03/11/2018 17:32
Arron Banks, cofondateur et grand argentier du mouvement pro-Brexit, Leave.EU, est un millionnaire britannique provocateur, aujourd'hui sous le radar de la police pour des irrégularités présumées dans le financement de la campagne du référendum de juin 2016.

>>Pro et anti-Brexit s'écharpent sur l'immigration et l'économie
>>Brexit: Theresa May face à une semaine délicate, potentiellement décisive
>>GB: Vote crucial des députés, divisés sur l'avenir du Brexit

Arron Banks, le 12 juin à Londres.
Photo: AFP/VNA/CVN


Leave.EU, né en 2015 pour défendre la sortie du Royaume-Uni de l'UE, n'avait pas été choisi par la Commission électorale pour être la campagne officielle du camp des pro-Brexit. Mais, très présent sur les réseaux sociaux, il a joué un rôle décisif dans le vote des Britanniques en faveur du Brexit.

Grand architecte de cette campagne pour le Brexit, Arron Banks, 52 ans, aurait versé plus de 8 millions de livres sterling à la campagne du Leave, ce qui fait de ce chef d'entreprise de Bristol le plus grand donateur de la politique britannique.

Cela lui vaut aussi de faire l'objet d'une enquête criminelle sur l'origine de ce financement, la Commission électorale soupçonnant une provenance de sources non autorisées, des sociétés offshore.

Le millionnaire a débuté sa carrière dans l'assurance, à Lloyd's of London, et fait fortune dans le secteur en créant diverses entreprises dont GoSkippy.com.

Membre de longue date et donateur du Parti conservateur, il en a claqué la porte en octobre 2014 pour rejoindre les rangs du parti europhobe et anti-immigration Ukip, afin de défendre la sortie de l'UE. Leur cible: les classes populaires se sentant laissées pour compte, déconnectées de Bruxelles et désemparées face à l'immigration.

Arron Banks fait alors un don de 100.000 pounds à Ukip, qu'il porte finalement à 1 million, bien décidé à faire parler de lui après que le patron des Tories de l'époque, William Hague, l'eut dédaigné en affirmant ne pas le connaître.

Avec son ami, le cofondateur de l'Ukip Nigel Farage, et l'homme d'affaires Andy Wigmore, ils se surnomment "les bad boys du Brexit" ("les mauvais garçons du Brexit").

Le trio est reçu par Donald Trump en novembre 2016 à New York, Nigel Farage étant alors la premier responsable politique britannique à rencontrer le président américain fraichement élu, dont la campagne a inspiré la leur.

Influencé par la scène politique et médiatique américaine, Arron Banks a aussi créé en 2017 Westmonster, un site ultraconservateur et anti-establishment s'inspirant du site de "l'alt-right" américaine Breitbart.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Les voyagistes anticipent une forte hausse des commandes au Têt Les voyagistes basés à Hanoi tablent sur une croissance de 30% du nombre de touristes durant les fêtes de fin d’année, les gens profitant de 4 jours fériés au Nouvel An occidental et 9 autres au Nouvel An lunaire pour prendre leurs vacances.