18/05/2017 08:49
Le groupe État islamique a revendiqué mercredi 17 mai une attaque contre la Radio-Télévision afghane (RTA) qui a fait six morts en plein centre de Jalalabad, capitale de la province instable du Nangarhar, base-arrière de nombreux insurgés.

>>Afghanistan : le siège de la télévision publique attaqué à Jalalabad
 

Des forces de sécurité afghanes prennent position après une attaque contre la télévision publique à Jalalabad, le 17 mai


Dans un communiqué publié en arabe par son agence de propagande Amaq, l'EI a affirmé avoir "tué près d'une trentaine d'apostats membres des forces de sécurité et des médias lors d'une opération d'infiltration à Jalalabad".

Pour le gouverneur provincial Gulab Mangar, aucun doute : "Daech (acronyme arabe de l'EI) est responsable de cette attaque: c'est parce que nous leur avons cassé les reins lors de nos récentes opérations au Nangarhar, ils veulent montrer par cette attaque qu'ils sont toujours bien là", a-t-il affirmé devant la presse.

L'assaut, qui a duré plus de quatre heure avant que le dernier des quatre assaillants soit tué, a également fait 17 blessés. Quatre civils figurent parmi les morts et deux membres de la sécurité, selon le gouverneur de cette province de l'Est du pays.

"Il y avait quatre attaquants, l'un s'est fait exploser à l'entrée de la RTA tuant un garde. Les trois autres sont entrés dans le bâtiment où nos forces de sécurité les ont suivis. Les combats ont duré quatre heures, les forces de sécurité ont fait attention de ne pas causer davantage de dégâts", a expliqué le gouverneur.

Deux heures après le début de l'attaque, son porte-parole, Attaullah Khogyani, joint par l'AFP, avait rapporté qu'il entendait toujours les tirs en provenance de la RTA, dont le siège local est proche du quartier général de la police et des bureaux du gouverneur provincial.

"Dès que j'ai entendu des tirs, j'ai pris la fuite mais mes collègues sont toujours coincés à l'intérieur," a alors rapporté un photographe de la RTA sous couvert de l'anonymat.


Les organisations de presse et les journalistes, en particulier afghans, ont payé un lourd tribut ces dernières années au conflit : treize d'entre eux ont été tués en 2016 selon leur Comité de protection (AJSF).
 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Bientôt la Semaine verte du tourisme et du patrimoine à Hanoï La deuxième édition de la Semaine verte du tourisme et du patrimoine - l’endroit de rencontre des hommes et de la nature se déroulera du 21 au 23 novembre dans le centre de la culture et des arts du Vietnam (N°2, rue Hoa Lu) à Hanoï.