25/08/2020 17:48
Une stratégie nationale visant à mettre fin au VIH/sida d’ici 2030 a été approuvée par le Premier ministre du gouvernement. Ce plan entend lutter contre l’épidémie de VIH/sida en renforçant les activités de prévention et de contrôle du virus afin de réduire le nombre de porteurs et de décès dus à cette maladie dans le pays.
>>Renforcement de la coopération contre le VIH, la drogue et la prostitution
>>Anti-sida : plus de 6.000 personnes inscrites au programme de la PrEP 
>>Sida : vers une plus grande implication du secteur privé

La sensibilisation joue un rôle central dans la prévention et la lutte contre le VIH/sida. 

Le Vietnam comptait fin juin environ 250.000 porteurs du VIH/sida dont 210.000 conscients de leur séropositivité. Plus de 100.000 personnes sont mortes du sida dans le pays tandis que 100% des provinces et villes ont connu des cas d’infection.

Afin d’en finir avec cette épidémie, les campagnes de communication seront renforcées et améliorées. En outre, les services de conseil et de dépistage du VIH devraient être étendus plus largement sur le territoire avec des procédures de test diversifiées et plus rapide. Ainsi, l’autotest du dépistage et les dépistages communautaires seront plus facilement et largement accessibles. En outre, le contrôle des populations à risque sera intensifié.


L’objectif mondial 90-90-90

Lors de la 20e conférence internationale sur le sida, organisée en 2014 à Melbourne (Australie), l’Organisation des Nations unies (ONU) a lancé les objectifs 90-90-90, qui sont les suivants : 90% des personnes vivant avec le VIH connaîtront leur statut sérologique, 90% des personnes dépistées recevront un traitement antirétroviral durable, et 90% des personnes recevant un traitement auront une charge virale durablement supprimée. Globalement, ces modèles de prédiction permettent d’espérer une fin de l’épidémie en 2030.

Le Vietnam a été le premier pays d’Asie à avoir adopté les objectifs 90-90-90 et à faire sienne l’ambition d’enrayer d’ici 2030 l’épidémie.
 
Ces dernières années, la mise en œuvre simultanée des mesures de prévention et de lutte contre le VIH/sida a contribué à prévenir les transmissions, à réduire le nombre de nouveaux porteurs et à réduire le nombre de décès chez les séropositifs. Le pays s’est efforcé de ne pas dépasser un taux de transmission du VIH au sein de la communauté de 0,3%.

Des objectifs ambitieux
pour vivre avec la maladie


Le gouvernement souhaite avec sa nouvelle stratégie qu’au moins 80% de la population vivant avec le VIH ait accès aux services de prévention et de traitement d’ici 2030 et qu’au moins 95% des personnes contaminées connaissent leur séropositivité. De plus, la totalité des porteurs connus auront accès à la carte d’assurance-santé pour bénéficier de meilleurs traitements.

Une porteuse du VIH à Ninh Binh ayant participé au programme de prévention et de lutte contre la transmission mère-enfant.

Par ailleurs, 95% des personnes sous traitement devraient avoir des niveaux indétectables de VIH dans leur corps par la suppression de la charge virale d’ici 2030. L’un des objectifs ambitieux de cette stratégie vise également à totalement éliminer la transmission du virus de la mère à l’enfant.

Consolider et renforcer le système de prévention et de contrôle du VIH/sida nécessitera des ressources humaines et financières suffisantes désormais garanties par la stratégie du gouvernement. Concrètement, ces activités seront financées à hauteur de 70% par des ressources financières nationales, le reste sera à la charge des autorités locales.
 
Texte et photos : Phuong Giang - Thùy Dung/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Un stupa centenaire révèle la culture de l’ethnie Lào Le stupa Muong Và, patrimoine culturel de 400 ans de la province montagneuse de Son La (Nord), a longtemps été considéré comme un chef-d’œuvre d’architecture reliant le passé au présent tout en défendant les valeurs spirituelles uniques.