10/05/2021 22:22
Trân Tô Nga a affirmé qu’elle “poursuivra le combat pour les victimes vietnamiennes de l'agent orange / dioxine", après avoir reçu des informations selon lesquelles le tribunal judiciaire d’Évry à Paris s’est dite incompétente pour traiter son dossier.
>>Les conséquences de l'agent orange persistent au Vietnam, selon un journal allemand
>>Des médias allemands couvrent le combat judiciaire de Trân Tô Nga
>>Agent orange : soutien à Trân Tô Nga et toutes les victimes
>>Le procès historique de Trân Tô Nga contre les multinationales de l’agrochimie

Trân Tô Nga, 79 ans, poursuivra son combat pour les victimes vietnamiennes de l'agent orange / dioxine.
Photo : VNA/CVN


Née en 1942, Trân Tô Nga est une “Viêt kiêu” de France. Elle est originaire de la province vietnamienne de Soc Trang (Sud). C’est en tant que reporter de “Thông tân xa Giai Phong” (Agence d’Information de Libération), un des deux organes prédécesseurs de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA en abréviation anglaise), qu’elle a été victime de l’agent orange. Son procès contre les firmes américaines productrices de défoliants toxiques a débuté en avril 2014.

Devant les dernières informations, Trân Tô Nga a dit qu’elle n’était pas surprise parce qu’elle s’était préparée à l'avance. Elle a affirmé qu’elle ferait appel et poursuivrait sa voie.

Dans la soirée du 10 mai, une réunion aura lieu pour discuter de la stratégie future. Une conférence de presse est prévue le matin du 11 mai avec la participation de nombreuses agences de presse françaises et étrangères intéressées par le procès intenté par Trân Tô Nga. Mme Tô Nga a également déclaré qu'elle se joindrait à une marche du 15 mai avec des partisans pour protester contre le groupe Monsanto.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le photographe Lâm Duc Hiên, la mémoire du Mékong