26/08/2017 14:32
Un homme a agressé des soldats au couteau vendredi soir 25 août en criant "Allah Akbar", en plein coeur de Bruxelles, avant d'être abattu, lors d'une attaque qualifiée de "terroriste" survenue dans un contexte de multiplication des attentats en Europe.

>>Attentats de Paris et Bruxelles : le principal artificier sur une liste noire américaine
>>Principaux attentats en Europe depuis 2015

 

Des soldats sur le boulevard Emile Jacqmain à Bruxelles où est survenue une attaque "terroriste" au couteau, le 25 août 2017. Photo : AFP/VNA/CVN 


"Nous pensons qu'il s'agit d'une attaque terroriste", a dit à l'AFP une porte-parole du parquet fédéral belge. L'assaillant, contre lequel les soldats ont fait usage de leurs armes à feu, "est décédé", a-t-elle ajouté. Il avait "crié deux fois Allah Akbar" (Dieu est le plus grand en arabe) en attaquant deux militaires, dont l'un a été "légèrement blessé", selon la même source.

Des médias belges ont affirmé que l'assaillant était d'origine somalienne et âgé d'une trentaine d'années. Dans la même soirée, la police britannique a annoncé avoir interpellé un homme qui avait attaqué et blessé des policiers devant le Palais de Buckingham à Londres, sans indiquer si elle considérait ces faits comme un acte de terrorisme.

En Finlande, une attaque au couteau, également qualifiée de terroriste, avait fait deux morts et huit blessés le 18 août, au lendemain d'attentats à Barcelone et Cambrils, en Espagne, qui avaient eux fait quinze morts et plus de 120 blessés.

"Deux coups de feu"

"J'ai entendu des cris et directement deux coups de feu", a dit à l'AFP Yohan (il n'a pas souhaité donné son nom de famille), qui se trouvait vendredi soir 25 août sur une terrasse proche du lieu de l'attaque à Bruxelles. En s'approchant, il ajoute avoir vu "un militaire qui saignait à la main et un homme à terre", qui "portait la barbe et avait aussi une capuche".

L'attaque a eu lieu peu après 20h00 (18h00 GMT) sur un boulevard en plein centre de la capitale belge, à proximité de la Grand Place, l'une des zones "sensibles" où patrouillent des militaires armés, en raison de la menace terroriste en Belgique.

Cette présence a encore été renforcée après les attentats qui ont fait 32 morts dans la capitale belge le 22 mars 2016.

"Tout notre soutien à nos militaires", a tweeté le Premier ministre belge Charles Michel. "Nos services de sécurité restent attentifs. Nous suivons la situation de près" avec le Centre de crise, a-t-il ajouté.

La Belgique a été le théâtre de plusieurs agressions récentes contre des militaires ou des policiers ces derniers mois.

AFP/VNA/CVN 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).