09/08/2020 23:38
Les murs sans intérêt longeant la Nationale 32 qui relie le pont Phùng à la commune de Tam Hiêp, dans le district de Phuc Tho (en banlieue de Hanoï), font peau neuve et se parent de fresques murales fortes en couleurs. La mosaïque la plus longue de la capitale séduit l’œil des visiteurs et illustre la culture et les traditions d’une zone rurale paisible.
>>La beauté des fresques du village de Canh Duong à Quang Binh
>>Un "village graffiti" veut soulager la solitude des personnes âgées taïwanaises Art

Des fresques murales vivantes le long de la Nationale 32.

Cà dâm tuong Tam Hiêp (Les angines macérées dans la sauce de soja de Tam Hiêp), Buoi Phuc Tho (Le pamplemousse de Phuc Tho), Dên Hat (Le Temple de Hat), Phuc Tho xây dung nông thôn moi (L’édification de la Nouvelle Ruralité à Phuc Tho)… sont les principaux thèmes des fresques murales. Elles diffusent un message significatif sur les traditions et la culture d’une terre fertile en banlieue de la capitale.

La rénovation est source de vitalité

D’une longueur de 2,3 km sur 1,5 mètre de hauteur, ces mosaïques s’étendent sur près de 3.450 m². Il s’agit de la plus longue fresque de Hanoï ayant bénéficié de fonds d’investissement s’élevant à quelques milliards de dôngs. On peut dire sans conteste que cette galerie à ciel ouvert est composée de centaines de tableaux inspirés de la beauté naturelle, de la vie quotidienne, des us et coutumes et des spécialités culinaires de Phuc Tho.

Autrefois, si les murs longeant la Nationale 32 étaient recouverts d’un gris ennuyeux et de mauvaises herbes, aujourd’hui, l’aridité a fait place aux couleurs vives qui donnent une nouvelle vitalité au district. Tout le long de la route se succèdent diverses images : vestiges historiques, spécialités locales ou encore scènes représentant les 21 communes et bourgs du district. Les artistes n’ont pas oublié de consacrer un espace au thème plus solennel de la modernisation de la localité en illustrant de grands bâtiments, des zones industrielles, l’agriculture hi-tech ou l’éco-tourisme qui fleurissent dans le district. "Je suis très étonnée de constater de tels changements. Maintenant les murs en béton stériles sont comme parés de nouveaux vêtements. Ces fresques murales encouragent notre amour et notre fierté envers notre pays natal", partage avec enthousiasme Mme Dô Thi Mao, habitante de la commune de Hiêp Thuân, Phuc Tho.

Un dur labeur d'un mois

Un peintre travaille sur les murs à Phuc Tho. 

Le chef du bureau de la culture et des communications de Phuc Tho, Lê Tiên Hai fait savoir qu’ "en établissant ces fresques, nous avons souhaité créer un espace vert, propre et encourager les habitants à participer activement à l’embellissement du district", informe-t-il. Quelques temps auparavant, les autorités locales ont mobilisé des jeunes des communes de Tam Thuân, Tam Hiêp ou encore Hiêp Thuân… pour assister les artistes dans le nettoyage des murs avant leur revêtement. A chacun sa tâche : les enseignants en beaux-arts participent à la peinture, les entreprises financent l’achat des laques… Débuté le 3 juillet, les travaux ont été effectués avec acharnement pour se terminer à la fin du mois. 

L’installation de ces fresques n’a pas été simple. Les artistes ont dû consacrer beaucoup de temps à l’étude de la situation socioéconomique et des traditions locales afin de créer les tableaux les plus vivants qu’ils soient. C’est ainsi qu’en un mois, les vieux murs se sont transformés en peintures murales éblouissantes, apportant une nouvelle apparence impressionnante à Phuc Tho. "Au-delà de leur valeur esthétique et artistique, les fresques revêtent une signification particulière sur le plan du développement socioculturel. Il s’agit d’un premier pas qui nous encourage à déployer, dans les mois et les années à venir, cette initiative dans chaque village et hameau", souligne le vice-président permanent du Comité populaire du district de Phuc Tho, Nguyên Dinh Son.

Pour orner cette galerie d’art à ciel ouvert, les habitants de Phuc Tho ont également construit un chemin de fleurs d’1,8 km où ont été plantés 360 bougainvilliers, sur la partie reliant la Nationale 32 à la commune de Hiêp Thuân et ont paré un autre tronçon de 4,3 km de fleurs de cassier (Cassia fistula). Le pari est réussi et l’environnement de Phuc Tho aujourd’hui est plus vert et plus élégant.
Texte : Thu Hà/CVN
Photos : CTV/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La VNA fête ses 75 ans, un flux incessant d’informations officielles

Le tourisme vietnamien pâtit du coronavirus Au troisième trimestre de cette année, environ 44.000 arrivées de visiteurs étrangers ont été recensées au Vietnam, soit 1% du bilan de la même période de l’an dernier, selon l’Office général des statistiques.