09/02/2020 08:25
Avec son pull rayé, son sourire candide et son rêve de devenir footballeur, Mikail Akar ressemble à n’importe quel garçon de 7 ans. Pourtant, ce jeune prodige de l’expressionnisme agite la scène artistique depuis des années.
>>À presque 100 ans, Pierre Soulages en pleine lumière au Louvre
>>Vente aux enchères d'un revolver de Van Gogh

L’artiste allemand de 7 ans Mikail Akar pose devant ses peintures "Champi" (droite) et "Homme tournesol" avant l’ouverture de son exposition Manus 11 à Berlin, le 13 décembre 2019.
Photo : AFP/VNA/CVN

Surnommé le "mini Picasso" par les médias allemands, le natif de Cologne vend des tableaux dans le monde entier, pour plusieurs milliers d’euros.

"À seulement 7 ans, il s’est déjà fait un nom dans le monde de l’art. Il y a de l’intérêt en Allemagne, en France et aux États-Unis", se félicite son père et agent, Kerem Akar. Il dit avoir découvert le don de son fils par hasard, après lui avoir offert une toile et quelques pinceaux pour son quatrième anniversaire, puisqu’il en avait "déjà assez de petites voitures et de figurines pour jouer".

"Le premier tableau était fantastique, et j’ai d’abord pensé que ma femme l’avait peint", bien qu’elle ne soit pas artiste. "J’ai pensé que c’était peut-être une coïncidence, mais après ses deuxième et troisième tableaux, il était clair qu’il avait du talent", se réjouit-il.

Gants de boxe

Une œuvre de sa dernière collection a récemment été vendue 11.000 euros au profit de l’Association pour les enfants parrainée par Manuel Neuer, gardien star de l’équipe d’Allemagne de football.

Ses tableaux aux couleurs explosives rappellent l’expressionnisme abstrait de l’Américain Jackson Pollock, qui fait partie de ses idoles, comme deux autres artistes propulsés très jeunes dans la lumière : Jean-Michel Basquiat et Michael Jackson. Mais l’enfant se targue d’avoir développé son propre style : il applique des jets de peinture sur la toile muni... des gants de boxe de son père.

"Voir un tel équilibre et une telle harmonie de composition, je ne m’y attendais pas de la part d’un enfant", s’exclame Arina Daehnick, photographe berlinoise, lors d’une présentation mi-décembre 2019 des œuvres du petit garçon dans la capitale allemande.

Kerem Akar (gauche), le père de Mikail Akar, et le marchand d’art Marcus Schaefer accrochent un tableau du jeune prodige dans une galerie de Berlin, le 13 décembre 2019.
Photo : AFP/VNA/CVN

Diana Achtzig, directrice de la galerie d’art contemporain Achtzig à Berlin, s’est dite impressionnée par "l’imagination et la variation" de Mikail Akar : "tant qu’il a quelqu’un qui le soutient et qui ne l’exploite pas, il a un bel avenir devant lui".

Le jeune artiste pour sa part prétend avoir d’autres rêves : "Quand je serai plus âgé, je veux devenir footballeur professionnel”, lance-t-il, avant de détailler, tout excité, le récit d’une récente victoire 8-0 avec son équipe scolaire. “Peindre est assez fatigant pour moi. Parfois, cela peut prendre beaucoup de temps... surtout avec des gants de boxe", admet-il.

Marque à succès

Son père assure que sa femme et lui s’efforcent de ne pas mettre la pression sur leur fils et le protègent face à cette gloire soudaine.

"Si c’est trop pour lui, on interviendra. Nous refusons beaucoup de demandes, affirme Kerem Akar. Il ne peint que quand il le veut : parfois, c’est une fois par semaine, parfois une fois par mois".

Le père admet que sa propre vie a radicalement changé depuis qu’il a découvert le talent de son fils, et que lui et sa femme "vivent pour l’art" aujourd’hui.

Ancien vendeur et chargé de recrutement, Kerem Akar, 38 ans, s’occupe désormais à plein temps des affaires de son fils. Pour cela, il a fondé sa propre agence et a contribué à faire de son fils une marque à succès.

En attestent les casquettes de baseball en vente lors de l’événement berlinois, toutes ornées de la signature de Mikail formée des "M" et "A" de son prénom.

Avec plus de 40.000 abonnés sur Instagram, le jeune artiste entend conquérir le monde. Après Cologne, il exposera pour la première fois de sa vie à l’étranger : à Paris, au printemps 2020.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Le Centre du Vietnam reste une destination sûre Alors que de nombreuses localités ont suspendu leurs activités touristiques pour prévenir les infections respiratoires aiguës causées par la nouvelle souche du coronavirus (COVID-19), le Centre du Vietnam fait des efforts pour assurer la sécurité pour accueillir les voyageurs, avec des mesures pour consolider son image de destination sûre.