04/09/2020 20:43
Près de l'aéroport de Madrid, l'armée de grues s'active 24h/24 : ici doit sortir de terre en novembre "l'hôpital des pandémies". Mais la deuxième vague de l'épidémie de COVID-19 est déjà là, mettant à rude épreuve le système de santé.
>>Classes réduites et masques : les écoliers européens retrouvent l'école
>>Les mesures de fermeture se multiplient dans le monde

Chantier d'un nouvel hôpital d'urgence spécialisé dans les pandémies à Valdebebas, près de Madrid, le 1er septembre. Photo : AFP/VNA/CVN

Le long de l'autoroute, des dizaines de camions soulèvent des nuages de poussière sur un immense terrain vague où près de 400 ouvriers travaillent jour et nuit depuis juillet. Les bétonneuses tournent à plein régime, des tuyaux crachent des litres de ciment, des soudeurs font jaillir des étincelles de hauts piliers.

"Il y a deux mois, il n'y avait rien ici", sourit Alejo Mirando, le directeur général des infrastructures sanitaires de la région de Madrid, la plus touchée du pays au printemps.

Financé par le gouvernement régional pour un montant "dépassant les 50 millions d'euros", l'hôpital Isabel Zendal, surnommé "l'hôpital des pandémies", gigantesque complexe de 45.000 m², pourra accueillir plus de 1.000 malades en cas de crise sanitaire.

Baies vitrées pour surveiller les patients sans se contaminer, grands halls sans chambres individuelles, salles à pression négative pour réaliser des autopsies : l'architecture a été pensée, explique Alejo Mirando, pour "éviter la transmission de la charge virale" et s'inspire de l'Ifema, le parc d'expositions reconverti entre mars et mai en hôpital de campagne.

Promesse d'une meilleure préparation face à la deuxième vague de l'épidémie, cet hôpital sera toutefois livré trop tard pour traiter le flot de patients qui, déjà, submerge les centres de santé.  

Des soignants observent une minute de silence en hommage à leurs collègues morts du COVID-19 pendant la première vague de la pandémie, le 14 mai à l'hôpital Gregorio Marañon de Madrid. Photo : AFP/VNA/CVN

"Contenir la vague" 

"L'évolution de l'épidémie à Madrid nous inquiète" : le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a admis lundi 31 août poser un œil préoccupé sur la région de plus de 6,5 million d'habitants qui représente depuis le début de l'épidémie près d'un tiers des plus de 29.000 morts du COVID-19 dans le pays.

Sur les sept derniers jours, Madrid concentre 73 des 191 morts et 30% des cas détectés.

La situation est "très, très préoccupante", admet la docteure Silvia Duran, porte-parole de l'Association de médecins Amyts, évoquant "une rapidité de progression" de la courbe de contagion "similaire à celle du début de la pandémie".

"Les centres de santé (où travaillent les médecins traitants payés par la région, ndlr) parviennent à contenir la deuxième vague" mais "les hôpitaux se préparent et 16% de leurs lits sont déjà occupés par des patients COVID" contre 6% pour le reste du pays, poursuit-elle.

"Nous sommes au bord de l'effondrement", confirme José Molero, du syndicat Csit. "La prochaine étape sera quand la population ira directement à l'hôpital, faute de pouvoir être reçue par le médecin" traitant.

Manque de personnel, de ressources et... de repos : les médecins sont "exsangues", épuisés car ils reçoivent "jusqu'à 60 patients" quotidiens, dit-il.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Dà Nang, Quang Nam et Thua Thiên-Huê s'associent pour le touristique Le Service du tourisme de la ville de Dà Nang a collaboré avec les Départements du tourisme, les Associations du tourisme et les entreprises des provinces de Quang Nam et de Thua Thiên-Huê pour lancer mercredi 25 novembre le programme de relance touristique "Trois localités - Une destination avec de nombreuses expériences".