24/02/2019 12:30
Les villageois de Dông Cô, dans la province centrale de Quang Nam, se sont autopromus défenseurs des Doucs à pattes grises. Une belle histoire!
>>Quang Nam lance un projet de protection de primates en voie de disparition
>>Photo : "La faune chanceuse" en exposition à Kiên Giang

Un Douc à pattes grises photographié dans le district de Nui Thành, province de Quang Nam (Centre). Photo: LD/CVN

Chaque jour, messieurs Danh, Nhiên et de nombreuses autres personnes du village de Dông Cô, commune de Tam My Tây, district de Nui Thành, province de Quang Nam (Centre), se rendent en forêt pour surveiller leurs protégés, les Doucs à pattes grises. Pour les rencontrer, il faut se lever tôt. “On vient voir comment ils se portent. Il y a des jours où toute la troupe est sur le banian, d’autres où elle se rend en lisière de forêt. Ils sont adorables!”, confie M. Danh, à propos de ces primates de la montagne de Hon Dô, une espèce unique au Vietnam et attentivement étudiée par les scientifiques.

Il y a plus d’un an, le Comité populaire de la commune de Tam My Tây a créé un groupe communautaire de protection des Doucs. Ses membres sont des volontaires. Certains sont des responsables du village, d’autres sont  propriétaires de fermes avicoles..., tous déterminés à préserver les primates.

De l’engagement volontaire…

“Nous nous occupons des Doucs depuis plusieurs années. Chacun son tour. Nous nous relayons pour protéger nos petits compagnons. Personne ne considère ce travail comme une corvée. On vient vérifier que personne ne braconne dans cette zone”, explique Phan Minh Huân, garde forestier du district de Nui Thành, également responsable de la station forestière de Hon Dô.

Nguyên Du, chef adjoint du village de Dông Cô, raconte qu’il y a plus de 20 ans, les habitants de la région allaient encore en forêt pour chasser. Mais depuis que le gouvernement a publié les règlements concernant la protection des Doucs, ils ont cessé. Ces dernières années, il n’y a pas eu d’armes à feu dans la forêt de Hon Dô.

En 2001, pour la première fois, Nguyên Du a conduit un groupe d’experts pour voir les Doucs. À cette époque-là, peu de gens connaissaient la rareté de cette espèce qui ne vit que dans cinq provinces du Vietnam dont Quang Nam.

En 2017, des informations sur les Doucs à pattes grises découverts à Hon Dô, dans le district de Nui Thành, ont attiré l’attention d’experts nationaux et étrangers. Immédiatement, la province de Quang Nam, en coopération avec le Centre de préservation de la biodiversité Nuoc Viêt Xanh à Dà Nang (Centre), a effectué des repérages et des pointages. Selon les rapports, il y a deux troupes, d’environ 16 à 20 individus. Leur milieu de vie est une zone forestière isolée, d’environ 5 ha, avec peu de ressources naturelles.

… à la mobilisation locale

Depuis 20 ans, des habitants  de Quang Nam se sont promus défenseurs des Doucs à pattes grises. Photo: LD/CVN

Dans l’intérêt de la protection de l’espèce, les autorités provinciales envisagent de les déplacer dans une autre zone afin de garantir leur habitat et leurs moyens de subsistance. On aurait pu penser que cette mesure aurait été bien accueillie. Mais, paradoxalement, elle a été immédiatement rejetée par les autorités et les habitants locaux. Leur raison: “Le monde vient de découvrir leur existence mais nous, nous vivons avec eux depuis bien longtemps”. “Les habitants locaux les considèrent comme leurs amis ou leurs enfants. Il est inacceptable de les déplacer. C’est notre bien, plus précieux que l’or”, confie M. Danh.
 
Habitué à sillonner les forêts pour la recherche de primates, M. Huân partage avec émotion: “S’il n’y a pas de consensus pour protéger les Doucs, cette espèce rare disparaîtra. Donc, aujourd’hui et dans les années à venir, leur survie ne peut dépendre que des habitants locaux”.

Trân Huu Vy, directeur du Centre de préservation de la biodiversité Nuoc Viêt Xanh, un pionnier dans l’élaboration du projet de sauvegarde des Doucs à pattes grises, souligne lui aussi l’importance de protéger ces primates sur place, à Nui Thành.

D’après lui, ici, les deux troupes sont très facilement accessibles. Si  un contrôle et un comptage sont effectués de façon systématique, avec la participation des habitants, la localité peut développer l’écotourisme, dans l’avenir.

Selon le projet de sauvegarde des Doucs à pattes grises, le district de Nui Thành envisage d’élargir leur habitat à 66 ha pour la première période. Ce qui obligera à réquisitionner des terres d’habitants qui vivent essentiellement de l’agriculture.

“Vis-à-vis des intérêts de la population, on doit être très prudent dans la réalisation de ce projet. Pourtant, à mon avis, si la réquisition des terres pour protéger les Doucs va de pair avec un changement d’activité pour les habitants locaux, ils seront d’accord”, déclare M. Danh.
 
Le Douc à pattes grises est cité à l’Annexe 1 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, à titre d’espèce en danger critique!

Huong Linh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

An Giang renforce ses investissements dans le touristisme La province d’An Giang vise 9,2 millions de touristes étrangers et nationaux en 2019, et 5.500 milliards de dôngs (plus de 237 millions de dollars) de recettes dans le secteur du tourisme.