11/04/2020 21:31
Ces derniers jours, de nombreuses casernes militaires ont été improvisées en lieux d’isolement pour les Vietnamiens rentrant de l’étranger. Malgré de nombreuses difficultés, les soldats mettent un point d’honneur à bien s’occuper de leurs compatriotes tout en luttant contre la propagation du nouveau coronavirus au sein de la communauté.
>>Des étudiants vietnamiens à l’étranger s’unissent pour combattre le COVID-19
>>Les Hanoïens s’entraident face au COVID-19
>>Les soldats de l'Oncle Hô brillent par leur dévouement

Avant l'explosion de l’épidémie de COVID-19 en Allemagne, Nguyên Thi Lan (51 ans), résidant dans une ville située à une centaine de kilomètres de la capitale, a commencé à ressentir des douleurs dans le corps. Elle s’est rendue à l'hôpital pour se faire tester au nouveau coronavirus. Le résultat est revenu négatif.

Ne sachant toujours pas de quoi elle souffre, elle fait le tour des hôpitaux en Allemagne, sans diagnostic. Elle décide donc de retourner au Vietnam pour s’y faire examiner tout en sachant pertinemment qu’elle serait mise en quarantaine une fois qu'elle aura mis les pieds à la sortie de l’avion.

Cette femme a ainsi passé 14 jours dans la zone de quarantaine du Régiment d'artillerie 58 située dans la commune de Hoa Thach, district de Quôc Oai, en banlieue de Hanoï. Le premier jour de son arrivée, la femme n’a pas pu fermer l’œil de la nuit à cause de la douleur. "Mais de voir les soldats de la caserne autant investis à s’occuper de nous, cela m’a donné du baume au cœur", se rappelle Mme Lan. "Ils ont même dû nous céder leurs lits. Ils devaient faire bouillir de l'eau à l’aide de chaudières en bois tous les jours afin que nous puissions nous laver…", raconte-elle.


Une simple chaudière à bois qu'utilisent les soldats du Régiment d'artillerie 58 pour faire bouillir de l'eau au service des personnes en confinement. 

Photo : VNN/CVN


Mme Lan reste toujours émue dès qu’elle se remémore ses 14 jours d'isolement. Au premier jour, chaque personne avait reçu un sac rempli d’objets d’usage quotidien (savon, serviette, brosse à dents, papier hygiénique ...). "Nous avons tous reçu ces produits de première nécessité malgré des conditions encore limitées", raconte-t-elle.  Chaque matin, à 06h30, les soldats appelaient les gens à se réveiller pour prendre le petit déjeuner. Les repas étaient apportés dans la salle. "Les soldats nous demandaient souvent si nous ne manquions de rien. Et lorsque nous avions besoin de n’importe quoi alors ils s’en occupaient. Un dévouement qui vient vraiment du cœur…", partage-t-elle.

Ce confinement concernait 298 personnes, toutes Vietnamiennes revenues de 23 pays dont des pays européens, les États-Unis et la République de Corée. Nombreux étaient ceux accompagnés d’enfants. "Les règles de la caserne étaient très strictes mais les soldats étaient très affectueux et proches. Je dois dire que je me sentais extrêmement en sécurité sur place", ajoute-t-elle.

Sens de solidarité
et de communauté


Madame Lan partage que, dès le moment où elle est descendue de l’avion, elle a pensé à demander la permission aux organismes compétents de payer pour ses dépenses lors des 14 jours de confinement. "Mais les soldats ont naturellement refusé. Ils m’ont répondu qu’ils n’étaient pas autorisés à recevoir de l’argent", dit-elle.

Elle a donc eu l'idée de mobiliser les gens de la zone d'isolement afin de contribuer à la construction d'une voie en béton au service du déplacement au sein de la zone. "La caserne était bien entourée, elle possédait un bon environnement avec beaucoup d’arbres. Pourtant, le sol n’était pas bétonné et donc la circulation interne était plutôt difficile", explique-t-elle.


Une petite voie au service du déplacement au sein de la zone de quarantaine a été construite avec l'aide financière des Vietnamiens d'outre-mer en confinement. Photo : VNN/CVN


En quelques jours, une voie en béton de 150 mètres de long et 80 cm de large a été achevée grâce au travail assidu et collectif des soldats et des personnes en isolation. La petite communauté s’était même mise d’accord pour acheter quelques tables et chaises en extérieur afin d’égayer l’atmosphère.

Le montant total s’était élevé à 80 millions de dôngs et avait été volontairement fourni par les gens en confinement. "Nous avions acheté trois ensembles d'équipements destinés aux exercices en plein air, quelques chaises, une quinzaine de ventilateurs et surtout plus de bois afin de faire bouillir l'eau", raconte Mme Lan. Et d’ajouter que "Nous, Vietnamiens d’outre-mer, voulions vraiment faire quelque chose de significatif afin de remercier l'unité pour avoir pris aussi bien soin de nous au cours de ces 14 jours". 

Avant de quitter la zone, Bùi Quang Hiêp, commandant du Régiment d'artillerie 58, homme passionné par les orchidées, lui avait offert un très beau panier de fleurs, comme cadeau de souvenir...

Détermination et dévouement

Bùi Quang Hiêp a raconté que depuis le début de l’épidémie de COVID-19, son unité a été en charge de deux groupes en confinement alternatif qui ont tous terminé la période de 14 jours d'isolement. Le premier de 355 personnes rentrées de République de Corée depuis le début de la pandémie et et l'autre de 298 qui ont fini le confinement le 30 mars.

Afin de pouvoir loger un maximum de personnes possibles, les soldats devaient parfois se déplacer dans une autre unité située à distance de sept kilomètres. Les quelques 150 personnes restantes étaient spécialisées dans les services logistiques tels que préparation de repas, contrôle de l’état de santé, maintien de la sécurité, ou encore désinfections.

"Les soldats qui restent sur place sont logés dans des maisons très anciennes, parfois délabrées. Malgré des conditions difficiles, nous sommes tous déterminés à achever la tâche qui nous est assignée du mieux que possible. Nous sommes toujours prêts à accueillir de nouveaux groupes pour la quarantaine", conclut Bùi Quang Hiêp.

Phuong Mai/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam accueille 3,73 millions de touristes étrangers en cinq mois Le nombre total de touristes étrangers venus au Vietnam entre janvier et mai a régressé de 48,8% par rapport à la même période de 2019, a fait savoir l’Office général des statistiques du Vietnam (GSO).