05/07/2021 16:49
L'Autorité du Canal de Suez (SCA) a annoncé dimanche 4 juillet un accord prévoyant la libération mercredi 7 juillet du porte-conteneurs géant Ever Given retenu après avoir bloqué fin mars le canal de Suez, voie maritime cruciale pour le commerce international.

>>Canal de Suez : accord "initial" sur des indemnisations après le blocage par l'Ever Given
>>Le canal de Suez reçoit la plus grande drague du Moyen-Orient
 

Photo satellite de l'"Ever Given" le 29 mars bloquant le canal de Suez.
Photo : AFP/VNA/CVN


L'accord a été conclu avec le propriétaire du navire, selon un communiqué de la SCA. Une cérémonie est prévue mercredi 7 juillet pour célébrer "la signature de l'accord" et le "départ du navire", retenu dans le lac Amer par les autorités égyptiennes, a ajouté le texte.

D'une capacité de plus de 200.000 tonnes, l'Ever Given s'était échoué le 23 mars bloquant la circulation sur le canal où passe près de 10% du commerce maritime mondial, selon des experts.

Le blocage avait duré six jours. D'après l'Autorité du canal de Suez (SCA), l'
Égypte a perdu de 12 à 15 millions d'USD (environ 9,8 millions à environ 12,5 millions d'euros) par jour de fermeture.

Fin juin, la SCA a annoncé un accord "initial" sur des indemnisations entre l'
Égypte et le propriétaire de l'Ever Given, après d'intenses négociations incluant les assureurs du navire.

La principale pomme de discorde entre l'
Égypte et la Société japonaise Shoei Kisen, propriétaire du navire, avait porté sur le montant des indemnisations.

Initialement, Le Caire avait réclamé 916 millions d'USD (767 millions d'euros), avant de baisser le montant à 600 puis 550 millions d'USD (environ 461 millions d'euros). Au total, 422 navires, chargés de 26 millions de tonnes de marchandises avaient été bloqués en mars.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.