transportés à l'hôpital par des ambulances et aussi des hélicoptères.

"Les marchés locaux sont fermés et les gens se sont précipités (pour aider) dans les zones affectées", a-t-il déclaré par téléphone.

Des photos postées sur les réseaux sociaux montrent des maisons effondrées dans les rues d'un village, dans cette région rurale pauvre et difficile d'accès.

Des vidéos montrent aussi des habitants des zones touchées chargeant des blessés dans un hélicoptère.

"Une grande partie de la région est montagneuse et les déplacements sont difficiles. Cela prendra du temps pour transporter les morts et les blessés", a expliqué le ministre des Catastrophes naturelles, Mohammad Abbas Akhund.

Limités depuis longtemps en nombre et en capacité, les services de secours sont inadaptés en Afghanistan pour faire face seuls à une catastrophe naturelle majeure.

"Le gouvernement fait au mieux de ses capacités", a twitté Anas Haqqani, un autre haut responsable taliban. "Nous espérons que la communauté internationale et les organisations humanitaires aideront aussi les gens dans cette situation terrible".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Dak Lak et Hanoï coopèrent dans le tourisme Un séminaire sur la coopération entre Hanoï et Dak Lak a eu lieu jeudi 11 août dans la ville de Buôn Ma Thuôt de la province des hauts plateaux du Centre.