30/09/2018 09:26
Voici l’agenda de quelques événements culturels qui ont lieu à L’Espace - Institut français de Hanoï, au 24, rue Tràng Tiên.
RENCONTRE

Présentation de l’ouvrage Parole du barbare moderne. La personne qui aime le vietnamien de toute sa vie de Nguyên Van Vinh


Intervenants: Nguyên Lân Binh, petit fils de Nguyên Van Vinh; et le professeur Chu Hao, directeur des Éditions de la Connaissance.

Cet ouvrage fait partie de la collection Parole du barbare moderne qui regroupe les articles les plus intéressants de Nguyên Van Vinh (1882-1936), une figure représentative de l’échange culturel franco-vietnamien.

Dès l’âge de 25 ans, il s’est lancé dans l’édition. Pendant 30 ans, il a travaillé comme journaliste, traducteur, éditeur et imprimeur. Il était rédacteur en chef des premiers journaux vietnamiens utilisant l’écriture quôc ngu (écriture vietnamienne latinisée) et de revues publiées en français dont l’Annam Nouveau, qu’il a fondée en 1931.

Au travers de ses articles et traductions, Nguyên Van Vinh a contribué à la révolution de l’écriture au Vietnam au début du XXe siècle et à faire du quôc ngu l’écriture nationale.

Le 10 octobre à 18h00 à L’Espace
Entrée libre
Langue de la conférence: vietnamien.


CONFÉRENCE

Les évolutions historiques de la figure de Confucius
en Chine



Intervenante: Anne Cheng
Si la figure de Confucius (551-479) semble constituer à elle seule un phénomène culturel qui se confond avec le destin de toute la civilisation chinoise, le personnage qui apparaît en filigrane dans les Entretiens reste au fond énigmatique et paradoxal: à la différence de ses contemporains comme Bouddha ou les présocratiques, ce n’est ni un philosophe à l’origine d’un système de pensée, ni le fondateur d’une spiritualité ou d’une religion.

De prime abord, sa pensée apparaît plutôt terre-à-terre et son enseignement fait de simples truismes. Il n’était lui-même pas loin de considérer sa propre vie comme un échec. À quoi tient, se demandera-t-on à juste titre, la stature exceptionnelle qu’il a prise au cours de l’histoire?

La conférence tentera d’expliquer la pérennité de son enseignement qui, malgré bien des vicissitudes, a été en Chine une source d’inspiration pendant 2.500 ans et qui connaît un renouveau notoire à l’heure actuelle.

Le 11 octobre à 17h30 à L’Espace
Entrée libre
Traduction simultanée.


EXPOSITION

L’infini du miroir


Par Christian Hadengue, Lê Thua Tiên & Mark Lockett


Vernissage avec performance calligraphique et musicale.
Un métissage d’expressions picturales et littéraires, inspiré par l’imaginaire asiatique et occidental.

L’exposition-performance "L’infini du miroir" est à la fois une "rencontre" et une "convergence" entre artistes qui se sont appropriés un langage naturellement décalé par rapport à leurs origines culturelles (occidentales et asiatiques). Une création qui propose une osmose iconographique dans la matière et dans l’esprit. La question du métissage n’a pas été imposée mais s’est révélée comme un choix délibéré. En quelque sorte, une manière d’évincer les frontières culturelles.

Avec "L’infini du miroir", les artistes invitent les visiteurs à vivre une expérience inédite en partant à la découverte des calligraphies abstraites de Christian Hadengue et de Lê Thua Tiên, sur fond de musique de Mark Lockett et d’écrits du poète Hubert Haddad.

Exposition: jusqu’au 31 octobre à L’Espace
Entrée libre.
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Les autres articles
À L'ESPACE [09/12/2018 09:35]
CGV Cinema [09/12/2018 08:28]
CGV Cinema [02/12/2018 07:07]
À L'ESPACE [25/11/2018 08:49]
CGV Cinema [24/11/2018 07:07]
CGV Cinema [17/11/2018 08:00]
À L'ESPACE [11/11/2018 07:33]
CGV Cinema [10/11/2018 09:50]
CGV Cinema [03/11/2018 12:00]
À L'ESPACE [28/10/2018 07:49]
CGV Cinema [27/10/2018 05:32]
À L'ESPACE [20/10/2018 06:23]
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.