18/12/2018 09:19
Le président américain Donald Trump a appelé lundi 17 décembre la Banque centrale américaine (Fed) à ne pas relever les taux d'intérêt, imposant une pression inédite sur l'institution monétaire, qui selon toute vraisemblance devrait décider de passer à l'acte mercredi 19 décembre.
>>Un responsable de la Fed préconise la prudence dans la hausse des taux
>>États-Unis: la décision de freiner l'économie n'est "pas encore prise"

Poignée de main entre Donald Trump (gauche) et le président de la Fed Jerome Powell, le 2 novembre 2017 à la Maison Blanche.
Photo: AFP/VNA/CVN

"C'est incroyable qu'avec un dollar très fort et virtuellement aucune inflation, le monde qui explose autour de nous, Paris qui brûle et la Chine sur la pente descendante, la Fed puisse seulement penser à une nouvelle hausse de taux d'intérêt", a-t-il dit sur Twitter.

Les marchés s'attendent à ce que le Comité monétaire de la Fed (FOMC) relève à l'issue d'une réunion de deux jours, mardi 18 décembre et mercredi 19 décembre, les taux d'intérêt au jour le jour pour la quatrième fois cette année et la septième fois depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

La Fed cherche à prévenir la surchauffe d'une économie dopée par les réductions d'impôts de l'administration Trump alors que l'inflation a atteint la cible de 2% et que le taux de chômage est au plus bas depuis 1969, à 3,7%. Mais surtout, ces hausses renforcent le dollar, ce qui contrecarre les objectifs de réduction du déficit commercial de l'administration Trump, en rendant les importations moins chères et les produits américains plus onéreux à l'exportation.

Le resserrement monétaire a aussi fait baisser la bourse de New York, qui, fragilisée également par les tensions commerciales, le Brexit et les perspectives d'une croissance mondiale plus faible, traverse une période de volatilité extrême. Alors que Donald Trump a plus d'une fois mesuré son succès à l'aune de celui des indices boursiers, le Dow Jones a perdu plus de 10% depuis son record d'octobre.

Jerome Powell tiendra une conférence de presse mercredi 19 décembre à l'issue de la réunion monétaire où les taux devraient être augmentés de 25 points de base pour se situer entre 2,25% et 2,50%, ce qui reste encore historiquement bas, mais tout de même au plus haut depuis douze ans.

Alors que cette hausse des taux est attendue à une très large majorité (plus de 70%) par les acteurs financiers, il paraît impossible pour la Fed - à moins de catastrophe économique dans les 48 heures - de renoncer à ce relèvement sans décrédibiliser son indépendance. Mais pour la suite, des voix s'élèvent au sein du Comité monétaire et parmi les économistes pour s'interroger sur le bien-fondé de nouvelles hausses graduelles en 2019, alors que la croissance mondiale va ralentir et celle de la première économie mondiale aussi.

Mercredi 19 décembre, tous les yeux seront braqués sur les nouvelles prévisions de la Fed, qui pourrait diminuer la cadence des trois relèvements qu'elle prévoyait jusqu'ici pour 2019.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’histoire de l’ao dài a son musée privé

ASEAN: la connexion des patrimoines régionaux à l’ère numérique au cœur d’une conférence L’ASEAN est célèbre pour ses nombreux patrimoines naturels et culturels qui sont devenus des destinations attrayantes au niveau mondial. Dans le contexte de développement technologique rapide, la connectivité et la promotion des valeurs patrimoniales dans la région poseront les bases d’un développement durable du tourisme.