22/03/2018 09:04
Au moins 26 personnes, pour la plupart des adolescents, ont été tuées mercredi 21 mars dans un attentat-suicide revendiqué par l'État islamique (EI), alors qu'elles célébraient Norouz, le Nouvel An perse, devant l'université de Kaboul.
>>Un attentat près d'un meeting politique fait quatre morts dans l'Est
>>Afghanistan: dix agents de sécurité tués et neuf autres blessés dans le Nord
>>Afghanistan : Ghani offre cessez-le-feu et paix sous conditions aux talibans

Des enquêteurs afghans sur les lieux d'un attentat le 21 mars à Kaboul.
Photo : AFP/VNA/CVN

Cette attaque, commise par un kamikaze à pied, est la cinquième dans la capitale en l'espace de quelques semaines. "L'assaillant a actionné sa veste explosive dans une foule. La plupart (des victimes) célébraient Norouz", a déclaré Nasrat Rahimi, l'adjoint du porte-parole du ministère de l'Intérieur. Dix-huit autres personnes ont été blessées, "toutes des civils", la plupart "des adolescents", a-t-il ajouté.

Le bilan pourrait encore s'aggraver, alors que le ministère de la Santé afghan fait état de son côté de 31 morts et 65 blessés. Les attentats donnent souvent lieu à des bilans contradictoires en Afghanistan.

Des témoins ont rapporté que la charge explosive était dissimulée dans un tambour porté par l'assaillant, a indiqué Basir Mujahid, un porte-parole de la police.

L'attentat s'est produit devant un hôpital situé en face de l'université de Kaboul, à moins de 200 mètres de Karte Sakhi, un mausolée où de nombreux Afghans se rassemblent chaque année pour fêter Norouz.

La sécurité avait été renforcée en prévision des célébrations, et le kamikaze n'a de fait pas réussi à atteindre le mausolée.

"Il s'est alors fait exploser parmi des adolescents qui en revenaient", a raconté à la chaîne Tolo news le chef de la police de Kaboul, Mohammad Daud Amin.

La déflagration s'est produite alors des gens jouaient de la musique et dansaient, a indiqué un jeune garçon blessé, parlant à la chaîne Tolo depuis son lit d'hôpital.

Des taches de sang étaient visibles sur le lieu de l'attaque, tout comme des objets épars appartenant aux victimes.

Carte de localisation de l'université de Kaboul en Afghanistan devant laquelle un kamikaze à pied s'est fait exploser, tuant plusieurs personnes.
Photo : AFP/VNA/CVN

Un photographe de l'AFP a compté 18 corps à l'hôpital. Au désespoir, des proches et parents hurlaient et agrippaient les corps ensanglantés des victimes en ce qui est censé être un jour de fête pour les Afghans.

En octobre 2016, l'État islamique avait déjà attaqué le mausolée, tuant 18 personnes rassemblées pour l'Achoura, une célébration religieuse particulièrement importante pour la communauté chiite.

L'attentat est "un crime contre l'humanité", s'est indigné le président afghan Ashraf Ghani dans un communiqué. Il intervient quatre jours après un précédent attentat-suicide dans la capitale, revendiqué par les talibans, qui avait fait deux morts et plusieurs blessés.

Plus de 10.000 civils ont été blessés ou tués en Afghanistan en 2017 des suites du conflit, selon l'ONU. Près de 2.300 d'entre eux ont été tués ou blessés dans des attentats, le plus lourd bilan de ce type jamais enregistré.

Lundi 19 mars, l'explosion d'une moto piégée à Jalalabad, la grande ville de l'est afghan, avait fait au moins quatre morts et dix blessés.

Les attentats se multiplient à Kaboul, devenu l'un des endroits les plus meurtriers d'Afghanistan. La semaine dernière, le général John Nicholson, commandant des forces américaines et de l'OTAN en Afghanistan, avait déclaré que la protection de la capitale afghane était une priorité.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.