23/05/2021 13:01
Le Premier ministre Pham Minh Chinh a donné son allocution à la 26e Conférence internationale sur l'avenir de l'Asie, tenue en ligne le 20 mai 2021, sous le thème "Façonner l'ère post-COVID-19 : rôle de l'Asie dans la reprise mondiale".
>>Le Vietnam à la 25e conférence internationale sur l’"Avenir de l’Asie" au Japon
>>Le vice-PM et ministre des AE, Pham Binh Minh, participera au Forum "Avenir de l’Asie"

Le Premier ministre Pham Minh Chinh. Photo : VNA/CVN

Le Courrier du Vietnam vous présente le texte intégral de l’allocution prononcée par le Premier ministre à cet événement.

"Monsieur le Président,

Distingués dirigeants,

Mesdames et Messieurs,


J'ai le grand plaisir aujourd'hui d'assister et de prendre la parole à la 26e Conférence internationale sur l'avenir de l'Asie. Tout d'abord, je voudrais remercier le gouvernement du Japon et le groupe Nikkei pour m'avoir invité à cette conférence particulièrement signifiante. Au nom du gouvernement vietnamien et en mon nom personnel, permettez-moi de vous adresser mes chaleureuses salutations et mes meilleurs vœux.

Mesdames et messieurs,

Je voudrais féliciter Nikkei pour le choix de ce thème très pertinent et approprié, à savoir : "Façonner l’ère post-COVID : le rôle de l’Asie dans la reprise mondiale". Ce choix reflète bien le rôle et la position de l'Asie dans la lutte contre la pandémie du COVID-19 et dans la reprise économique et le développement post-COVID-19. Notre conférence d'aujourd'hui a lieu à un moment où la pandémie du COVID-19 se déroule d'une manière extrêmement rapide, complexe et imprévisible dans le monde et dans notre région, avec des impacts profonds sur le développement socioéconomique et la vie de la population dans tous les pays. La pandémie accentue les défis auxquels l'Asie est confrontée, tels que l’écart de développement en matière institutionnelle, d’infrastructure et technologique, les questions de sécurité traditionnelle et non traditionnelle, y compris les catastrophes naturelles, la pollution de l'environnement et le changement climatique, entre autres. De plus, la pandémie a profondément modifié la structure et l'ordre économiques, le mode de gouvernance mondiale, le mode de fonctionnement de l’économie et le mode d'organisation de la vie sociale dans le monde

Mesdames et messieurs,

L'Asie a toujours joué un rôle crucial dans l'économie et la politique mondiales et a une influence immense et multifacette sur la prise en forme de la nouvelle ère. Au cours des dernières décennies, l'Asie a résisté à de nombreuses crises, récessions et catastrophes naturelles pour devenir un moteur essentiel de l'économie mondiale. Le succès initial des pays asiatiques dans la prévention et la lutte contre la pandémie, ainsi que dans la reprise économique durant ces derniers temps, a prouvé la dynamique et la vitalité d'une région qui s’efforce de confirmer sa position dans un monde en mutation.

Cependant, la pandémie de COVID-19, "le désastre le plus terrible auquel l’humanité doit faire face depuis la Seconde Guerre mondiale", a eu et aura des impacts profonds sur le paysage régional et mondial, ainsi que sur la vie sociale et économique de tous les pays. Plus que jamais, il est maintenant temps pour toutes les nations de mettre de côté les différences et les désaccords, de s’unir et de s’entraider afin de vaincre ensemble la pandémie. Plus les difficultés sont importantes, plus nous devons faire preuve de solidarité, coopérer sur le même pied d’égalité et unir nos forces pour les surmonter. Les circonstances extraordinaires exigent des actions et des mesures fortes, résolues et spéciales. Nous avons besoin d'un nouveau cadre de coopération avec de nouvelles percées pour à la fois aider nos économies à résister face à la pandémie et jeter les bases d'un développement durable et d'une croissance inclusive à l'avenir. Ensemble, nous devons construire une Asie de paix, de coopération et de développement plus soutenu dans l'ère post-COVID 19.

Tout en gardant à l’esprit la nécessité de valoriser les forces internes, l’adaptabilité et l’autonomie, de renforcer la coopération internationale, de mettre l’homme au centre des actions, de nous baser sur les valeurs culturelles essentielles, de regarder les défis comme raisons de l’unité, nous devrions nous concentrer sur les axes de coopération suivantes :

Premièrement, le développement des infrastructures stratégiques et hautement performantes constitue à la fois une solution efficace pour stimuler la croissance économique à court terme et une percée stratégique à long terme. Compte tenu du rythme actuel de développement, l'Asie a besoin d'un système d'infrastructures solide pour soutenir la croissance économique et assurer une fluide connexion du Nord au Sud, de l'Est à l’Ouest. Selon la Banque asiatique de développement, d'ici 2030, les pays en développement en Asie devront investir au moins mille sept cents milliards de dollars chaque année pour la construction des infrastructures. Dans ce contexte, nous saluons les initiatives en la matière telles qu’elles sont proposées par le gouvernement japonais et d'autres partenaires. Il nous faudrait par ailleurs  une approche plus innovante en matière de mobilisation du financement, une approche qui encourage la participation du secteur privé et le partenariat public-privé (PPP), une approche selon laquelle les investissements publics devront déclencher les investissements privés.

Deuxièmement, il est important de promouvoir des processus de coopération, d’intégration et de connexion économiques équitables et efficaces aux niveaux bilatéral et multilatéral afin de garantir les flux commerciaux et d'investissement ainsi que les chaînes d'approvisionnement mondiales. Le rétablissement post-COVID de l'Asie dépendra en grande partie de sa capacité à maintenir le commerce et les investissements intra et inter-régionaux. Ces efforts devraient être déployés à tous les niveaux régional, interrégional, mondial sans négliger, en particulier, des réformes à entreprendre au sein de chaque pays.  Les cadres en vue de la mise en réseau des économies, ouverts et fondés sur les règles, tels que le Partenariat transpacifique global et progressif (CPTPP) ou l’Accord de partenariat économique régional global (RCEP), aideront à accélérer le processus de rétablissement et de développement économique régional. En même temps, les parties prenantes devraient travailler ensemble pour rechercher de nouvelles modalités permettant de faire fonctionner l’économie régionale de manière adaptée au contexte où le développement économique doit aller de pair avec  la lutte contre la pandémie. La priorité devrait être accordée à la préservation d’une bonne circulation des marchandises et des personnes et d’un bon fonctionnement des chaînes d'approvisionnement, de production et de commercialisation.

Troisièmement, le renforcement de la coopération scientifique et technologique, notamment dans les domaines numériques, donnera une nouvelle impulsion à l'Asie pour que celle-ci puisse aller de l'avant dans l'ère post-COVID. Dans le souci de maximiser les gains et de minimiser les risques en lien avec l'essor de l'économie numérique, il nous reviendrait de renforcer la coopération dans les domaines suivants: (i) l’amélioration de l’efficacité des infrastructures et de la connexion numérique, en particulier dans les pays en développement, (ii) la construction du gouvernement électronique avec la perspective d’aller vers le gouvernement numérique, l’économie numérique et les sociétés numériques; (iii) le rehaussement des connaissances et des compétences numériques des citoyens et la formation des travailleurs aux nouvelles compétences; (iv) la construction coordonnée des encadrements visant à assurer la cyber-sécurité, la sécurité des données, la gestion fiscale et le système logistique en faveur du commerce électronique.

Quatrièmement, il nous faudrait promouvoir une croissance verte, efficace et durable dès le début de la reprise post-COVID. Cela contribuera à façonner le développement de l'ensemble de l'économie sur une base plus durable,  dans le respect de l’équilibre écologique et en réponse aux défis environnementaux et de changement climatique. La mise en commun des expériences, le transfert des technologies seraient ainsi nécessaires à la construction d’un modèle de croissance à zéro émission nette (ZEN), d’une économie circulaire et d'une gestion durable des ressources naturelles. Il nous conviendrait également de mettre en œuvre pleinement l'Accord de Paris sur le climat, de réaliser, dans le délai, les Objectifs de développement durable de l'ONU à l'horizon 2030 et de parvenir à conclure un accord mondial sur la lutte contre les déchets plastiques en milieu marin.

Cinquièmement, nous devrions renforcer la coopération pour lutter contre la pandémie du COVID-19, améliorer les capacités des systèmes de santé publique et de sécurité sociale, ce qui nous permettra de mieux répondre aux futurs défis sanitaires. Le Vietnam est prêt à partager ses expériences dans la prévention et la lutte contre le COVID-19. Il espère continuer à recevoir le soutien et l'aide de tous les pays, en particulier dans le domaine de recherche et de production des vaccins et dans l’accès équitable aux vaccins contre le COVID-19. Dans les circonstances d'urgence actuelles, la production et la distribution de vaccins ne sont plus l'affaire d'un seul pays ou d'une seule entreprise. Il s’agit plutôt d’une question d’ordre humanitaire visant le but final de protéger la santé publique. Dans le contexte actuel de forte intégration, aucun pays ne peut rester sain et sauf  tant que d’autres sont encore touchés par la pandémie.  En conséquence, nous devrions agir, en toute priorité, pour assurer un approvisionnement sécurisé en vaccins ainsi qu’un accès équitable, opportun aux vaccins, pour enlever des obstacles liés aux droits de propriété intellectuelle, pour promouvoir un transfert ouvert, effectif, efficace et équitable de technologies en matière de production de vaccins. En outre, il nous faudrait penser à la mise en place d'un nouveau mécanisme de coopération régionale ou à la valorisation de mécanismes existants pour faire face au COVID-19 et à d'autres maladies contagieuses à l'avenir. Nous pouvons ainsi travailler ensemble à la création d’un Centre de l'ASEAN dédié aux situations urgentes de santé publique  et aux maladies émergentes.

Sixièmement, un environnement international pacifique et stable constitue une condition préalable à la reprise économique et au développement post-pandémie. Lorsque la région et le monde entier doivent concentrer les efforts et ressources pour faire face à des défis à la fois urgents et inédits, il est primordial et impératif que tous les pays contribuent de manière responsable à ces efforts. Il convient également de faire valoir les principes de respect mutuel, d'égalité et d’intérêt réciproque dans la coopération. Concernant la question de la mer de l'Est, il conviendrait de régler les différends et les désaccords par des moyens pacifiques dans le respect du principe de la primauté du droit, notamment de la Charte des Nations unies et de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982. Nous devrions valoriser pleinement les mécanismes de coopération multilatérale, mettre en œuvre pleinement et efficacement la Déclaration sur la conduite des parties en mer de l'Est (DOC) et travailler en étroite collaboration dans les négociations relatives au Code de conduite en mer de l'Est (COC) en vue de sa signature dans les brefs délais. Nous devrions maintenir la paix, la coopération, le développement dans la région et la libre navigation maritime et aérienne en mer de l'Est.

Membre responsable de la communauté internationale, le Vietnam se tient disposé à travailler avec les autres pays au maintien de la paix, de la stabilité et du développement, à la promotion de la solidarité dans le respect des intérêts communs pour la prospérité de chaque pays et de la région ainsi que pour le bien-être et le bonheur de tous les habitants de la planète.

Un dicton vietnamien dit : "L’or est reconnu au feu, la force de l’homme est reconnue face à l'adversité". Les Japonais ont un adage: "Belle est la fleur de prunier qui supporte la neige". Je suis profondément convaincu que nous resterons unis, ensemble pour une Asie post-COVID-19. Cette confiance est bâtie sur la connaissance des valeurs et de l’identité de l'Asie. Ce sont les valeurs de la communauté, de la vision, de la persévérance, du courage, de la discipline, de l'adaptabilité et de l'aspiration à s'élever.

Mesdames et Messieurs,

En parlant de l’avenir de l’Asie, il serait erroné de ne pas mentionner le rôle du Japon en tant qu’une des économies les plus avancées du monde. Le Japon a apporté d'importantes contributions au développement de notre continent. Les pays asiatiques et le Japon ont ensemble surmonté la crise financière en 2008 et sont devenus une des locomotives de la croissance mondiale.   

Aujourd'hui, nous sommes à nouveau côte à côte dans la lutte contre la pandémie de COVID-19. Les ouvrages et projets bénéficiaires de l'assistance efficace du Japon sont partout en Asie, allant des infrastructures de transport, de l'énergie à l'agriculture, en passant par la technologie, les télécommunications, la culture, l'éducation et la santé publique.

Les relations de partenariat stratégique élargi entre le Vietnam et le Japon continuent de se développer et de s'approfondir dans un climat de grande confiance politique. Le Vietnam apprécie profondément l’aide précieuse que le Gouvernement et le peuple japonais nous ont apportée dans le développement socio-économique au cours des quatre dernières décennies. Le Vietnam se félicite des efforts déployés par le Japon pour la connectivité régionale, l’intégration économique et le développement durable. J'espère que le Japon continuera de jouer le rôle important dans le maintien de la paix, de la stabilité, de la coopération et du développement dans la région. Permettez-moi de saisir cette occasion qui m'est offerte pour souhaiter et exprimer notre confiance que le Gouvernement et le peuple japonais, sous la direction judicieuse du Premier ministre Yoshihide Suga, atteindront de nouveaux acquis exceptionnels dans le développement national. Que les Jeux olympiques et paralympiques de 2021 soient un grand succès pour en faire devenir le symbole de l'unité mondiale dans la lutte contre le COVID-19 et le témoin de la déclaration avisée du Premier ministre Yoshihide.

Mesdames et Messieurs,

En concert avec la communauté internationale, le Vietnam a, au cours de l'année écoulée, déployé d’énormes efforts pour lutter contre le COVID-19. À cette occasion, permettez-moi d'exprimer notre gratitude et nos sincères remerciements aux pays de la région, en particulier le Japon, pour les aides accordées au Vietnam dans cette lutte et dans ses efforts de remédier aux conséquences et dégâts causés par les inondations et sécheresses. Grâce à la ferme détermination du Gouvernement et au soutien sans réserve de la population, le Vietnam s'est concentré sur le "double objectif" de lutter efficacement contre la pandémie et de relancer le développement socioéconomique. Selon l'analyse de certaines institutions internationales, le Vietnam figure parmi les économies les mieux placées pour la reprise post-COVID. Ceci est dû en grande partie à la stabilité politique et sociale, à la force de la grande solidarité et de l’unité nationale, aux mesures efficaces prises à temps par le Gouvernement et aux solides fondements macroéconomiques. Nous continuerons inlassablement de faire perdurer les résultats obtenus, de surmonter les difficultés et de relever les défis pour développer le  pays, sur la base de trois principaux piliers : la force forgée des traditions culturelles et historiques de la nation, les valeurs du peuple vietnamien et les ressources naturelles.

Notre philosophie de développement comprend les éléments suivants: Premièrement, se développer rapidement et durablement sur la base de la science, de la technologie, de l'innovation et de la transformation numérique. Assurer l'harmonie entre la croissance économique, le développement social et culturel, la protection de l'environnement et l'adaptation au changement climatique. Les principales orientations du développement comprennent la réforme du modèle de croissance, la restructuration économique, la croissance verte, la réponse à la demande du marché, les industries émergentes et l’augmentation de la productivité.

Deuxièmement, perfectionner le cadre institutionnel au service du développement de manière complète, cohérente, moderne et intégrée; créer un environnement d’affaires et d’investissements sain, équitable et favorable à toutes les composantes économiques.

Troisièmement, promouvoir l’aspiration au développement d'une nation de prospérité, de bonheur et de forte résilience et faire valoir pleinement l'unité nationale au service du développement du pays. Optimiser les valeurs humaines en considérant l’homme comme le noyau, le sujet, l'atout et le moteur le plus important et l'objectif du développement. Ne pas "sacrifier" le progrès social et la justice pour un développement purement économique.

Quatrièmement, développer une économie autonome sur la base de la maîtrise de la technologie, de l'intégration active et d'une plus grande adaptabilité et résilience. Valoriser la force interne est décisif aux côtés des ressources externes.

Cinquièmement, mettre en œuvre une politique étrangère d'indépendance, d'autonomie, de multilatéralisation et de diversification des relations extérieures, d’intégration internationale proactive, intégrale, intensive et efficace en tant que membre responsable de la communauté internationale.

Mesdames et Messieurs,

Fort de ses cent millions d’habitants et de ses potentialités, le Vietnam dispose  de toutes les conditions nécessaires au développement galopant de la nouvelle ère, qu’il s’agit des facteurs institutionnels, des politiques de développement, des infrastructures, de la situation géographique. Nous jouissons par ailleurs d’une grande stabilité politique et sociale, d’un environnement propice aux investissements et d’une main-d'œuvre abondante. Au cours des dix prochaines années, le Vietnam se concentrera sur trois volets stratégiques : perfectionner les institutions, améliorer la qualité de la main-d'œuvre et développer de manière synchronisée les infrastructures, surtout celles stratégiques. Le Vietnam accordera la priorité à l'économie numérique, verte et circulaire et à l'adaptation au changement climatique.

La forte croissance de l’économie vietnamienne ouvre de nombreuses opportunités d’investissement et d’affaires aux entreprises régionales et internationales. Nous sommes prêts à élargir la coopération dans les infrastructures stratégiques, l'énergie, les industries manufacturières et de soutien, les industries environnementales, l’agriculture de haute qualité, l'électronique, les TIC, la biotechnologie, les villes intelligentes et la logistique. Le gouvernement vietnamien continuera d’améliorer l’environnement des affaires, de créer les meilleures conditions et de se tenir aux côtés des investisseurs étrangers afin d’assurer un partenariat gagnant -gagnant et de partage des risques causés par des chocs externes.

Mesdames et Messieurs,

Une Asie émergente pour la paix, la stabilité, la prospérité et le développement est l'aspiration commune de tous les pays de la région. L'unité et l’égalité entre les nations, la détermination des gouvernements, les efforts conjoints et l'engagement des milieux d'affaires et des habitants sont la clé d’un avenir meilleur de l'Asie. Compte tenu de notre unité, de notre autonomie, de notre résilience, de notre innovation inlassable et de la volonté de nous élever par le travail de nos propres mains et de notre esprit, et d'utiliser au mieux nos terres, nos cieux et nos eaux", nous sommes tout à fait capables de "faire quelque chose à partir de rien et rendre possible l'impossible". L'Asie a aujourd'hui entre ses mains les opportunités et le pouvoir de façonner son propre rôle et sa position dans la nouvelle ère afin de pouvoir déclarer: L'avenir, c’est l'Asie, et l'Asie se dirigera ensemble vers l'avenir.

Je vous remercie de votre aimable attention. Que notre conférence soit couronnée de succès./.".

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Îles et fêtes des villages de pêche La moitié du territoire vietnamien est bordée par la mer, le pays possède ainsi de nombreuses belles îles. L’idéal pour se retirer loin de l’animation effrénée des grandes villes.