05/08/2017 16:17
Les États-Unis ont confirmé par écrit aux Nations unies leur intention de se retirer de l'Accord de Paris sur le climat mais continueront à participer aux négociations internationales, a annoncé vendredi 4 août le département d'État américain dans un communiqué.
>>Climat : seulement 5% de chances de limiter le réchauffement à 2°C
>>Climat : Donald Trump quitte l'accord de Paris, déception à travers le monde
>>Climat : Donald Trump, seul contre tous, fait durer le suspense

Le président américain Donald Trump lors d'une session de travail du G20, le 8 juillet à Hambourg.
Photo : AFP/VNA/CVN

Washington participera notamment à la prochaine conférence climatique annuelle de l'ONU, la COP23, qui se tiendra en novembre à Bonn en Allemagne. Selon le département d'État, "cette participation inclura les négociations en cours sur les lignes directrices pour mettre en œuvre l'Accord de Paris".

Le président américain Donald Trump a annoncé le 1er juin le retrait des États-Unis de cet accord visant à limiter le réchauffement climatique, signé en décembre 2015 par 195 pays dans la capitale française. Il a jugé le texte néfaste pour l'économie américaine, sans toutefois exclure de réintégrer le processus après renégociation, voire de conclure un "nouvel accord qui protège" les États-Unis.

Face à la déception exprimée par les partenaires de Washington, son secrétaire d'État, Rex Tillerson, avait toutefois assuré que la première puissance économique mondiale allait poursuivre ses efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

"Aujourd'hui, les États-Unis ont soumis une communication aux Nations unies (...) concernant l'intention des États-Unis de se retirer de l'Accord de Paris dès qu'ils le pourront", a déclaré le département d'État.

Selon les termes de l'accord, la notification officielle du retrait ne pourra intervenir en effet que trois ans après son entrée en vigueur, effective depuis le 4 novembre 2016. Donald Trump ne pourra donc dénoncer officiellement l'accord que fin 2019. Il y a ensuite un préavis d'un an pour pouvoir en sortir réellement.

"Comme le président l'a dit", "il est ouvert à revenir dans l'accord de Paris si les États-Unis peuvent trouver des termes qui leur soient plus favorables, plus favorables à leur économie, à leurs citoyens et à leurs contribuables", a ajouté la diplomatie américaine.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.