09/10/2018 22:40
Ayant pour thème "Médias et Migrations", les 47es Assises de la presse francophone ont débuté le 9 octobre à Tsaghkadzor en Arménie. Durant quatre jours, les participants vont passer en revue le mode de traitement de l’information liée aux migrations et le rôle joué par les médias auprès des opinions nationales.
>>Les valeurs élitaires des femmes francophones brillent à Erevan
>>Responsabilité et liberté de la presse au cœur des 46es Assises de l’UPF

Cérémonie d’ouverture des 47es Assises de la presse francophone le 9 octobre à Tsaghkadzor. 

Ces jours-ci, Tsaghkadzor, une petite station de sports d’hiver située à 50 km au nord-est de la capitale Erevan (Arménie), est plus animée qu’à l’ordinaire. Elle accueille en effet près de 300 délégués, journalistes et dirigeants de la presse francophone venus de 49 pays, qui sont rassemblés pour les 47es Assises de l’Union internationale de la presse francophone (UPF).

La cérémonie d’ouverture a vu la présence de la présidente de l’Union des journalistes arméniennes, Satik Seyzanyan, du président de l’UPF international, Madiambal Diagne, et de la présidente de la section arménienne de l’UPF, Zara Nazarian.

"Cette année, l’UPF a proposé à ses invités de discuter d’un thème, au cœur de l’actualité internationale, qui est celui  des migrants. L’UPF donne l’occasion aux participants d’échanger sur la problématique de la migration et, surtout, de réfléchir sur les postures des médias vis-à-vis de cette question. Les discussions seront larges et enrichissantes", a déclaré Madiambal Diagne, président de l’UPF international, dans son discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture.

Selon lui, les phénomènes migratoires "sont aussi vieux que le monde et ne laissent personne indifférent", aussi bien dans les pays de départ, de transit que dans les pays d’arrivée pour ne pas dire d’accueil. On voit à travers les médias que l’accueil des migrants devient de plus en plus difficile. Il convient alors avec les spécialistes de cette question, avec les militants et d’autres acteurs politiques et de la société civile de nourrir une réflexion afin de mieux outiller les professionnels des médias à aborder cette question.

Il s’agit en outre, de regarder de plus près comment les médias traitent cette question aujourd’hui, comment ils racontent ces odyssées individuelles et collectives, mais aussi parfois pourquoi ils n’approfondissent pas assez, voire oublient, certains aspects humains de ce drames individuels et collectifs.

"Nous avons parmi nous, dans cette salle, de nombreux confrères et consœurs, venus de diverses régions du monde où ils ne pouvaient plus rester. Leur départs précipités, en abandonnant tout sur place, leur auront été dictés par un instinct de préservation de leur sécurité personnelle, de leur vie parfois. Je veux saluer leurs engagements à œuvrer  pour la liberté de la presse, la démocratie et la paix", a-t-il conclu.


Près de 300 délégués, journalises et dirigeants des médias venus de 49 pays participent à ces 47es Assises.


Des échanges riches et variés

Durant les quatre jours de ces 47es Assises de la presse francophone à Tsaghkadzor, les discussions vont se focaliser autour de plusieurs thèmes: "Les migrations, dans leur diversité de causes, sont en développement rapide", "Sont-elles suffisamment traitées par les médias?", "Y-a-t-il des stéréotypes dans la couverture des flux migratoires?", "Comment combattre ces stéréotypes?", "Les médias jouent-ils un rôle dans la dynamique migratoire ?", "L’usage des réseaux sociaux a-t-il un impact sur les projets migratoires des jeunes ?", "Quel usage et quelle utilité des médias issus de l’immigration ?", "Les journalistes sont-ils formés pour rendre compte des questions migratoires?"...

Toutes ces questions vont inviter journalistes et professionnels de tout l’espace francophone à croiser leur regard, à analyser et à questionner leurs méthodes de travail.

Parallèlement, de nombreux tables rondes et ateliers s’organiseront autour des problématiques suivantes: "La place et la représentation des migrants dans les médias", "Migrations, ce dont les médias parlent", "Migrations 2.0: entre information, manipulation, et mobilisation", "Quel usage et quelle utilité des médias issus de l’immigration?", "Médias et migrations : entre devoir d’information et engagement militant", "Comment mieux informer sur les migrations?"...

Pour Zara Nazarian, présidente de la section arménienne de l’UPF, le thème "Médias et Migrations" est d’une actualité brûlante dans le monde. "Il nous revient d’apporter nos compétences professionnelle et nos qualités humaines pour entendre et faire entendre les voix de ceux qui souffrent, de ceux qui migrent à la recherche d’un avenir meilleur", a-t-elle déclaré. 

L’UPF est une organisation non gouvernementale créée en mai 1950. Son objectif est de défendre la liberté de la presse. Son siège se trouve à Paris. Elle regroupe 51 sections et plus de 3.000 journalistes et responsables de médias.

Arménie, pays hôte du XVIIe Sommet de la Francophonie

L’Arménie, pays hôte des 47es Assises de la presse francophone et du XVIIe Sommet de la Francophonie, qui se déroulent en même temps, est un pays situé dans la région du Petit Caucase en Asie occidentale. Cette ancienne république socialiste soviétique a des frontières terrestres avec la Turquie à l’ouest, la Géorgie au nord, l’est et l’Iran au sud. Bien que géographiquement située en Asie, l’Arménie est considérée comme faisant culturellement, historiquement et politiquement parlant, partie de l’Europe, voire, géographiquement à sa lisière. Le pays est d’ailleurs considéré comme un berceau du christianisme et des civilisations indo-européennes. Il a joué un rôle historique dans leur diffusion.
(Source: Wikipédia)

Texte et photos: Dang Huê/CVN
(de Tsaghkadzor, Arménie)

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Quang Ninh accueille le 15 millionième touriste étranger du Vietnam Le Vietnam devrait accueillir son 15 millionième visiteur étranger en 2018 à la ville de Ha Long, dans la province côtière de Quang Ninh (Nord), fin novembre ou début décembre.