22/02/2021 14:34
Le Professeur Nguyên Tài Thu, président de l'Association vietnamienne d'acupuncture, surnommé le roi de l'acupuncture, est décédé le 14 février à l'âge de 90 ans. Son deuil se déroule lundi matin 22 février à la Maison funéraire nationale, située au 5 rue Trân Thánh Tông à Hanoï.
>>Acupuncture au Mexique, une médecine qui a du piquant
>>Semaine de la médecine orientale 2017 à Hô Chi Minh-Ville
>>Vietnam et Mexique partagent des expériences dans l'acupuncture

Le Professeur Nguyên Tài Thu lors d’une séance de traitement.
Photo : VNA/CVN

Né en 1931 dans la commune de Van Canh, (district suburbain de Hoài Duc à Hanoï), Nguyên Tài Thu est devenu internationalement célèbre pour ses compétences de maître en acupuncture en aidant un grand nombre de patients à travers le monde.

Ce Professeur s'est consacré toute sa vie à la médecine traditionnelle du Vietnam en écrivant des dizaines de livres sur l'acupuncture et ses sous-disciplines comme la néo-acupuncture, l'hydro acupuncture, l'acupuncture auriculaire et l'électro acupuncture. Ces ouvrages sont aujourd'hui des manuels d'étude pour des milliers d’étudiants.

Le Professeur Thu fut un grand pratiquant mais aussi un grand chercheur qui perfectionna nombre de techniques d’acupuncture. Par exemple, sa technique de traitement de la toxicomanie parvient à soulager les patients dans 90% des cas. La méthode s’est avérée tellement efficace qu’elle fut adoptée et promut par le ministère de la Santé. Elle fut également exportée dans plus de 50 pays.

À son actif également, la méthode d'anesthésie électrique qui consiste en l’insertion d’aiguilles de 10 cm à 70 cm de long sur un point d'acupuncture afin d’augmenter la capacité de lutte contre la douleur.

Cette méthode a été pratiquée dans plus de 100.000 chirurgies jusqu’à aujourd’hui. Cette technique, qui aide le patient à subir l’opération tout en restant conscient, a prouvé son efficacité dans le traitement de maladies telles que la paralysie, les accidents vasculaires cérébraux, etc.

Travailler pour les pauvres

En plus de ses recherches, Nguyên Tài Thu travailla toute sa vie à faire de l’acupuncture une méthode de soin accessible au plus grand nombre, même aux plus pauvres. Il avait l’habitude en effet de mobiliser des ressources financières afin d’offrir un traitement gratuit aux enfants pauvres souffrant d'un handicap ou de maladies héréditaires.

Le Professeur Nguyên Tài Thu offre des cadeaux à des patients pauvres.
Photo : Duong Ngoc/VNA/CVN

Selon lui, "le médecin doit aimer le patient et aider le patient, en particulier les pauvres". Beaucoup de patients pauvres ont été traités gratuitement par ce professeur au bon cœur.

À la fin des années 1980 par exemple, il offrait un traitement gratuit tous les jours à de nombreux patients entre 08h00 à 13h00 à l'Hôpital central d'acupuncture où il travaillait en tant que directeur. Il ne faisait qu'une courte pause à midi en sirotant une tasse de thé, puis continuait l’après-midi à travailler.

Actif jusque la fin de sa vie

Le Professeur fonda en 1968 l'Association d'acupuncture du Vietnam qui compte actuellement des dizaines de millier de membres. Il fut aussi un des fondateurs de l'Hôpital central d'acupuncture à Hanoï.

Il fut très actif jusque sa mort, briguant dernièrement le poste de vice-président de l'Association mondiale d'acupuncture, celui de président de l'Association vietnamienne d'acupuncture et celui président de l'Association vietnamienne de secours pour les enfants handicapés.

Tous les praticiens de l’acupuncture au Vietnam pleurent aujourd’hui cette grande figure tutélaire.

Un médecin dévoué

Nguyên Tài Thu Thu était professeur-docteur honoraire de 16 universités étrangères.

Parlant couramment le français, le chinois et l'anglais, il a enseigné et transmis son savoir à des étudiants et des experts aux quatre coins du monde, notamment en Asie, Europe, et Amérique latine.

Trân Van Thanh, maître de conférences et directeur de l'Hôpital central d'acupuncture, a compté que le Professeur Thu enseigna dans 38 pays à travers le monde. Au Vietnam, il participa à plus de 500 cours de formation.

Pour ses contributions considérables au développement de la médecine traditionnelle, il a reçu de nombreux titres honorifiques dont celui de Médecin du peuple, Héros du travail, mais aussi l’Ordre de l’indépendance et celui du travail de 1re classe.

Hoàng Phuong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre