07/02/2019 14:54
"Qui a dit que les États-Unis et l'Autorité palestinienne ne se parlent pas?" Depuis quelques jours, l'un des émissaires de Donald Trump a décidé de répondre sur Twitter aux mises en cause des responsables palestiniens.
>>Le secrétaire général de l'OLP accuse Washington de saper l'Initiative de paix arabe de 2002
>>La Jordanie exhorte les États-Unis et la communauté internationale à promouvoir le processus de paix israélo-palestinien

Jason Greeblatt (centre), envoyé des États-Unis pour le Moyen-Orient, le 13 juillet 2017 à Jérusalem. Photo: AFP/VNA/CVN

Jason Greenblatt est avec Jared Kushner, le gendre et conseiller du président américain, l'un des deux hommes auxquels le locataire de la Maison Blanche a confié une mission a priori impossible: présenter un plan de paix pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Le duo est extrêmement discret et rien ou presque n'a filtré de leur plan, dont la présentation, souvent annoncée comme imminente, a été reportée à plusieurs reprises.

Leur tâche est compliquée par le fait que, depuis que Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, fin 2017, l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas refuse de parler avec l'administration américaine, qu'elle ne considère plus comme un possible médiateur.

Dans sa dernière série de tweets, Jason Greenblatt a répondu mercredi 6 février au porte-parole du président Abbas, Nabil Abou Roudeina, qui avait estimé qu'il n'y avait pas de paix possible "sans un accord avec le peuple palestinien".

"Et bien, M. Nabil, nous sommes d'accord sur quelque chose: il n'y pas de paix sans un accord. Nous y travaillons dur. Vous ne faites rien. Vous ne pouvez pas dire que vous voulez la paix tout en tentant de saper toute chance d'accord", a-t-il lancé.

Cette apostrophe fait suite à plusieurs autres depuis vendredi. Tour à tour, l'émissaire américain a "répondu" à Nabil Abou Roudeina, au numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erekat, ou à Hanan Ashrawi, membre de son comité exécutif, sur des sujets aussi variés que la suspension de l'aide américaine, les colonies israéliennes, le sort de Jérusalem ou encore de Gaza.

Par ces tweets, donc, les États-Unis "parlent" à l'Autorité palestinienne. "La seule différence c'est que maintenant nous parlons de ces sujets en public sur Twitter, de manière à ce que l'opinion puisse comprendre les positions de chacun", a plaidé Jason Greenblatt.

"Ma porte est toujours ouverte si l'Autorité palestinienne veut parler", "vous-même, Saëb et tous vos collègues êtes toujours les bienvenus pour me rencontrer à la Maison Blanche afin de discuter en personne", lui a répondu Jason Greenblatt.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Université de Hanoï: succès du projet de démarche-qualité

Festival des fleurs de pêcher sur le plateau karstique de Dông Van Un festival des fleurs de pêcher se déroule sur le plateau karstique de Dông Van dans le district de Meo Vac, province montagneuse du Nord de Hà Giang. L'événement s’est ouvert avec un spectacle artistique le soir du jeudi 21 février.