11/06/2021 22:43

>>L'ONU insiste sur le rôle crucial de la Force conjointe du G5 Sahel
>>Le chef de l'ONU appelle à un financement stable et prévisible pour le maintien de la paix au Sahel

Les membres des Institutions nationales de droits humains des pays membres du G5 Sahel ont pris part jeudi 10 juin à Niamey à un atelier de réflexion sur la lutte contre le terrorisme en lien avec les droits humains, a constaté sur place Xinhua. En ouvrant les travaux, le président de la Commission nigérienne des Droits humains, M. Khalid Ikhri, a relevé que "la détérioration de la situation sécuritaire au sahel et les risques croissants en Afrique de l'ouest sont de plus en plus préoccupants à la lumière des attaques terroristes qui continuent dans la région du Lac Tchad, du Mali, du Burkina Faso et du Niger". "La promotion et la protection des droits de l'homme deviennent de plus en plus complexes dans ce contexte de montée des attaques terroristes, qui désormais changent non seulement de mode opératoire, mais de cible en s'attaquant directement aux populations civiles", a-t-il déploré. Cette situation, selon M. Ikhri, a affecté les activités économiques des zones touchées, et engendré de graves violations des droits humains, dont les pertes massives en vies humaines, des atteintes à l'intégrité physique, des enlèvements surtout des femmes et des enfants, des viols, des atteintes aux biens publics et privés. Aussi, face à tous ces défis, il a appelé à "une mutualisation des efforts" entre les institutions nationales des Droits humains en lien avec le respect des droits humains.

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.