12/09/2021 07:29
Trân Thi Kim Thia, domiciliée dans la province de Đông Tháp (Sud), enseigne gratuitement la natation à des milliers d’enfants depuis une vingtaine d’années. Elle a été sélectionnée par Forbes Vietnam pour figurer dans la liste des 20 femmes les plus inspirantes de 2021.
>>Préparer les enfants à affronter les désastres naturels
>>Aide internationale pour prévenir la noyade chez les enfants à Dông Tháp

Trân Thi Kim Thia sur le N°92 du magazine "Forbes Vietnam" sorti en avril 2021.
Photo : NLĐ/CVN
Grâce à ses contributions actives aux activités sociales de sa commune et son travail bénévole d’enseigner gratuitement la natation aux enfants, Trân Thi Kim Thia, 63 ans, a été sélectionnée par Forbes Vietnam pour figurer dans la liste des 20 femmes les plus inspirantes pour 2021.

C’est la première fois que ce magazine honore les femmes vietnamiennes de tous âges pour leurs activités pionnières et pour avoir surmonté leurs limites et obstacles afin de créer des effets positifs et inspirer la communauté. Cette liste couvre de nombreux domaines, allant de la politique et de l’économie aux activités sociales et au divertissement.

Environ 3.800 enfants savent nager

Trân Thi Kim Thia, appelée familièrement Sáu Thia par les habitants locaux, est née dans une famille agricole pauvre du district de Gò Công Đông, province de Tiên Giang (Sud). À l’âge de 34 ans, elle a déménagé dans la commune de Hung Thanh, district de Tháp Muoi, province de Đông Tháp (Sud), et s’est réjouie de mener sa vie de célibataire.

Pendant très longtemps, elle a travaillé dans les champs, ce qui lui a donné un physique tonique et musclé. C’est en vendant des billets de loterie et épluchant des graines de lotus et noix de cajou qu’elle gagne sa vie. En 1992, les autorités de la commune de Hung Thanh ont encouragé Sáu Thia à rejoindre l’Union des femmes de son hameau.

En 2002, le Comité populaire communal a mis en œuvre un projet d’apprentissage de la nage pour tous les enfants, Sáu Thia a été invitée à devenir "entraîneur". Malgré son amateurisme en la matière, les enfants qu’elle a eus entre ses mains ont très vite progressé. En seulement cinq à dix jours, ils furent capables de nager quelques dizaines de mètres seuls. Très vite, elle se rendit dans chaque famille de la commune de Hung Thanh pour convaincre les parents de laisser leurs enfants de 7 à 15 ans participer à ses cours.

Dans les premiers temps, chaque cours comportait entre 70 et 80 enfants venus de plusieurs hameaux de la commune. Petit à petit, la popularité de Trân Thi Kim Thia grandit et de plus en plus de parents envoyèrent leurs enfants.

Mme Sáu Thia et ses petits apprentis à Đông Tháp (Sud). 
Photo : NLD/CVN

Les cours se déroulent principalement sur les trois mois des vacances d’été pour préparer les enfants à aller à l’école en sécurité pendant la saison des crues. Chaque session dure 90 minutes par jour et un cours dure 10 à 15 jours.

Les sites d’apprentissage sont des canaux et rivières des cinq hameaux de la commune de Hung Thanh. Pour limiter l’espace d’apprentissage, Sáu Thia enfonce des piquets et pose des filets dans une portion du cours d’eau choisi. Chaque "piscine" mesure 4 m de large et 8 m de long. Chaque jour, elle doit parcourir des kilomètres à moto pour rejoindre les différents lieux d’apprentissage.

Jusqu’à présent, Sáu Thia a appris à nager à environ 3.800 enfants de la région de Đông Tháp Muoi, surnommée "la Plaine des Joncs". "Lorsque la commune m’a invitée à enseigner la natation, j’avais peur, parce que je ne savais pas par où commencer ni comment enseigner. Cependant, en repensant au nombre d’enfants morts noyés, je me suis sentie très motivée. Après avoir accepté l’invitation, j’ai été envoyée en formation pendant trois jours dans le district, puis j’ai commencé à enseigner", confie-t-elle.

La sexagénaire dit qu’elle n’a peur ni de la pauvreté ni de la faim, mais craint plus que tout que les enfants soient mis en danger parce qu’ils ne savent pas nager. "Je me porte bien, je fais tous mes efforts pour apprendre aux enfants. Tant que je peux contribuer à la société, je ferais tout ce que je peux".

Pour l’amour des petits

Malgré les années qui passent, Sáu Thia continue d’enseigner gratuitement la natation aux enfants et participe aux activités sociales locales. Actuellement, en raison de l’épidémie de COVID-19, chaque cours accueille moins de dix élèves, afin de respecter les règles de distanciation sociale.

"J’ai trois petits enfants âgés de 4 à 9 ans. Comme je n’avais pas le temps de les apprendre à nager, Sáu Thia a proposé de le faire à ma place. Aujourd’hui, je suis tout à fait rassurée car les petits savent nager", informe Lê Thi Hà, domiciliée dans la commune de Hung Thanh.

Trân Thi Kim Thia enseignant gratuitement la natation à des milliers d’enfants à Dông Tháp.
Photo : NLĐ/CVN

Généreuse, patiente et responsable, Sáu Thia suit attentivement chaque élève jusqu’à ce qu’il sache nager. Trân Minh Tâm nage désormais comme un poisson après seulement une semaine. "Mes parents avaient essayé de m’apprendre à nager mais c’était plus difficile qu’avec Mme Sáu Thia. Elle m’a expliqué chaque geste et chaque technique. Grâce à elle, maintenant, je n’ai plus peur de l’eau. Beaucoup de mes voisins ont aussi appris avec elle", raconte-t-il.

"Même si elle n’est plus très jeune, Sáu Thia continue de participer à la protection des enfants. Elle fait partie de ce qu’on appelle des exemples humbles mais nobles qui inspirent toute la communauté", souligne Nguyên Thi Hac, vice-présidente de la Commission de propagande et d’éducation du district de Tháp Muoi. À la fin de chaque saison d’enseignement de natation, elle est soutenue par la commune à hauteur de 1,5-2 millions de dôngs.

Une modeste somme mais suffisante pour payer l’essence nécessaire à ses déplacements. De nombreux parents lui ont proposé de payer les cours mais elle a toujours refusé. "Je veux rester une enseignante volontaire, parce que j’aime les enfants et j’ai peur qu’ils se noient. Je n’ai donc pas besoin d’être payée", explique-t-elle.

Outre la nomination du magazine Forbes Vietnam, Sáu Thia a eu l’an passé l’honneur de recevoir l’Ordre du Travail de 3e classe, un satisfecit du Premier ministre pour son engagement exceptionnel auprès des enfants dans ses cours de natation. Elle a aussi reçu un satisfecit du Comité populaire de la province de Đông Tháp pour son exemple dans le cadre du mouvement "Étudier et suivre la pensée, la moralité et le style du Président Hô Chi Minh" pour la période 2016-2021.

Cette femme avait remporté en 2018 le prix KOVA dans la catégorie "Belle vie". Elle avait également été honorée par la BBC pour figurer dans la liste des 100 femmes les plus inspirantes et influentes du monde en 2017.

Quê Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Le vice-PM Vu Duc Dam préside une réunion sur le redémarrage du tourisme Dans l'après-midi du 21 octobre, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a présidé une réunion en ligne avec plusieurs ministères et Comités populaires locaux sur le plan d'accueil de touristes étrangers dans la nouvelle situation.