24/04/2018 18:13
L'Arménie va devoir se chercher un nouveau gouvernement et désigner son chef, après la démission de l'ancien président Serge Sarkissian, nommé Premier ministre il y a moins d'une semaine et chassé par la contestation populaire.
>>Arménie: une rencontre télévisée entre le Premier ministre et le chef de la contestation
>>Arménie : le parti au pouvoir en tête des législatives

Des Arméniens en liesse après la démission de l'ancien président Serge Sarkissian, nommé Premier ministre, à Erevan le 23 avril.
Photo: AFP/VNA/CVN

Sa démission doit maintenant être suivie par celle de tout le gouvernement, les différents partis siégeant au Parlement ayant sept jours pour proposer leurs candidats au poste de Premier ministre. La bataille politique n'est sans doute pas terminée, le Parlement étant dominé par une coalition menée par le "Parti républicain" de Serge Sarkissian, qui dispose de 65 sièges sur 105.

"Fier citoyen d'Arménie, tu as gagné! Et personne ne peut te priver de cette victoire. Je te félicite, peuple victorieux!", a déclaré lundi 23 avril le député et chef de l'opposition Nikol Pachinian, qui a mobilisé pendant onze jours consécutifs des milliers de personnes pour réclamer le départ de  Serge Sarkissian. Sur la place de la République, au cœur d'Erevan, où est situé le siège du gouvernement arménien, des milliers de personnes étaient réunies après l'annonce de la démission du Premier ministre, brandissant des drapeaux arméniens, s'embrassant et dansant.

"C'est une nouvelle vie qui commence aujourd'hui!", a assuré  Goar Badalian, étudiante de 21 ans. Dans plusieurs quartiers d'Erevan, les propriétaires de petits commerces installaient des tables dans la rue et ouvraient des bouteilles de vin, invitant les passants à trinquer à l'avenir du pays.

"Je me suis trompé"

Le Premier ministre arménien Serge Sarkissian le 17 avril au parlement à Erevan. Photo: AFP/VNA/CVN
L'annonce surprise de la démission de Serge Sarkissian est intervenue lundi 23 avril quelques heures après la libération de Nikol Pachinian, interpellé la veille lors d'une manifestation. Il avait aussitôt rejoint les protestataires dans les rues d'Erevan, lançant: "Tout le monde a déjà compris que nous avons gagné!" "Je quitte le poste de dirigeant du pays", a laconiquement déclaré Serge Sarkissian dans un communiqué annonçant son départ. "Nikol Pachinian avait raison. Et moi, je me suis trompé", a ajouté M. Sarkissian, élu Premier ministre par les députés après avoir été dix ans président.

"Le mouvement de la rue ne voulait pas que je sois Premier ministre. Je satisfais votre demande et je souhaite paix et harmonie à notre pays", a-t-il précisé, une nouvelle accueillie sur la place de  la République par des cris de joie et des applaudissements. L'ex-président a ajouté qu'il n'avait pas souhaité recourir à la force pour disperser les manifestations, assurant: "ce n'est pas dans ma nature".

Depuis le 13 avril, les manifestations se succédaient pour exiger la démission de Serge Sarkissian, accusé par les contestataires de s'accrocher à tout prix au pouvoir et de n'avoir rien fait pour améliorer la vie de ses compatriotes. Après dix ans à la tête de l'État, il avait fait voter une réforme constitutionnelle donnant des pouvoirs renforcés au Premier ministre et laissant au président un rôle essentiellement honorifique.
 
AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’identité traditionnelle était au cœur des activités francophones

Les potentiels touristiques des provinces du Centre du Vietnam présentés en Thaïlande Trois provinces au Centre du Vietnam que sont Nghê An, Hà Tinh et Quang Binh ont organisé le 23 mai un programme pour présenter leurs potentiels touristiques en Thaïlande.