14/02/2020 12:21
>>L'Iran se dit ouvert à des pourparlers sur le nucléaire
>>L'Iran échoue à mettre sur orbite son satellite
>>L'Iran a déjoué une "puissante" cyberattaque

Le Sénat américain a adopté jeudi 13 février une résolution restreignant les capacités du président américain à lancer des actions militaires contre l'Iran sans approbation préalable du Congrès. Le Sénat à majorité républicaine a adopté par 55 voix contre 45 une résolution sur les pouvoirs de guerre du président, qui exige notamment que le président cesse d'utiliser les forces américaines pour initier des hostilités contre l'Iran sans avoir obtenu l'aval du Congrès. Huit sénateurs républicains se sont joints aux Démocrates pour soutenir cette résolution, en dépit de l'opposition du président Donald Trump et du chef de la majorité du Sénat Mitch McConnell. La Chambre des représentants à majorité démocrate a indiqué qu'elle appuierait cette résolution, qui n'a pas vocation à empêcher les États-Unis de se défendre contre une attaque imminente. La Maison Blanche a menacé le Congrès d'opposer son veto à cette résolution si celle-ci arrive sur le bureau de M. Trump, le Sénat ne disposant en effet pas de suffisamment de voix pour empêcher un veto présidentiel. Le mois dernier, la Chambre avait déjà adopté un projet de loi similaire visant à restreindre les pouvoirs de guerre de M. Trump contre l'Iran. Ce projet, largement symbolique, n'avait cependant pas été repris par le Sénat. Le vote de jeudi est intervenu un peu plus d'un mois après qu'une frappe américaine ordonnée par Donald Trump a tué le général iranien Qassem Soleimani, ancien commandant de la Force al-Qods des Gardiens de la Révolution islamique, faisant craindre une escalade incontrôlable entre les États-Unis et l'Iran.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

COVID-19 : des touristes sud-coréens à Dà Nang retournent à leur pays d’origine Sur la base de demandes de touristes sud-coréens et de propositions du consulat général de Répubique de Corée et des organes compétents, Dà Nang a rapatrié mardi soir 25 février 20 Sud-Coréens vers leur pays d’origine.