10/07/2021 16:25
Le Sénégal, plusieurs institutions et pays européens, et les États-Unis notamment, ont annoncé la signature, vendredi 9 juillet à Dakar, d'un accord visant à financer l'installation dans ce pays ouest-africain d'une usine de production de vaccins contre le COVID-19 et d'autres maladies endémiques.

>>Covax : nouvelles arrivées de vaccins gratuits en Afrique
>>Le Sénégal rouvre ses frontières aériennes
>>Le Sénégal distribue massivement des vivres pour amortir le choc du coronavirus
 

Vaccination contre le COVID-19 en Côte d'Ivoire, le 1er mars.
Photo : Xinhua/VNA/CVN


L'accord tripartite est signé alors que l'Afrique subit une troisième vague de coronavirus sur fond d'une rupture de vaccins anti-COVID, alors que les unités de production de vaccins y sont déjà rares. 

L'Afrique importe 99% de ses besoins en vaccins, selon un communiqué conjoint du gouvernement sénégalais et de la "team Europe", formée notamment de plusieurs pays et institutions européens, publié vendredi 9 juillet. 

L'accord de financement conclu vendredi 9 juillet vise à démarrer la production de vaccins à l'Institut Pasteur de Dakar (IPD) pour réduire ces importations. Il va poser les fondations d'une "souveraineté pharmaceutique et médicale". au Sénégal et en Afrique, a déclaré le ministre sénégalais de l'Économie, Amadou Hott, cité dans communiqué. 

Il permettra d'"améliorer l'accès à des vaccins à des prix abordables en Afrique et (en) faciliter la production pour faire face efficacement aux pandémies", a-t-il ajouté, lors de la signature de l'accord vendredi 9 juillet à Dakar, en présence du président Macky Sall. 

La construction de l'usine de production de vaccins doit démarrer au plus tard en 2021 et 25 millions de doses de vaccins doivent être produits fin 2022. La commission européenne, la Banque européenne d'investissements, la Banque mondiale, les États-Unis, la France, l'Allemagne et la Belgique doivent contribuer au financement de cette opération, aux côtés du gouvernement sénégalais et d'autres donateurs. L'Allemagne doit contribuer à hauteur de 20 millions d'euros (23,7 millions d'USD).

Un taux de vaccination faible

Le montant total du financement et toutes les contributions n'ont pas été précisés. "L'initiative soutiendra non seulement l'autonomie de l'Afrique pour la production de vaccins vitaux mais constituera également une pierre angulaire de l'écosystème industriel émergent en matière de santé au Sénégal", a déclaré Thierry Breton, commissaire européen en charge du marché intérieur et dirigeant la Task Force de la commission européenne sur le développement industriel de la production de vaccins. 

Avec quelque 5,8 millions de cas et quelque 149.000 décès sur une population de 1,2 milliard d'habitants selon des données collectées par des médias, à partir de chiffres officiels, l'Afrique est le continent le moins touché par la pandémie, après l'Océanie.

Le taux de vaccination y reste cependant faible, avec seulement 2% de la population totale. Le Sénégal, qui va accueillir le projet de production de vaccins, n'est pas épargné par la poussée actuelle de la pandémie en Afrique. Le pays, qui a déclaré 45.266 cas pour 1.187 décès, a enregistré un record de contaminations vendredi 9 juillet avec plus de 470 nouvelles infections, selon un bilan quotidien.

APS/VNA/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le bánh chưng gù, une spécialité des Tày dans le district de Van Bàn

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.