19/08/2021 16:12
Les derniers feux de forêt, qui ont ravagé le Nord de l'Algérie durant plus d'une semaine et fait au moins 90 morts, ont été éteints, a annoncé mercredi 18 août la Protection civile algérienne.
>>L'Algérie combat encore les feux de forêts, le bilan s'alourdit
>>L'Algérie, endeuillée, toujours en guerre contre les incendies ravageurs
>>Algérie : 69 morts dans les incendies toujours en cours

Des arbres calcinés après un incendie dans la région d’Ait Daoud, le 13 août en Algérie.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Aucun incendie de forêt n'a été enregistré" mercredi matin 18 août, a fait savoir la Protection civile dans un communiqué. Les sept foyers restants ont été neutralisés par les équipes de la Protection civile dans six wilayas (préfectures), selon un communiqué.

Les gigantesques incendies, qui avaient débuté le 9 août, ont détruit des dizaines de milliers d'hectares de forêts dans 26 wilayas sur les 58 que compte l'Algérie. Ils ont causé la mort d'au moins 90 personnes, parmi lesquels 33 militaires, selon divers bilans des autorités locales et le ministère de la Défense. Les sinistres ont déclenché une vague de solidarité dans toute l'Algérie et dans la diaspora.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a affirmé que la plupart des incendies étaient d'origine "criminelle". Il a fait état de l'arrestation de 22 suspects. Mais au delà des pertes humaines et matérielles, et des carences des pouvoirs publics mises en lumière lors de ces incendies, l'Algérie a été profondément choquée par le lynchage et l'immolation d'un homme accusé à tort de pyromanie en Kabylie (Nord-Est), la région la plus touchée par les feux.

Soixante-et-un suspects ont été arrêtés à la suite de la mort de Djamel Ben Ismaïl, selon la police algérienne qui a implicitement accusé le mouvement indépendantiste kabyle d'être impliqué dans le meurtre du jeune homme et les incendies. Mis en cause, le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste), une organisation illégale et classée comme "organisation terroriste" en Algérie a rejeté ces accusations.

Pour combattre les flammes, l'armée algérienne a mobilisé cinq hélicoptères russes Mi-26 et la Protection civile trois hélicoptères bombardiers d'eau. Les autorités ont aussi pu compter sur le renfort de deux bombardiers d'eau français - mis à disposition via l'Union européenne - et d'un autre appareil espagnol. Devant l'ampleur de la catastrophe et leur manque d'anticipation et de prévention, elles ont décidé d'acheter quatre avions bombardiers d'eau russes Beriev-200.

Pays le plus étendu d'Afrique, l'Algérie ne compte que 4,1 millions d'hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76%. Chaque année, le Nord du pays est touché par des feux de forêt, mais ce phénomène s'accentue. En 2020, près de 44.000 ha de taillis sont partis en fumée, un chiffre qui devrait être largement dépassé en 2021. Le réchauffement du climat augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Phu Quôc rouvrirait ses portes aux touristes internationaux Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a proposé un programme pilote d’accueil des visiteurs internationaux munis de passeports vaccinaux à Phu Quôc, province méridionale de Kiên Giang à partir d’octobre prochain, ce pour une durée de six mois.