13/09/2020 22:39
Le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford ont repris leurs tests au Royaume-Uni sur un vaccin contre l'épidémie de nouveau coronavirus avec le feu vert des autorités sanitaires, ont-ils annoncé samedi 12 septembre dans des communiqués distincts, trois jours après avoir dû les interrompre.
>>Plus de 900.000 morts, mauvaise nouvelle sur le front du vaccin
>>Près de 900.000 morts, suspension des essais du vaccin d'Oxford

AstraZeneca reprend ses essais pour un vaccin contre le COVID-19 au Royaume-Uni.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Les essais cliniques du vaccin d'AstraZeneca contre le coronavirus ont repris au Royaume-Uni après que l'Autorité de réglementation sanitaire des médicaments (MHRA) a confirmé qu'il ne présentait pas de danger", a indiqué le groupe pharmaceutique.

La mise entre parenthèses des essais avait été décidée mercredi après l'apparition d'une "maladie potentiellement inexpliquée" - peut-être un effet secondaire grave - chez un participant au Royaume-Uni, mais ne rendait pas pour autant impossible d'obtenir "un vaccin d'ici la fin de l'année" ou "le début de l'année prochaine", avait déclaré le groupe pharmaceutique.

Un comité indépendant avait alors été mis en place pour évaluer les risques liés au vaccin. Ce comité "a terminé son enquête et a indiqué à la MHRA qu'il était sans danger que les essais recommencent au Royaume-Uni", a déclaré AstraZeneca.

"Des tests de grande ampleur"

Dans un communiqué distinct, l'université d'Oxford a confirmé samedi 12 septembre la reprise des essais, soulignant que "dans des tests de grande ampleur comme celui-ci, on s'attend à ce que certains participants soient malades". "Chaque cas doit être soigneusement évalué pour garantir une évaluation minutieuse de la sécurité", a ajouté l'université.

Charlotte Summers, professeur de médecine en soins intensifs à l'université de Cambridge, a salué la reprise des essais et a estimé que les chercheurs avaient montré leur engagement "à mettre la sécurité au cœur de leur programme de recherche".

"Pour s'attaquer à la pandémie mondiale de COVID-19, nous devons mettre au point des vaccins et des thérapies que les gens se sentent à l'aise d'utiliser", a-t-elle déclaré, jugeant qu'il était "donc vital pour maintenir la confiance du public que nous nous en tenions aux preuves".

Le vaccin développé par AstraZeneca et l'université britannique d'Oxford est l'un des projets occidentaux les plus avancés, testé sur des dizaines de milliers de volontaires au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud et, depuis le 31 août, aux États-Unis, dans ce qu'on appelle la phase 3 des essais, la dernière, devant vérifier sécurité et efficacité.

Dans son dernier point daté de mercredi, l'OMS recense 35 "candidats vaccins" évalués dans des essais cliniques sur l'homme à travers le monde. Neuf en sont déjà à la dernière étape, ou s'apprêtent à y entrer.

L'Agence européenne du médicament (EMA) estime "que cela pourrait prendre au moins jusqu'au début 2021 pour qu'un vaccin contre le COVID-19 soit prêt à être approuvé et disponible en quantité suffisante" pour un usage mondial.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le bánh chưng gù, une spécialité des Tày dans le district de Van Bàn

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.