03/09/2018 15:38
Avec sa beauté quasi-virginale, la plage d’An Bàng, province de Quang Nam (Centre), devient une destination de prédilection de nombreux touristes, surtout étrangers.
>>La vogue du tourisme "homestay" à Sa Pa
>>Des vacances d’été à plein poumon
>>Quang Nam : An Bàng dans le top 25 des plus belles plages d'Asie 2018

La plage d’An Bàng, province de Quang Nam (Centre), attire de nombreux touristes.
Photo: Huong Linh/CVN

Situé à environ 4 km de l’ancien quartier de Hôi An, An Bàng est un village touristique de renom. Lê Ngoc Thuân fut l’un des premiers à  exploiter les potentialités touristiques de ce village littoral.

Fin 2011, le premier homestay (hébergement chez l’habitant), appelée An Bang Seaside Village, est né, ouvrant un nouvel espace pour le tourisme à Hôi An. Lê Ngoc Thuân a reconstruit sa maison, sur une superficie de 700 m², selon un style architectural campagnard avec toit en feuilles de cocotiers.

Depuis le lancement de ses activités, les clients y séjournent pour une durée moyenne de 10 jours.
 
------------------------------
En mai 2017, le complexe de "homestay"
en  bord de mer d’An Bàng s’est vu attribuer
le prix "Hôtel vert" par l’Administration nationale du tourisme.

---------------------------------------------

Les touristes qui optent pour un hébergement chez l’habitant sont accueillis comme des membres de la famille et partagent leur quotidien. Ils vont au marché, se rendent sur les rizières, à la pêche, travaillent le potager, ou apprennent à cuisiner ou à chanter des airs folkloriques. Ces activités leur permettent de s’approprier, la durée de leur séjour, les coutumes et le style de vie des habitants locaux. Et certains touristes, en retour, participent à des cours d’anglais pour les enfants locaux.

Améliorer les conditions de vie
de la population locale

 
"Pour séduire les touristes, il est nécessaire de préserver les traditions culturelles. Ces voyageurs d’un nouveau genre veulent être immergés dans la culture locale et  partager des moments authentiques avec les habitants", a expliqué Thuân.

Lê Ngoc Thuân (gauche) fut l’un des pionniers dans le développement du "homestay" à An Bàng, province de Quang Nam (Centre).
Photo: Thanh Trân/CVN

"Avec son hospitalité et son espace intime typique d’un village littoral, An Bàng m’a fasciné. C’est pourquoi, je n’ai pas choisi un hébergement dans des hôtels. Lors de mon séjour dans ce petit village, le matin, je nage et pêche avec des villageois, puis je me promène. Je vais parfois au marché et apprends à cuisiner", a confié Suvaj Gupta, touriste indien.

An Bàng, autrefois pauvre village de pêcheurs, devient un haut lieu du homestay à Quang Nam. "Ce village est actuellement un exemple en la matière", a assuré Lê Ngoc Thuân, avec une lueur de fierté dans le regard.

Selon Nguyên Van Quang, vice-président du Comité populaire du quartier de Câm An, ville de Hôi An, An Bàng possède actuellement environ 70 homestay. "Grâce au développement des services touristiques, cette localité littorale a fait peau neuve. Nous stimulons de tels services contribuant à la progression socio-économique locale", a souligné M. Quang.

Van Thi Mai, propriétaire d’Ocean House, a partagé pour sa part qu’autrefois, sa famille vivait de la pêche en haute mer et avait un revenu instable. Mais maintenant, grâce aux services touristiques, ses conditions de vie se sont nettement améliorées.

Nguyên Van Son, vice-président du Comité populaire de Hôi An, a précisé que les autorités municipales favorisent toujours l’hébergement chez l’habitant ainsi qu’en famille d'accueil.

En proposant de partager de bons moments avec la population locale, An Bàng espère séduire davantage des touristes des quatre coins du monde.

Hoàng Phuong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.