20/02/2018 15:16
Pour la première fois, le parti d'extrême droite allemand Alternative pour l'Allemagne (AfD) devance dans un sondage le parti social-démocrate (SPD), appelé à gouverner avec Angela Merkel, selon une enquête publiée lundi 19 février.

>>Allemagne : la «mini-Merkel» entre en piste pour la succession
>>Martin Schulz renonce à son poste de chef du SPD
>>Au prix de lourds sacrifices, Merkel pose les bases d'un 4e mandat
>>Allemagne : la quête de coalition continue malgré un marathon nocturne
 

 
Un drapeau du parti d'extrême droite allemand AfD lors d'un meeting à Torgau, dans l'est de l'Allemagne, le 6 septembre 2017. Photo : AFP/VNA/CVN


Pour la première fois, le parti d'extrême droite allemand Alternative pour l'Allemagne (AfD) devance dans un sondage le parti social-démocrate (SPD), appelé à gouverner avec Angela Merkel, selon une enquête publiée lundi.

Dans cette étude de l'institut Insa pour le journal Bild, l'AfD est créditée de 16% (+ 1 point comparé au dernier pointage) des intentions de vote, devenant le deuxième parti d'Allemagne derrière les conservateurs de la chancelière. Le SPD descend à 15,5% (- 1 point).

Ce sondage, auprès d'un échantillon de 2.040 personnes, a été réalisé du 16 au 19 février. Depuis plusieurs semaines déjà, l'écart se réduit entre le parti d'extrême droite, entré à la chambre des députés après les législatives du 24 septembre, et le plus vieux parti d'Allemagne, en pleine crise et secoué par une guerre de chefs.

Les partis conservateurs - Union chrétienne-démocrate CDU de la chancelière et son allié bavarois CSU - remontent en revanche de 2,5 points à 32% dans ce sondage.

"L'Union est actuellement le seul grand parti populaire" du pays, souligne le directeur de l'Insa Hermann Binkert dans Bild.

Démocrates-chrétiens et sociaux-démocrates ne réunissent plus ensemble quede 47,5% des intentions de vote et ne disposeraient donc plus d'une majorité à la chambre des députés en cas de nouveau scrutin.

Les deux mouvement se préparent à former un gouvernement de coalition, à condition de recevoir le feu vert de la base du SPD.

Quelque 464.000 adhérents de ce parti commencent à voter par courrier à partir de mardi 20 février, avec un résultat attendu 4 mars. La chute libre du SPD dans les sondages est susceptible de les inciter à donner leur aval à ce nouvel exécutif, alors qu'un rejet signifierait probablement des élections anticipées et un score catastrophique pour leur mouvement.

Dans son dernier baromètre ce week-end, l'institut Forsa pour les télévisions privées RTL et n-tv donnait encore les sociaux-démocrates devant l'AfD.

Le SPD était crédité de 16% des voix, l'AfD de 13%, selon cette étude menée la semaine dernière auprès de 2.501 électeurs. Mais la tendance des dernières semaines est claire.

Après avoir enregistré 20,5% aux législatives de septembre, son pire score d'après-guerre, le pari social-démocrate n'a cessé depuis de perdre en intentions de vote, tandis que l'extrême droite, qui a obtenu près de 13% en septembre, progresse.

Le SPD paie ses atermoiements : après avoir exclu à l'automne toute nouvelle alliance avec Angela Merkel, il a finalement accepté d'en nouer une, au grand dam d'une partie des militants.

Emmenés par le mouvement de Jeunesse du parti, ces derniers réclament un virage à gauche, à l'image des Travaillistes britanniques, pour permettre au SPD de se ressourcer.


AFP/VNA/CVN

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Développement du tourisme communautaire au Vietnam Au cours de ces dernières années, le tourisme communautaire s’est bien développé dans plusieurs localités, dont les provinces de Hoà Binh, Lào Cai (Nord), et Quang Nam (Centre).