24/08/2020 16:23
C'est l'histoire d'un "charbonnier", comme le désignait Monet, qui adorait les paysages de neige. L'industriel François Depeaux joua un rôle clé dans l'essor des impressionnistes. Avec sa lumineuse collection, il fait pour la première fois l'objet d'une exposition, à Rouen.
>>Explosion à Beyrouth : qui savait quoi, quand et comment ?
>>À Beyrouth, l'explosion a aussi ravagé des joyaux architecturaux

Le tableau "L'église de Moret" d'Alfred Sisley, issu de la collection de l'industriel François Depeaux, est exposé au musée des Beaux-arts (MBA) de Rouen le 22 août. Photo : AFP/VNA/CVN

"C'est quelqu'un qui, par son savoir-faire d'entrepreneur, a installé l'impressionnisme parmi les grandes valeurs de son époque", en achetant beaucoup, en soutenant les prix, puis par des donations, explique Sylvain Amic, co-commissaire de "François Depeaux, l'homme aux 600 tableaux".

De "Moret au coucher du soleil" d'Alfred Sisley prêté par le Cincinnati art museum (États-Unis) à "Effet de neige, rue à Argenteuil" de Claude Monet, venu de Genève, l'exposition présente, au musée des Beaux-arts (MBA) de Rouen, jusqu'au 15 novembre, près de 70 tableaux (dont treize ont passé des frontières malgré le COVID-19). Parmi eux neuf Monet, 20 Sisley aux côtés de Renoir, Pissaro, Caillebotte, Toulouse-Lautrec.

Leur luminosité contraste avec l'activité qui permit à François Depeaux de les financer, le charbon. Sa société débarquait sur une île rouennaise de la Seine le minerai importé du pays de Galles pour l'y concasser. "Vous imaginez la poussière que ça dégageait, elle était noire cette île", relève M. Amic.

Or "François Depeaux adore les paysages, de neige" en particulier, poursuit le directeur du MBA de Rouen.

Le "magnat du charbon" voit le jour en 1853 dans une famille d'industriels, quelque vingt années avant la naissance de l'impressionnisme.

Sous son impulsion, la société familiale va connaître "un développement fulgurant". L'aisance financière acquise, il devient un acheteur "compulsif" de tableaux impressionnistes, à partir de 1884. "Il se jette dans cette activité, comme il s'est jeté dans le commerce du charbon", résume M. Amic.

À l'époque, beaucoup de tableaux impressionnistes partent pour quelques centaines de francs, quand les peintres académiques vendent les leurs des dizaines de milliers de francs. 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Hôi An va accueillir de nouveau des touristes À partir du 24 septembre, la vieille ville de Hôi An de la province de Quang Nam (Centre) va accueilir de nouveau des touristes.