27/08/2021 08:58
Des kamikazes du groupe jihadiste État islamique (EI) ont attaqué jeudi 26 août la foule des Afghans massés à l'aéroport de Kaboul dans l'espoir de fuir les talibans, faisant des dizaines de morts dont au moins treize soldats américains.
>>Biden confirme le retrait d'Afghanistan au 31 août
>>Les États-Unis s'entretiennent avec les talibans sur une éventuelle prolongation de l'évacuation
>>Afghanistan : une mosaïque ethnique dans un pays fragmenté
>>Face au retrait d'Afghanistan, Biden tente de reprendre la main sur la communication

Des soignants amènent un blessé sur un brancard à l'hôpital après un double attentat-suicide à l'aéroport de Kaboul, le 26 août.
Photo : Aljazeera/VNA/CVN

Visiblement secoué, le président américain Joe Biden a promis en réaction de "pourchasser" et de "faire payer" les auteurs de l'attaque, et il a qualifié de "héros" les militaires tués.

Ce premier attentat meurtrier depuis le retour au pouvoir des talibans le 15 août intervient à quelques jours du départ du pays des troupes américaines, prévu le 31 août après 20 ans de guerre infructueuse contre les islamistes.

La double explosion a tué au moins 13 soldats américains et en a blessé 18 autres, selon le Pentagone. Les talibans ont recensé jusqu'à vingt morts et 52 blessés. Mais d'autres sources évoquent un bilan bien plus lourd.

Un haut fonctionnaire de santé du gouvernement pré-taliban, qui a requis l'anonymat, a affirmé que le bilan pourrait atteindre 60 morts, chiffre non confirmé par d'autres sources.

Une troisième puissante explosion a été entendue à Kaboul vers minuit, faisant craindre un nouvel attentat. Mais le régime taliban a indiqué peu après qu'elle n'était pas due à une attaque mais à des destructions d'équipements par l'armée américaine à l'aéroport, ce que cette dernière n'a pas confirmé dans l'immédiat.

"Nous vous pourchasserons et nous vous ferons payer", a lancé peu après M. Biden à l'adresse des auteurs de cette attaque, la plus meurtrière contre l'armée américaine en Afghanistan depuis 2011 et qui a été revendiquée par l'EI.

Les larmes aux yeux, il a rendu hommage aux soldats tués, "des héros (...) engagés dans une mission dangereuse et altruiste pour sauver d'autres vies" et il a fait savoir que les États-Unis allaient "poursuivre l'évacuation".

"L'Amérique ne se laissera pas intimider", a-t-il dit. "Nous ne nous laisserons pas décourager par des terroristes. Nous ne les laisserons pas arrêter notre mission".

Il a ajouté qu'il n'avait pas jusqu'ici de "preuve" d'une "collusion" entre les talibans et l'EI, deux groupes aux fortes divergences et qui se sont affrontés ces dernières années, dans l'organisation de cet attentat.

Selon Washington, qui s'attend à ce que les attaques de l'EI "continuent", cet attentat a été mené par deux kamikazes du groupe jihadiste, suivi d'une fusillade.

Sous le nom d'ISKP (État islamique de la province du Khorasan), l'EI a revendiqué certaines des attaques les plus sanglantes commises ces dernières années en Afghanistan, faisant des centaines de morts.

Secouristes débordés

En réaction à l'attentat, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé à une réunion du Conseil de sécurité sur l'Afghanistan.

Les Occidentaux ont condamné l'attentat, en soulignant qu'il ne devait pas empêcher la poursuite des évacuations massives, qui ont à ce jour permis de faire partir près de 100.000 personnes.

Des milliers d'Afghans avaient continué à se masser jeudi 26 août à l'aéroport, malgré les avertissements des Occidentaux concernant une menace d'attentat.

Après les explosions, des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient des dizaines de victimes, mortes ou blessées, étendues dans les eaux saumâtres d'un canal d'égout, entourées de secouristes débordés et démunis.

Des combattants talibans sur un pickup près d'un hôpital où des volontaires conduisent des blessés du double attentat près de l'aéroport de Kaboul, le 26 août.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le nouveau régime taliban, via son porte-parole Zabihullah Mujahid, a "fermement condamné" ces "attentats à la bombe", tout en soulignant qu'ils étaient survenus dans une zone placée sous la responsabilité de l'armée américaine.

Depuis la reprise soudaine de Kaboul et du pouvoir par les talibans, le vaste aéroport de Kaboul est le dernier endroit du pays où sont rassemblés les forces occidentales, menées par l'armée américaine.

L'OTAN et l'Union européenne ont appelé à poursuivre les évacuations depuis Kaboul malgré tout.

Panique

La chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé un attentat "absolument ignoble". L'Allemagne a annoncé avoir mis fin à ses vols d'évacuation, comme les Pays-Bas et le Canada.

D'autres pays comme le Royaume-Uni et la France ont indiqué poursuivre leurs évacuations.

Après les explosions, Paris a annoncé le rapatriement en France pour raisons de sécurité de son ambassadeur en Afghanistan, David Martinon, qui se trouvait jusqu'alors à l'aéroport de Kaboul.

Selon des sources militaires, l'une des explosions s'est produite à proximité d'Abbey Gate, l'un des trois points d'accès à l'aéroport.

"C’était une énorme explosion, au milieu de la foule qui attendait devant une des portes de l’aéroport", où entrent des gens qui se font évacuer par les Occidentaux, a déclaré un témoin de la scène, Milad.

"Ça a été la panique totale. Les talibans ont alors tiré en l'air pour disperser les gens qui attendaient devant la porte", a indiqué un autre témoin, qui a notamment vu "un homme courir avec un bébé blessé dans les bras".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Le vice-PM Vu Duc Dam préside une réunion sur le redémarrage du tourisme Dans l'après-midi du 21 octobre, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a présidé une réunion en ligne avec plusieurs ministères et Comités populaires locaux sur le plan d'accueil de touristes étrangers dans la nouvelle situation.