09/06/2020 16:29
Avec un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards USD, la valeur d'achat en ligne de 225 USD/personne et un taux de croissance stable de 30%/an sur la période 2016-2020, l’e-commerce du Vietnam pourra atteindre un chiffre d’affaires de 35 milliards d'USD et la valeur des achats en ligne par personne 600 USD d'ici 2025.
Classement des marchandises par l'entreprise de vente en ligne Ladaza.
Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

Le plan directeur national de développement du commerce électronique  pour la période  2021-2025 vient d'être approuvé par le gouvernement. Ce plan prévoit que d’ici 2020, 55% de la population ferait des achats en ligne d'ici 2025 et que la valeur des achats de biens et services en ligne serait en moyenne de 600 USD / personne / an. Les revenus du commerce électronique B2C (entreprise à consommateur pour les biens et services de consommation en ligne) devraient augmenter de 25 % chaque année, atteignant 35 milliards d’USD, soit 10% du total des ventes au détail de biens et services de consommation à l'échelle nationale.

En ce qui concerne les infrastructures des services de soutien à l’e-commerce, le paiement sans numéraire devrait atteindre 50%. Et 70% des achats en ligne se feraient via des factures électroniques. Les localités autres que Hanoï et Hô Chi Minh-Ville représenteraient 50% de la valeur des transactions dans le cadre du commerce électronique B2C.

Au cours de la période 2016-2020, la taille du marché du commerce électronique  au Vietnam a cru régulièrement, jusqu'à 30% / an, avec un chiffre d’affaires de 10 milliards USD, ce qui représente 4% du total des ventes au détail et services de consommation.

À présent, au moins 44,8 millions de personnes ont fait des achats en ligne, soit une forte augmentation par rapport aux 30,3 millions de personnes en 2015, avec une valeur d'achat en ligne moyenne de 225 USD par personne et par an.

Avec cette tendance à la croissance régulière des utilisateurs d'Internet, à l’application des technologies numériques dans la production et les affaires des entreprises, le directeur du Département de l’e-commerce et de l’économie numérique (relevant du ministère de l’Industrie et du Commerce), Dang Hoàng Hai, a estimé que la valeur des achats de biens et services en ligne serait en moyenne de 600 USD / personne / an au cours des cinq prochaines années. Les revenus du commerce électronique B2C devraient augmenter de 25 % chaque année, atteignant 35 milliards d’USD, soit 10% du total des ventes au détail de biens et services de consommation à l'échelle nationale.

De plus, l'objectif de 70% d'achats sur des sites d’e-commerce avec des factures électroniques est tout à faire réalisable.

La facturation électronique est une solution qui présente de nombreux avantages pour les entreprises et les organismes chargés de la gestion de l’e-commerce. La conversion de l'utilisation de factures papier en factures électroniques est la condition indispensable d'un système commercial moderne et transparent.

Pour un avenir de paiement sans numéraire

Selon les statistiques de la période 2016-2019, 80% des personnes interrogées préfèrent payer en espèces lors de la livraison.
Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

Actuellement, 80% des acheteurs en ligne utilisent encore le mode de "livraison de marchandises contre paiement".

Bien que les infrastructures de paiement soit achevées, 80% des personnes interrogées préfèrent payer en espèces lors de la livraison, selon des statistiques de la période 2016-2019. Parmi les raisons expliquant ce phénomène : les consommateurs manquent encore de confiance lors de l'achat et hésitent à accéder aux nouvelles technologies, à quoi s’ajoutent des fraudes en ligne qui les découragent...

Pour remédier à ce phénomène, la Direction générale de la gestion des marchés a  mis en place un groupe de travail chargé du commerce électronique. Les sites d’e-commerce   ont également signé un engagement avec la Direction du commerce électronique et de l'économie numérique, participant au programme "Dire non aux produits contrefaits dans le commerce électronique".

"Avec ces activités, nous détecterons et lutterons à temps pour prévenir l'utilisation abusive de la vente en ligne dans le commerce de produits de contrefaçon, contribuant à assainir l'environnement des affaires, rehaussant la confiance des consommateurs", considère le directeur du Département de l’e-commerce et de l’économie numérique, Dang Hoàng Hai. Le Département a également ouvert un système de gestion et de règlement des plaintes en ligne et litiges.

Après la signature de l'engagement de participer au programme "Dire non aux produits contrefaits dans le commerce électronique", 23.751 "stands" avec 265.935 produits ont été contrôlés, examinés et traités jusqu'à décembre 2019.  "Lors de l'épidémie de COVID-19, en examinant des produits pour la prévention de l’épidémie, nous nous sommes concentrés sur la vérification des prix, l'élimination des produits et des +stands+ coupables de fraudes telles que l'augmentation des prix de vente et frais de livraison", toujours selon le responsable du Département de l’e-commerce et de l’économie numérique.

Dès le début de l’épidémie en mai 2020, les plateformes de commerce en ligne ont enlevé environ 34. 600 produits (masques faciaux et gel désinfectant pour les mains). Les sites de commerce en ligne ont affiché le logo "Dire non aux contrefaçons" et publié sur leur page d’accueil le processus de réception, traitement et réaction  aux réclamations sur les produits contrefaits.

Les plateformes ont également mis en œuvre des mesures techniques telles que  filtrage, mots clés,  augmentation des effectifs pour prévenir, éliminer et gérer les produits contrefaits sur les sites Web et les applications.

Lorsqu'il y a des plaintes ou des retours des autorités, de nombreuses plateformes procèdent immédiatement à la vérification, à la suppression des produits contrefaits.

La lutte contre les fraudes et les atteintes à la propriété intellectuelle présente des difficultés. Les plateformes estiment qu'elles n’ont pas suffisamment de capacités et d'autorité pour identifier les produits contrefaits.

Des agents de la Direction générale de la gestion des marchés examinent des chaussures soupçonnées de fraudes marques. 
 Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

Un autre problème, c’est que les prescriptions sur les amendes à l’encontre des entreprises coupables de contrefaçons ne sont pas suffisantes pour dissuader. Plus précisément, l'amende en vertu du droit commercial ne représente pas plus de 8% de la valeur de la partie de l'obligation contractuelle qui a été violée. Le directeur du Département de l’e-commerce et de l’économie numérique, Dang Hoàng Hai, affirme que ce problème doit être amélioré lors de l'élaboration d'un mécanisme politique de gestion.

Promouvoir les entreprises de vente en ligne

Le commerce électronique au Vietnam se développe avec un taux de croissance d'environ 30 à 35%. Pendant la période du COVID-19,  ce chiffre est passé à plus de 40%. Les statistiques des plateformes de commerce électronique   montrent que le nombre d'acheteurs et de transactions a fortement augmenté depuis le début de l'année.

En 2020, la taille du marché de l’e-commerce devrait augmenter plus fort, et pourrait atteindre 13-15 milliards d’USD. L’épidémie de COVID-19 n'est pas seulement un "test" mais aussi une grande force motrice. On peut dire que le COVID-19 dynamise les ventes en ligne, et les entreprises qui veulent survivre et se développer durablement dans une économie numérique ne peuvent plus ignorer les canaux de vente en ligne.

Selon le plan directeur national de développement du commerce électronique  pour la période  2021-2025, 50% des PME mèneraient des activités commerciales sur des plateformes de commerce en ligne ; 40% participeraient à des activités d’e-commerce sur des applications mobiles ; 70% des prestataires de services d'électricité, d'eau, de télécommunications et de communication établiraient des contrats électroniques avec les consommateurs.

Hoàng Hoa/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Un champ d’ananas pour affoler son compteur de Hormis les cavernes Mua ou Tam Côc - Bich Dông, la province de Ninh Binh abrite également une nouvelle destination attirant les visiteurs. Il s’agit d’un champ d’ananas dans la ville de Tam Diêp.