31/08/2017 12:14
Après avoir plongé dans la désolation des régions entières du Texas, la tempête dévastatrice Harvey a commencé à frapper mercredi 30 août la Louisiane, où ses bourrasques de pluie menaçaient également de semer le chaos.
>>Douze ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans de nouveau inquiète
>>Drapeau du Texas en main, Donald Trump se pose en rassembleur face à Harvey
>>Après la tempête Harvey, débats politiques sur la facture

Après le Texas, la tempête Harvey a frappé mercredi 30 août la Louisiane.
Photo : AFP/VNA/CVN

Sur des milliers de kilomètres de ces vastes étendues du Sud de l'Amérique, les secouristes restaient engagés dans une course contre la montre pour retrouver des rescapés.

Signe de la nervosité des autorités, la plus grande métropole texane au coeur de la catastrophe, Houston, a été soumise à un couvre-feu nocturne pour éviter les pillages dans les milliers d'habitations abandonnées dans l'urgence.

À Houston, "il est probable que les inondations catastrophiques vont se poursuivre pendant des jours après l'arrêt de la pluie", a averti la ministre de la Sécurité intérieure par intérim, Elaine Duke.

En Louisiane, un État encore profondément meurtri par le passage de l'ouragan Katrina en 2005, des "pluies torrentielles" ont commencé à s'abattre dans le Sud-Ouest, a annoncé le Centre national des ouragans.

Harvey, un ouragan de catégorie 4 désormais classé tempête tropicale, a retouché terre vers 05h00 du matin à l'Ouest de la ville de Cameron et devrait se rapprocher durant la journée de la Nouvelle-Orléans.

Pour l'instant seuls quelques décès directement liés au désastre ont pu être confirmés, mais les médias américains indiquaient que le bilan pourrait dépasser à 30 morts, tandis que des centaines d'autres personnes restaient injoignables.

Cinq jours après avoir commencé à frapper Houston, Harvey a transformé en lacs et rivières les rues de la quatrième métropole des États-Unis, comptant 2,3 millions d'habitants.

Selon les autorités, environ 30% du comté de Harris, qui inclut Houston, serait inondé. De 30.000 à 40.000 habitations seraient endommagées, selon un bilan provisoire.

Couvre-feu 

Couvre-feu sur la ville de Houston, après le passage de la tempête Harvey, le 29 août.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous avons plus de 230 refuges ouverts au Texas, hébergeant plus de 30.000 personnes", a détaillé mercredi Brock Long, directeur de l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA). Durant la nuit les zones de Beaumont et de Port Arthur, à l'Est de Houston, ont reçu 50 cm de précipitations, a-t-il poursuivi.

"Tandis que nous concentrons une bonne partie de nos efforts sur Houston, il faut bien comprendre qu'il y a de nombreux (autres) comtés touchés, plus de 50", a-t-il insisté.

Des sauveteurs improvisés sont venus de tout le Texas et d'au-delà pour aider les habitants. Sylvester Turner, le maire de Houston, dont l'agglomération compte plus de six millions d'âmes, y a décrété un couvre-feu de minuit (05h00 GMT mercredi 30 août) à 05h00 (10h00 GMT), pour éviter les pillages.

"Nous avons eu à faire à des voleurs armés qui faisaient le tour hier pour dévaliser notre communauté", a expliqué le chef de la police, Art Acevedo.

À la Nouvelle-Orléans, on se préparait à la pluie, dans une émotion palpable, en collectant de la nourriture pour les victimes plus à l'Ouest. "Cela me fend le coeur. On souffre pour tous ces gens", confiait à l'AFP Debra Werner, une serveuse de restaurant. La femme de 65 ans, qui a survécu à Katrina il y a 12 ans, est venue apporter des denrées alimentaires à des secouristes bénévoles.

Risque d'incendie chimique

La carte d'inondations au Texas.
Photo : AFP/VNA/CVN

Dans le comté d'Harris une évacuation a été ordonnée pour les personnes vivant dans un rayon de 2,4 kilomètres autour d'une usine chimique du groupe français Arkema, une "mesure de précaution" en raison des produits chimiques sur le site.

De nombreuses industries pétrochimiques sont implantées dans cette partie du Texas, où les raffineries situées sur le passage d'Harvey étaient à l'arrêt. Selon une étude de la banque Barclays, 40% de la capacité de raffinage américaine était arrêtée ou sur le point de l'être, mardi 29 août.

Le Texas représente environ 9% du Produit intérieur brut américain, et la banque d'affaires Goldman Sachs a estimé lundi 28 août que Harvey pourrait ôter 0,2 point de pourcentage au taux de croissance de l'économie américaine au 3e trimestre.

Les dégâts provoqués par la tempête pourraient atteindre les 42 milliards de dollars, selon des modélisations, faisant figurer Harvey sur la liste des cinq tempêtes les plus coûteuses jamais enregistrées aux États-Unis.

Trump en rassembleur 

Une rue inondée de Houston après le passage de la tempête Harvey, le 29 août, au Texas.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le président Donald Trump s'est rendu mardi 29 août dans les régions du Texas sinistrées où, drapeau de l'État en main, il s'est posé en rassembleur face à cette catastrophe d'une ampleur historique et mis en avant la coopération entre autorités fédérales et locales.

"Toutes mes pensées et bien davantage accompagnent les formidables habitants du Texas!", a encore tweeté mercredi 30 août M. Trump. Il doit y revenir samedi 2 septembre et pourrait également se rendre en Louisiane. Donald Trump devrait alors rencontrer des personnes évacuées, ce qu'il n'a pas fait mardi 29 août.

À Winnie, au Sud-Ouest de Houston, Sheryl Kunai, une femme de 57 ans, se désespérait de ne pouvoir rentrer chez elle, coincée dans une chambre d'hôtel avec son fils et sa belle-fille. Après avoir subi le traumatisme d'être ballottée dans les inondations au volant de sa voiture. "Ce que je redoute le plus est de rouler dans l'eau", assurait-elle. "Je préfère attendre encore un jour de plus que de tenter le diable".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville