08/06/2021 11:28
Apple a de nouveau insisté sur la protection de la vie privée des utilisateurs lors d'un événement marketing lundi 7 juin, son argument clef face aux autorités et aux entreprises comme Facebook qui l'accusent d'abus de position dominante.
>>La bataille royale entre Epic Games (Fortnite) et Apple s'engage
>>L'App Store d'Apple, de la magie des applis à la rage des développeurs
>>Apple va appliquer sa nouvelle règle sur la confidentialité des données qui inquiète Facebook

Le patron d'Apple Tim Cook lors de la Conférence mondiale des développeurs d'Apple, à Cupertino en Californie (États-Unis) du 7 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN
 
"Quand vous utilisez internet et des applications tierces, vous pouvez vous retrouver piégé dans un écosystème complexe de revendeurs de données et de firmes publicitaires, souvent sans votre permission. Nous pensons que ce n'est pas bien", a déclaré Craig Federighi, le vice-président du groupe en charge des logiciels.

Il présentait le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, iOS 15, qui sera disponible à l'automne, et doit comporter toutes sortes d'améliorations techniques, y compris pour les options de contrôle des données personnelles.

Le service d'email du groupe californien va ainsi empêcher les marques de récolter des infos quand un usager ouvre ses messages ou encore d'établir des liens avec sa navigation en ligne.

Les utilisateurs d'iPhone auront aussi accès à plus d'informations sur ce que font les applis de leurs données.

"Nous ne pensons pas que vous devriez avoir à faire un choix entre d'excellentes fonctionnalités et la confidentialité", a ajouté le dirigeant.

Son groupe a récemment imposé aux éditeurs d'applications de demander la permission avant de collecter des données, au désespoir des entreprises dont le modèle économique repose sur la publicité finement ciblée en fonction des goûts et habitudes des consommateurs - comme Facebook.

Apple s'est fait de nombreux ennemis à cause des règles sur l'App Store, son incontournable plateforme de téléchargement des applis, seul moyen pour les éditeurs d'accéder au lucratif marché représenté par le milliard de personnes possédant un smartphone de la marque.

Au point qu'Epic Games, l'éditeur du jeu vidéo phénomène Fortnite, lui a intenté un procès. Après trois semaines d'auditions, une juge de la baie de San Francisco doit déterminer si Apple enfreint le droit de la concurrence.

Fin avril, l'Union européenne, saisie d'une plainte de Spotify, a estimé qu'Apple avait bien "faussé la concurrence" pour évincer ses rivaux, notamment grâce à des commissions "très élevées" dont ses propres applications sont de facto exemptées.

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook qui voit dans Apple l'un de ses "plus grands rivaux", a annoncé lundi 7 juin que les créateurs de contenus continueraient à ne payer aucuns frais pour organiser des événements payants sur le réseau social jusqu'en 2023.

"Et quand nous mettrons en place un partage des revenus, ce sera bien moins que les 30% qu'Apple et les autres prélèvent", a-t-il précisé sur sa page Facebook.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Le tourisme de Hanoï s’efforce de surmonter les difficultés L’apparition de la quatrième vague d'infections par le coronavirus a gravement touché le tourisme. Les agences de voyage de Hanoï ont consenti de gros efforts afin de minimiser les dégâts ainsi que de préparer des scénarios de relance.