13/09/2021 11:27
Inverser la courbe des sondages : à deux semaines des élections, l'héritier d'Angela Merkel, l'impopulaire Armin Laschet, a lâché dimanche 12 septembre ses coups contre son principal adversaire, le social-démocrate Olaf Scholz, sans conjurer la défaite annoncée.

>>Élections allemandes : le candidat du parti de Merkel passe à l'offensive
>>Allemagne : premier grand débat des prétendants au trône de Merkel
 

Le candidat chrétien-démocrate à la chancellerie en Allemagne, Armin Laschet, à Nuremberg, le 11 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN


Les sondages d'après-débat ont en effet tous donné l'avantage à M. Scholz, jugé "le plus convaincant" par 41% des personnes interrogées, devant M. Laschet (27%) et Mme Baerbock (25%). Le candidat social-démocrate a en particulier convaincu les "électeurs indécis", qui le placent nettement en tête.

M. Laschet n'a plus beaucoup de temps pour enrayer la chute des conservateurs de la CDU-CSU, tombés à un niveau historiquement bas dans les enquêtes d'opinion, autour de 20%. D'autant qu'une partie des électeurs ont déjà voté par correspondance.

Au pied du mur, M. Laschet a mis en pratique lors de ce débat d'une heure et demie sur les chaînes publiques les conseils des hiérarques conservateurs : bousculer M. Scholz, l'expérimenté mais dénué de charisme ministre des Finances du gouvernement Merkel.

"Sérieux problème" 

Premier angle d'attaque de M. Laschet, l'éventuelle coalition que pourrait former M. Scholz avec les écologistes et surtout l'extrême gauche Die Linke.

"Si cela vous donne une majorité, vous ferez une coalition avec la gauche !", a lancé M. Laschet au social-démocrate tendance centriste.

 

Le vice-chancelier et ministre des Finances allemand Olaf Scholz, devant le Bundestag à Berlin le 7 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN


M. Scholz, sans écarter formellement une telle coalition, a fixé ses conditions: "Quiconque veut gouverner en Allemagne doit affirmer clairement que l'OTAN est importante pour notre sécurité", a-t-il asséné en direction de l'extrême gauche, qui remet en cause la relation transatlantique sur laquelle mise l'Allemagne depuis 1945.

Autre offensive menée par M. Laschet, les affaires. Il s'est saisi de perquisitions menées le 9 septembre dans un organisme fédéral de lutte contre le blanchiment, sous la tutelle de M. Scholz, pour attaquer son adversaire.

"Si mon ministre des Finances travaillait comme vous, nous aurions un sérieux problème", a asséné M. Laschet à M. Scholz, dont les services sont soupçonnés de ne pas avoir transmis à la justice des soupçons de blanchiment de plusieurs millions d'euros.

Il a aussi fustigé les réserves émises par M. Scholz sur cette enquête du parquet d'Osnabrück : "C'est ce que font les populistes dans d'autres pays".

M. Scholz, décrit cette semaine par l'hebdomadaire Der Spiegel comme "l'incarnation de l'ennui en politique", a brièvement rompu avec son ton policé pour fustiger de "fausses accusations" de son adversaire.

M. Laschet s'est retrouvé lui en difficultés quand, pressé par les deux autres candidats au sujet de la politique climatique, il a dû se démarquer d'Angela Merkel, rappelant qu'il n'est "pas membre du gouvernement".

Annalena Baerbock, dont le parti pointe en troisième position dans les sondages, a renvoyé dos à dos ses rivaux, alors que conservateurs et sociaux-démocrates gouvernent ensemble depuis sept ans, incarnant, selon elle, "le passé".

Au final, "la majorité des électeurs veulent peu de changement. C'est ce que le vice-chancelier a le mieux incarné", résume le quotidien Tagesspiegel.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Le vice-PM Vu Duc Dam préside une réunion sur le redémarrage du tourisme Dans l'après-midi du 21 octobre, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a présidé une réunion en ligne avec plusieurs ministères et Comités populaires locaux sur le plan d'accueil de touristes étrangers dans la nouvelle situation.