09/07/2017 11:18
Trois ans après sa mise en œuvre, le projet «Alliance Ha Long-Cat Bà» a permis de renforcer la gestion des ressources naturelles et de préserver la biodiversité de la baie de Ha Long et de l’archipel de Cat Bà qui la jouxte.
>>Quang Ninh : l’aéroport international de Vân Dôn sera opérationnel en mars 2018
>>Le complexe d’écotourisme et de villégiature de Cat Bà mis en chantier
 
La baie de Ha Long a été deux fois reconnue patrimoine mondial de l’UNESCO en 1994 et en 2000. Photo : Huong Linh/CVN

Plus de 1.600 personnes ont participé au projet «Alliance Ha Long - Cat Bà», a informé Nguyên Thu Huê, directrice du Centre pour la conservation de la vie marine et le développement communautaire (MCD), lors de la récente conférence-bilan du projet «Alliance Ha Long-Cat Bà».

Ce projet, de trois ans, dispose d’un budget de 970.000 de dollars provenant de l’Agence des États-Unis pour le développement international. Il a permis de créer un partenariat entre le gouvernement, les entreprises et les autorités locales dans la préservation et la protection de la baie de Ha Long (province de Quang Ninh, Nord) et de l’archipel de Cat Bà (ville de Hai Phong).

Dans le cadre de ce projet, 842 personnes ont été formées aux thématiques liées à la gestion des ressources naturelles et à la conservation de la biodiversité. En outre, 206 autres ont pu accéder à des technologies modernes et à de nouvelles méthodes de gestion. Le projet a notamment contribué à renforcer la planification et la gestion de l’aquaculture durable en baie de Ha Long, ainsi que la préservation du patrimoine.

Un sous-projet expérimental sur l’aquaculture associée au tourisme responsable a vu la participation de 32 familles dans le village de pêcheurs de Vung Viêng. Douze initiatives sur la protection de l’environnement ont été reconnues, dont deux sur le ramassage des ordures sur mer ont été mis en œuvre à titre expérimental.

Des activités de sensibilisation des habitants locaux aux effets des changements climatiques, aux mesures pour y faire face, à la conservation et au développement des ressources naturelles ont été déployées par des groupes de volontaires. Le projet a aidé également les habitants locaux à accéder aux marchés grâce à des rencontres avec des entreprises.

Un projet efficace qui sera élargi

L’archipel de Cát Bà couvre une superficie de plus de 320 km2 avec 388 îles et îlots. Photo : Trong Dat/VNA/CVN

Selon Dang Huy Hâu, vice-président du Comité populaire de la province de Quang Ninh, le projet «Alliance Ha Long-Cat Bà» «a apporté des avantages économiques et environnementaux aux habitants, à contribué à la protection de la Terre et à la lutte contre le changement climatique».

Il a relié les entreprises et les communautés de la province de Quang Ninh et de la ville de Hai Phong pour améliorer la qualité de l’environnement et protéger le patrimoine naturel mondial face à la pollution causée par l’aquaculture, les eaux usées et le tourisme. Dang Huy Hâu a demandé à la ville de Ha Long d’élargir le modèle d’aquaculture relié au tourisme durable, notamment à Vân Dôn, Tiên Yên et Quang Yên.

Lors de la conférence, les participants ont convenu qu’il était nécessaire de mettre en place un système de gestion stratégique et de renforcer la coordination multipartite fondée sur des initiatives et des interventions en matière de protection de l’environnement.

Le projet «Alliance Ha Long-Cat Bà», une initiative lancée par l’Union internationale pour la conservation de la nature et le MCD, est devenue depuis juin 2014 un catalyseur dans les efforts d’amélioration de la gestion de l’environnement et de protection de la baie de Ha Long et de l’archipel de Cat Bà.

La baie de Ha Long s’étend sur 1.553 km2. Elle compte 1969 îles et îlots, pour la plupart dans les baies de Bai Tu Long et Ha Long, dont certains abritant de splendides grottes.

Elle a été deux fois reconnue patrimoine mondial de l’UNESCO en 1994 et en 2000, et en 2012, la Fondation New Seven Wonders l’a placée dans sa liste des «sept Nouvelles Merveilles naturelles du monde». La province de Quang Ninh envisage de demander à UNESCO de reconnaître la baie en tant que patrimoine mondial  pour la troisième fois, pour ses valeurs archéologiques.

Pour sa part, l’archipel de Cát Bà couvre une superficie de plus de 320 km2 avec 388 îles et îlots. En 2004, il a été reconnu réserve mondiale de biosphère par l’UNESCO.

Huong Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Lâm Dông propose un nouveau code de conduite du tourisme Le Département de la culture, des sports et du tourisme de la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre), vient de présenter son nouveau code de conduite du tourisme.