29/03/2017 18:45
L'État va proposer et financer des audits économiques à quelque 20.000 exploitations agricoles en grande difficulté, dans le cadre du plan de soutien lancé en octobre, qui va être prolongé jusqu'au 31 décembre, a annoncé le gouvernement.
>>Les candidats et l'agriculture : l'Europe, ligne de fracture
>>France : le commerce équitable s'implante aussi chez les paysans "du Nord"

"On vous nourrit mais on crève" : une centaine d'agriculteurs a manifesté le 23 janvier à Agen pour alerter les pouvoirs publics sur les difficultés rencontrées par la profession.
Photo : AFP/VNA/CVN

"La très grande majorité des exploitations en difficultés conjoncturelles", liées au climat et aux mauvaises récoltes par exemple, a pu trouver directement auprès des banques "des solutions de financement à court terme ou de restructuration de leurs prêts", indique le Premier ministre Bernard Cazeneuve dans une lettre à la présidente par intérim du syndicat FNSEA, Christiane Lambert, dont l'AFP a obtenu copie.

Restent les exploitations "en grande difficulté", "qui n'ont pas pu apporter à leurs banquiers les garanties de leur capacité à poursuivre leur activité", souligne la lettre.

Le gouvernement, qui reconnait avoir du mal à estimer l'ampleur exacte de la crise agricole, ne chiffre pas le nombre d'exploitations menacées de disparition par le surendettement. Mais il avait été estimé à 20.000 par l'ex-président de la FNSEA, Xavier Beulin, dans une interview peu avant son décès le 19 février.

"Il me semble utile de proposer à ces exploitations la réalisation d'un diagnostic financier et économique permettant de garantir que les mesures qui seront mises à leur disposition répondent bien à la nature structurelle des difficultés auxquelles elles font face", indique le Premier ministre.

Ces audits financés sur argent public devront être réalisés "auprès de leurs banques et de leurs fournisseurs", a précisé une source au ministère de l'Agriculture.

Les agriculteurs "ayant souscrit à la démarche de diagnostic" se verront ensuite proposer des "mesures de restructuration de leur dette", incluant des années "blanches", c'est-à-dire un report des annuités d'emprunt.

L'État s'engage aussi à rendre éligible aux restructurations les prêts dits "modulables", qui ne l'étaient pas jusqu'à présent, et à augmenter à 50% sa prise en charge des frais de restructuration de dette.

Jusqu'à présent, l'État ne finançait qu'un tiers des frais de restructuration, la banque prenait un tiers et l'agriculteur concerné le dernier tiers.

Une fois connus les premiers résultats des audits, le gouvernement se dit prêt à lancer un nouveau dispositif de soutien à la trésorerie "s'il s'avère que la viabilité d'un nombre important d'exploitations est essentiellement menacée à très court terme par les échéances bancaires auxquelles elles doivent faire face".

Conséquence, le plan d'aide à l'agriculture lancé en octobre par Manuel Valls, est prolongé "jusqu'au 31 décembre 2017".

Ce plan, déjà prolongé une fois jusqu'en juin, prévoit des mesures de prise en charge de garantie des prêts et de cofinancement par l'État de report d'échéances bancaires.

Jusqu'ici, il a rencontré peu de succès. Moins de 100 exploitations y ont eu recours, selon une source au cabinet du ministre de l'Agriculture.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.