21/06/2021 16:52
Grâce aux efforts conjugués des autorités et des populations locales, Dông Rui est aujourd’hui la plus belle et la plus vieille mangrove primitive du Nord du Vietnam. Située dans le district de Tiên Yên, province de Quang Ninh, elle est le meilleur rempart contre l’érosion marine et une extraordinaire source de vie pour les habitants.
 >>Conservation des écosystèmes dans le delta du Mékong
>>À la découverte du lac Noong U sauvage et charmant

Une vue de la mangrove de Dông Rui, province de Quang Ninh (Nord).
Photo : NNVN/CVN

La mangrove de Dông Rui s’étend sur près de 3.000 ha et occupe plus de la moitié de la superficie de la commune éponyme. Elle abrite des espèces végétales halophiles et des arbres pluriséculaires et compte huit écosystèmes différents. Les fruits de mer y sont abondants et permettent aux générations de pêcheurs qui se succèdent d’avoir des revenus stables.

"Tant qu’il y a des plantes halophiles, il y a de la vie. Il nous suffit d’aller dans la mangrove pour gagner notre vie. On y trouve plusieurs variétés de coquillages, des petits crabes ou encore des vers marins comestibles. Grâce à la vente des fruits de mer qu’il a pêchés, chaque enfant peut arriver à gagner entre 100.000 et 150.000 dôngs par jour (entre 4 et 4,50 euros)", indique Nguyên Thi Phuong qui habite le hameau Ha, dans la commune de Dông Rui.

Ces dernières années, les autorités et les populations locales, soutenues par quelques ONG, ont entrepris de restaurer les parties dégradées de la mangrove et d’accroître sa résilience au changement climatique. Hoàng Van Thông, 62 ans, chef du groupe autogéré auprès de ladite forêt, fait savoir : "Nous sensibilisons les habitants à l’importance de la mangrove pour l’environnement local. Ils se sont montrés très intéressés par nos actions de reboisement et la  protection des ressources aquatiques de la mangrove".

Lôc Van Sinh, secrétaire du Comité du Parti, également président du Comité populaire de la commune de Dông Rui, se réjouit de la nouvelle physionomie de la mangrove.

"Chaque année, notre commune plante entre 25 et 30 ha supplémentaires pour élargir notre mangrove. La mangrove protège contre la montée des eaux et le réchauffement climatique. Elle est aussi indispensable à l’économie locale car elle offre à la communauté des ressources aquatiques très importantes”, dit-il.

Les scientifiques estiment que la mangrove de Dông Rui devrait être inscrite sur la liste des zones humides d’importance internationale de la Convention de Ramsar.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le bánh chưng gù, une spécialité des Tày dans le district de Van Bàn

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.